Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 10:41

ADRESSE AUX VERTS-DE-GRIS

 

        Ce matin à la radio une écologiste éminente s'inquiète des effets du réchauffement climatique sur....la planète ? non, sur le PNB des Etats, plus particulièrement celui de sa chère France.

         C'est quoi ça le "PNB" ? Eh bien cela représente le volume total des activités économiques d'un pays sur un an. Et ce produit national brut est censé augmenter chaque année, symbolisant ce que les écolos nomment "la croissance" comme tout le monde.

         Nous avons donc à faire à une éminente écologiste qui craint pour l'avenir...de l'humanité ? que nenni, du capitalisme mondial en général, du français en particulier.

           Pour toi qui cherche à saisir les raisons de cette soudaine envie du Sous-Lieutenant de botter pour la énième fois un derche d'écolo, Karpov fait court : les Verts pleurnichent sur la pollution, le gaspillage, la malbouffe, les rejets toxiques, tout ça mais le fait que cette spoliation permanente de la Terre soit susceptible d'affaiblir le système même qui en est la cause les effraie plus encor. Ce mode de production prédateur des animaux, de la nature et des hommes, ils n'ont de cesse de le maintenir en l'état. Ils font le pied de grue devant les officines du capital, frappant des 2 pieds afin que l'on veuille bien prêter l'oreille à leurs doléances. Ils envoient dans des gouvernements de gauche ou de droite des collabos chargés d'amuser la galerie avec des mesurettes plus dérisoires que symboliques et d'autres propositions plus aimables à la classe dirigeante, du style taxer les salauds de pauvres qui roulent dans des caisses pourries et hyper-polluantes.

       Au fait ! Les Allemands sont devenus un modèle en matière d'environnement n'est-ce pas ? La mère Merkel a annoncé que les centrales nucléaires germaniques allaient être désactivées peu à peu, pas vrai ? Au profit (capitaliste) de quoi ? De l'énergie éolienne par exemple ? Rien du tout. Au large de la Baltique ils essayent cela à l'échelle pharaonique et la rentabilité n'est pas au rendez-vous. Par contre ils ont ressuscité l'extraction du charbon. Toi tu es djeun, tu n'as pas connu les boulets qu'on enfournait dans le poële en se noircissant les mains mais sache que l'énergie charbonnière pollue 7 ou 8 fois plus que le pétrole sans évoquer les conditions de travail dont les écolos se foutent éperdument.

       Alors, que faire de ces petits-bourgeois biologiques ? Entre ceux qui, sponsorisés par un trust industriel pétro-chimique, se balladent à travers le monde tout en contant des jolies histoires aux benêts et les autres, se lamentant sur l'absence totale de conscience écologique des dirigeants et leur cirant les pompes en même temps, il reste la domination universelle du capitalisme, un système qui a fait son temps et détruit désormais l'humanité future.

 

(S-L Karpov)    

     

Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans karpov
commenter cet article
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 09:08

 

         Vous connaissez Serge Dassault ? Mais si, le fils de Marcel, fabricant d'avions de chasse. S'il avait été fabricant de tanks, on les aurait appelés les "chars Dassault" mais cette dynastie ne possède pas ce genre d'humour. C'est un autre style de métaphores que file Serge, le fils à Marcel.

       Quand il parle des chômeurs, il dit ceux qui ne veulent pas travailler ; dégurgitant sur les salariés de l'Etat, il utilise le terme privilégiés. En matière de privilèges il en connaît un rayon, le patron de Dassault Aviation. Né avec un paquet d'actions dans la bouche, on l'a laissé jouer dans son parc (d'aviation) : Janson de Sailly, Saint-Louis, Polytechnique, le circuit des chers tétards du capitalisme. Jusqu'à ce qu'il prenne la place de Papa pour sévir à son tour dans l'aviation de chasse et les jets privés.

       Le moutard est aussi "élu" de la Raie Publique, maire de Corbeil-Essonnes sur la liste "Centre national des indépendants et paysans", un ectoplasme oscillant entre poujadisme, clientélisme, corruption et fascisme de proximité. En ce moment le "paysan indépendant" trimballe quelques casseroles (achat de votes, chantage, porte-flingues, etc.). A son tableau de chasse, on compte aussi un mandat de sénateur dont il est le doyen (88 balais).

