Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

10 février 2008 7 10 /02 /février /2008 17:16
galilee-proces.jpg 
SCIENCE CONTRE RELIGION

LE COMBAT DES SIECLES
 
    Copernic-Syst-me.gif
    

     D'abord il y eut Copernic, Kepler, Galilée, Newton, dont les découvertes permirent d'échafauder des hypothèses novatrices sur la formation des planètes et des systèmes stellaires.
    
Kepler-univers.jpg
    
    
     Emmanuel Kant (1724-1804) émit une proposition sidérante selon laquelle le système solaire s'était formé avec de la matière venant du soleil même.
    
     kant.gif

     Dès lors, cela permit d'admettre que rien n'était figé et immuable, à commencer par le cosmos. L'Univers est en mouvement perpétuel ; il s'est fait en un peu plus d'une semaine, de même que la matière, passant par différents états selon un principe vérifié par les expériences de Lavoisier et Laplace. Le 1er cité, Antoine de Lavoisier, est d'ailleurs l'auteur d'une courte formule qui, aujourd'hui encore, donne des sueurs froides aux tenants du dessein divin : "Rien ne se crée, rien ne se perd".


Lavoisier.jpg
    
   

Newton.jpg


     Vers la fin du XVIIème siècle en France, les encyclopédistes commencèrent d'élaborer  une méthode matérialiste d'analyse et de conception du monde.
    
    Puis vint Charles Darwin (1809-1882). Dans une oeuvre retentissante, "L'Origine des espèces" parue en 1859, il mit en lumière l'évolution naturelle. Les Eglises se retrouvaient orphelines de leur prérogative créationniste, dogmatique et absolutiste.
    
  Cr-ation-du-Monde.png 

Darwin--volution.jpg


     Le matérialisme connut enfin son épanouissement avec Karl Marx (1818-1883) et Friedrich Engels (1820-1895), qui établirent le matérialisme dialectique comme pensée méthodique scientifique et révolutionnaire.  
    
     Marx.jpg

    
     Quelle est la seule vraie victoire symbolique de la pensée scientifique ? L'homme est un être biologique évolutif. Il y a "quelque temps", il était différent et dans quelque temps - s'il est toujours là - il aura évolué et sera autre. Un environnement hostile contraignit ses ancêtres à s'adapter à des conditions nouvelles qui menaçaient la survie de leur espèce. Cette adaptation biologique se cristallisa dans des changements physiologiques transmissibles héréditairement. La nouvelle espèce ainsi définie était mieux adaptée.
    
     Engels considère que l'esprit est le niveau le plus complexe d'organisation de la matière. Lui aussi bien que Marx en ont toujours su gré au darwinisme et lui ont rendu un hommage appuyé.
    
     Engels.jpg

    
     Pendant ce temps-là, les théologiens honteux et confus rongeaient leur frein, en quête d'une risposte théologique à cette victoire décisive du matérialisme moderne. Quand ils constatèrent avec surprise que, malgré les progrès scientifiques fulgurants dans tous les domaines, la superstition religieuse demeurait dans les consciences, ils reprirent prêches apocalyptiques et sermons moralisateurs.
      
     De cette résurgence des obscurantismes naquit, à la fin du XIXème siècle, une polémique : d'où viennent croyance, superstition, mysticisme, idéalisme religieux, ... ?
       La plupart des tenants de la "spiritualité" ne manquèrent pas de clamer que c'était là bel et bien la preuve de l'existence de l'"être suprême". Cette rodomontade triomphaliste était cependant un peu courte.
     
     La religion mérite une analyse matérialiste, même si ses fonctionnaires la refusent avec terreur. D'où provient le besoin religieux des populations ? Non d'une supposée "ignorance" - il est des prix Nobel scientifiques qui repassent dieu en sous-main derrière les formules algébriques - mais de l'aliénation liée à la société mercantiliste. Si tel ou tel