       Son père possédait le magazine Jours de France, sorte d'ancêtre des tabloïds VIP, lui il s'est acheté Le Figaro, grand torchon de la France qui se gratte les escarres.

        Serge Dassault n'a pas de mots assez virulents pour dénoncer l'omnipotence de l'Etat et le parasitisme de ses fonctionnaires, le scandale des charges sociales et des impôts. Sa boîte est pourtant soutenue à bout de bras par des milliards d'euros de subvention, prises directement dans la poche de ces salariés privilégiés vilipendés par le beau Serge. Bref si l'Etat, les fonctionnaires et tous les autres salariés n'existaient pas, Dassault Aviation non plus.

       Son fleuron, l'avion de chasse Rafale, il n'en a vendu aucun dans le monde ! Il n'y a eu que l'armée française pour les lui acheter, c'est-à-dire là encor l'Etat et tous ces fainéants de salariés surpayés.

       Ce n'est pas faute d'avoir utilisé chaque Président depuis Chirac pour jouer diplomatiquement les tapineuses en Chine, au Brésil ou en Arabie Saoudite.

       Question rentabilité, Dassault Aviation l'exige des autres mais n'en a cure pour sa grosse entreprise.  Fournisseur exclusif de l'armée française la boîte possède des contrats illimités dans le temps. Malgré ça, le Rafale personne n'en veut. Si, "nous", par force.

           Résumons : ce vindicatif vieillard, subventionné à vie par les salariés imposables, crache à qui mieux-mieux ses glaviots imprécatoires sur ceux-là mêmes grâce auxquels il prospère sans rentabilité aucune. Une sorte de capitalisme d'Etat à la sauce néo-libérale.

(d'après un édito de France Musique)

 

 

 

 

SONT-ILS PAS BEAUX NOS CAPITAINES D'INDUSTRIE

 

lazlo-carreidas-marcel-dassault.jpg

Papa

 

 

 

 

Serge-Dassault-marcel-dassault-5eme-patrimoine-en-france

Fiston

 

 


 

Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans Rubrique à brac
commenter cet article
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 18:06

carotte.gif 

 

       Tels leurs cousins anarchistes les écologistes s'agitent partout et en tous sens. Ils sont "pour", ils sont "contre", intervenant avec hystérie sur un fatras de sujets propices aux laborieux débats médiatiques qui font les délices de l'intelligensia gratinée : les OGM, le réchauffement climatique, le gluten, les rejets de carbone dans l'atmosphère, l'huile de palme, le recyclage des déchets, les sucrettes, l'agriculture biologique, la viande rouge, la pollution de l'eau et, pour ceux qui en ont un, la nécessité de déféquer au fond du jardin.

        Contre le "nucléaire" (qui actionne l'ampoule électrique éclairant leurs cogitations), pour les "bio-carburants" (qui favorisent la déforestation et aident à l'extermination des dernières tribus d'Amazonie), contre les éoliennes (parce que ça donne la migraine à leurs électeurs de province), pour la création de nouvelles taxes et impôts écologiques-équitables-durables (les petits-bourgeois sont rarement au fait de la vie des salariés).

       Ces alternatifs de la pensée, vivant dans leur bulle biologique, qu'est-ce qui les pousse à vouloir à tout prix faire partager aux autres ce quelque chose susceptible - selon eux - de changer le monde, quoique sans toucher à rien ?

         La réponse est dans dieu. L'écologie voit affluer les derniers refugiés de la "b.a.", la bonne vieille charité compassionnelle envers les gueux. Sur ses épaules dodues elle transporte volontiers le cortège des enfants coupables,  ayant hérité eux-même cette culpabilité issue du colonialisme. Les méchants pays développés ont à agir pour racheter les méfaits des empires coloniaux déchus. Afin de solder cette dette morale du vieil Empire, la verte jeunesse  n'a de cesse d'énumérer sur tous les tons son code politico-moral : mariage "pour tous", écologie de proximité, développement "durable" (développement durable de quoi ?), commerce "équitable" (tarte à la crème des alter-capitalistes) et autres lumineuses alternatives germées dans le cerveau sur-alimenté des nourrissons de la classe moyenne. Cet amoncellement de fadaises amplement relayées par des médias attendris ont fait de ces petits-là de parfaits inquisiteurs, redondants et radoteurs avant l'âge.

       Moyenne en tout, la classe enfantée des "baby-boomers" post-68-tards conteste moyennement l'ordre établi et propose un programme pseudo-politique moyennement radical (frère, prends des douches au lieu de remplir ta baignoire, laves ta Clio à l'eau de pluie, achètes et manges "bio" et viens avec nous faire des sittings devant les CRS pour empêcher la construction d'un aéroport - même si tu ignores totalement les raisons de cette bonne action). Ce besoin obsessionnel de se doter d'une bonne conscience agissante a fait des chérubins les nouveaux contestataires du XXIème siècle, pour un capitalisme durable, équitable et biologique. 

 

Sous-Lieutenant Karpov  

        

Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans LA TRONCONNEUSE
commenter cet article
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 18:24

PERMIS DE TUER DEMOCRATIQUEMENT

 

          Hollande, président socialiste, n'admet pas que le Syrien Assad puisse "gazer son peuple". Il ne s'agit pas ici de chambres à gaz mais d'obus chimiques contenant du gaz sarin, une saloperie fabriquée et vendue notamment par nos amis britanniques (les mêmes qui montent sur le pont pour dénoncer haut et fort l'utilisation sur le terrain de cette trouvaille qu'ils fabriquent et qu'ils vendent).

          Si l'on suit le raisonnement jésuitique des chers socialistes au gouvernement, ce qui est inadmissible de la part de l'Etat Syrien c'est de massacrer la population syrienne avec des armes non conventionnelles. S'il s'agissait d'armes "classiques" - bombes, missiles, chars, chasseurs, mines, lance-flammes, mitrailleuses - passe encore, l'ONU aquiesce. Mais là, non, Assad viole la convention de Genève et les droits des peuples sous-développés à être exterminés selon des moyens humanistes. Voilà pourquoi après la grandiose épopée Malienne Hollande remet le couvert !

          Qu'il est réjouissant de voir nos socialistes Français qui, tout en s'efforçant de gratter dans les poches des salariés les 100 milliards d'euros que réclament les patrons, défendent avec la plus extrême fermeté les droits inaliénables du paysan et du prolétaire syriens à se faire anéantir suivant des procédés validés par les Droits de l'Homme.

 

Force et Honneur

Sous-Lieutenant P.M. Karpov

Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV
commenter cet article
14 août 2013 3 14 /08 /août /2013 18:59

      Quand la droite était aux manettes la gauche ne cessait de le répéter : "La droite ment aux citoyens!"

         Désormais la gauche vertueuse a succédé à la droite menteuse. On est entré de plain-pied dans une nouvelle ère de fadaises inter-connectées. Afin de sauver la planète, les écolos font le tapin au gouvernement ; chaque jour ils inventent une nouvelle taxe, sur le carbone, le diesel, l'isolation domestique (au moins celle-là les sans-abris y échappent). Ces verts amis de la Terre sont prêts à faire les poches des salariés, ils s'y emploient vertueusement ! Si ton cerveau est en état de marche, note que les capitalistes ne trouvent rien à redire à cette "politique" de l'environnement. A ce compte en banque-là ils sont volontiers écolos. Le capitalisme est écologique, équitable (pour les exploiteurs) et prétend à l'éternité durable !

         Les socialistes se répartissent les rôles. A la Justice la Mère Taubira psalmodie son crédo : trop d'emprisonnés en France. N'empêche, depuis qu'elle est là à souffler du clairon ça perdure: les geôles françaises surpeuplées sont les plus pourries d'Europe. De plus belle elle hulule sur tous les plateaux-télé : trop d'emprisonnés en France. On lui a adjoint un Gnafron digne de son caquètement : le beau Valls. Le beau Valls démontre que des emprisonnés, y'en en a foutrement pas assez. Les récidivistes doivent payer double, conservons-les sous écrou, c'est aussi ce que clamait le précédent Nabot présidentiel. Taubira/Valls jouent leur petite comédie entre co-religionnaires. Devant les caméras on se chamaille, on sort quelques petites phrases afin que les coprophages des gazettes "politiques" s'en délectent. Ca s'appelle   recyclage des déchets.

           Est-ce parce qu'il est Angevin que Ayraut, le 1er des ministres, prend les administrés pour des pommes ? Les salariés vivent trop vieux, ils ne travaillent pas assez longtemps, sont trop payés, pas assez ponctionnés. S'ils veulent continuer de prétendre à être nourris, dormir sous un toit et être soignés quand ils ont le culot d'être malades faut que ça change ! La crise mondiale du capitalisme c'est de leur faute et rien que de leur faute. C'est à eux de se serrer la ceinture, sacrifier ce qu'il leur reste de privilèges pour sauver le système entier.

         Tous ces progrès à venir les salariés et les chômeurs les doivent au socialisme français. Comme leurs "camarades" espagnols, les militants du PS ont démontré leurs compétences en matière de fariboles, enfûmage et brumisation sous vide de verbiage creux où "progrès" signifie "misère" et "réforme" "égorgement".

 

Force et Honneur

Sous-Lieutenant P.M. Karpov

        

            

        


Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans Sous le soleil du profit
commenter cet article
10 août 2013 6 10 /08 /août /2013 17:59

MARQUEURS DE GAUCHE

 

       Qu'est-ce qu'il reste à la gauche française et à ceux qui, jeunes ou vieux, votent pour elle à l'occasion de diverses élections ?

       Quel a été le dernier combat en date de cette gauche gauche ? En quelle occasion les journalistes ont-ils pu produire force commentaires sur la mobilisation de l'électorat de gauche?

       Etait-ce pour dénoncer l'aggravation des conditions de travail des salariés, pendus à un crochet de boucher par les CDD, le travail au noir et les CDI cautionnés par l'Etat ?

      Ou bien pour vomir l'allongement de la vie au travail sous le prétexte que, vivant plus longtemps, le salarié ne saurait avoir le culot d'arrêter d'être exploité à 60 ans seulement ?

        La jeunesse et la vieillesse de gauche ont-t-elles réagi au fait que le gouvernement pour qui elles ont voté avec une tiède ferveur s'avère aussi corrompu et pourri - voire plus - que le précédent ?

     En quelle occasion, pour quel combat vit-on récemment des manifestants de tous âges user leurs semelles et leurs cordes vocales, une seule et unique fois ?

         Ce fut lors de l'adoption par le gouvernement socialiste de la loi sur le mariage pour tous.

         Voilà le marqueur de gauche qui a survécu isolément à la transmutation de la gauche française en officine de gestion de la franchise hexagonale du capitalisme mondial.

Force et Honneur

SOUS-LIEUTENANT KARPOV

Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV
commenter cet article
15 juillet 2012 7 15 /07 /juillet /2012 10:25
 
 
LA COMMUNE EST EN LUTTE

 
 
Sans doute, mon amour, on n'a pas eu de chance
Il y avait la guerre
Et nous avions vingt ans
L'hiver de 70 fut hiver de souffrance
Et pire est la misère
En ce nouveau printemps...
Les lilas vont fleurir les hauteurs de Belleville
Les versants de la Butte
Et le Bois de Meudon...
Nous irons les cueillir en des temps plus faciles...

La Commune est en lutte
Et demain, nous vaincrons...

Nous avons entendu la voix des camarades :
« Les Versaillais infâmes
Approchent de Paris... »
Tu m'as dit : « Avec toi, je vais aux barricades
La place d'une femme
Est près de son mari... »
Quand le premier de nous est tombé sur les pierres
En dernière culbute
Une balle en plein front
Sur lui, tu t'es penchée pour fermer ses paupières...

La Commune est en lutte
Et demain, nous vaincrons...

Ouvriers, paysans, unissons nos colères
Malheur à qui nous vole
En nous avilissant...
Nous voulons le respect et de justes salaires
Et le seuil des écoles
Ouvert à nos enfants...
Nos parents ne savaient ni lire ni écrire
On les traitait de brutes
Ils acceptaient l'affront...
L'Égalité, la vraie, est à qui la désire...

La Commune est en lutte
Et demain, nous vaincrons...

Les valets des tyrans étaient en plus grand nombre
Il a fallu nous rendre
On va nous fusiller
Mais notre cri d'espoir qui va jaillir de l'ombre
Le monde va l'entendre
Et ne plus l'oublier...
Soldats, obéissez aux ordres de vos maîtres
Que l'on nous exécute
En nous visant au cœur
De notre sang versé, la Liberté va naître...

La Commune est en lutte

Et nous sommes vainqueurs...

 

(Jean-Roger Caussimon - Philippe Sarde 1976)

 



 
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans Franche aise
commenter cet article
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 18:26

 

JE SUIS UN VOYOU

 

     

 

    
  Ci-gît au fond de mon coeur une histoire ancienne
Un fantôme, un souvenir d'une que j'aimais
Le temps, à grands coups de faux, peut faire des siennes
Mon bel amour dure encore, et c'est à jamais

J'ai perdu la tramontane
En trouvant Margot
Princesse vêtue de laine
Déesse en sabots
Si les fleurs, le long des routes
S'mettaient à marcher
C'est à la Margot, sans doute
Qu'ell's feraient songer
J'lui ai dit : "De la Madone
Tu es le portrait !"
Le Bon Dieu me le pardonne
C'était un peu vrai

Qu'il me le pardonne ou non
D'ailleurs, je m'en fous
J'ai déjà mon âme en peine
Je suis un voyou

La mignonne allait aux vêpres
Se mettre à genoux
Alors j'ai mordu ses lèvres
Pour savoir leur goût
Ell' m'a dit, d'un ton sévère
"Qu'est-ce que tu fais là ?"
Mais elle m'a laissé faire
Les fill's, c'est comm' ça
J'lui ai dit : " Par la Madone
Reste auprès de moi ! "
Le Bon Dieu me le pardonne
Mais chacun pour soi

Qu'il me le pardonne ou non
D'ailleurs, je m'en fous
J'ai déjà mon âme en peine
Je suis un voyou

C'était une fille sage
A " bouch', que veux-tu ?"
J'ai croqué dans son corsage
Les fruits défendus
Ell' m'a dit d'un ton sévère
" Qu'est-ce que tu fais là ? "
Mais elle m'a laissé faire
Les fill's, c'est comm' ça
Puis j'ai déchiré sa robe
Sans l'avoir voulu
Le Bon Dieu me le pardonne
Je n'y tenais plus !

Qu'il me le pardonne ou non
D'ailleurs, je m'en fous
J'ai déjà mon âme en peine
Je suis un voyou

J'ai perdu la tramontane
En perdant Margot
Qui épousa contre son âme
Un triste bigot
Elle doit avoir à l'heure
A l'heure qu'il est
Deux ou trois marmots qui pleurent
Pour avoir leur lait
Et moi j'ai tété leur mère
Longtemps avant eux
Le Bon Dieu me le pardonne
J'étais amoureux !

Qu'il me le pardonne ou non
D'ailleurs, je m'en fous
J'ai déjà mon âme en peine
Je suis un voyou


(Georges Brassens, 1954)

 


Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans Franche aise
commenter cet article
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 10:48

 

TECHNIQUE, TACTIQUE ET SCATOLOGIE

 

       Après avoir visionné 2 matches (Suède-France / Espagne-France) de ceux que les journaleux "sportifs" nomment béatement "les Bleus", c'est-à-dire l'équipe de France de foot', vous avez sans doute été frappés par ce phénomène : voilà une triste bande de crétins congénitaux et bien payés qui s'appliquent avec acharnement à défendre tout ce que l'on sait du foot' pro sans oser l'exprimer à voix haute : un sport collectif qui rend ses pratiquants totalement inaptes à la vie en collectivité.

        Un sport d'équipe a des exigences incontournables et non négociables : l'abnégation, l'humilité, la volonté permanente d'utiliser ses capacités personnelles pour le bien commun, la modestie, la discrétion et l'engagement physique et mental au service de ses partenaires. "Les Bleus" vous offrent le spectacle désastreux et grotesque d'un tas de dégénérés congénitaux frustes et bas du faux-plafond, préoccupés uniquement à twitter comme des compulsifs les flots d'insanités dérisoires leur sortant directement du trou à balles sans passer par le cerveau (et pour cause).

         Tout cela revu et corrigé complaisamment par une presse "sportive" très satisfaite d'elle-même. En effet, grâce à l'existence de pantins multi-millionnaires décadents qui jouent à la ba-balle pour 200 000 euros la semaine, n'importe quel pisse-copie sorti de la poubelle médiatique peut passer - aux yeux des indigents de la pensée basique - pour un fin analyste doublé d'un pamphlétaire redoutable. Les "stars" du sport à l'électro-encéphalogramme plat ont à ce point arasé par le bas tout ce que le sport collectif peut récéler de sain, d'humain, d'utile et de nécessaire pour les jeunes ou les vieux que désormais, le sport-spectacle concentre en lui toute la boue de la société capitalistique : l'égoïsme pleurnichard, l'individualisme le plus névrotique, la complaisance la plus écoeurante envers soi-même, l'égo-centrisme hypertrophié inversement proportionnel à l'intelligence et au talent réel, la concurrence individuelle la plus acharnée et la plus minable, l'extermination totale de la sociabilité, l'étalage le plus pornographique de ses états d'âme excrémentiels que la chasse d'eau n'a pas évacué au tout-à-l'égoût (et que le footballeur français récupère à pleines mains pour le recycler à des fins commerciales),...

       Ils ne possèdent rien d'humain, ces footballeurs-proxénètes qui achètent jusqu'à l'affection de leur malheureuse progéniture. Même leur petitesse de comportement - traduisant la petitesse de leur esprit - est dénuée d'humanité. Ils ne savent pas que c'est la défaite qui grandit celui ou celle qui la subit, la surmonte et la transcende en victoire. Pour ces chiots-là "seule la victoire est belle" mais, à perdre mesquinement, ils ne gagneront que le droit de rester ce qu'ils sont définitivement, des petits barbots dérisoires, cousus d'or et placardés jusqu'au fion des étiquettes de leurs sponsors de luxe.

       Alors qu'il avait marqué un but, l'une d'entre ces cailleras mondialisées au lieu de fêter ça à la manière classique (se rouler les uns sur les autres en singeant la sodomisation) préféra demander à un journaliste devant des centaines de millions de spectateurs de "fermer sa gueule". Par son geste il donna au journaleux une légitimité et un crédit largement immérités qui augmentèrent le tirage du journal concerné.

       Face à pareille engeance même la victoire aurait été laide. Le mieux ce sera encor que le fooball français professionnel mène à bien et jusqu'au bout cette entreprise d'auto-sabordement que les plus brillants d'entre ses fleurons ont entamé depuis une dizaine d'années.


 

Video-Samir-Nasri-Ferme-ta-gueule.jpg  

       

Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans Rubrique à brac
commenter cet article
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 10:16

 

  GLORIA VICTIS !

 

Cassez-vous les filles
Toi aussi pov'con
Voyant vos tronches en guenilles,
Les citoyens riront.

 

Dégage, reinette italienne
  Avec tes ronds.
Les spectateurs sur toutes les chaînes
T'insulteront.

 

carla-bruni.jpg

 

  Caltez sur vos 2 guibolles,
Sarkozy et Fillon.
Les bouquins dans les écoles
Vous effaceront.

 

sarkozy-fillon.jpg

 

Virez, les pas belles,
Toutes en rond.
Vos remplaçantes à tire d'aile
Applaudiront.

 

nadine-morano.jpg

 

valerie-pecresse.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Disparaîssez, sorcières,
Sur vos balais d'argent.
Soyez la honte de vos mères,
  Et celle de vos gniards chiants.

 

 

 

 

 

 

 

Adieu, pauvres femmes
 Du trottoir de Matignon
  Nous penserons de vous Mesdames
Ce que nous voudrons.

 

 

rachida_dati_et_rama_yade.jpg

 


Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans Rubrique à brac
commenter cet article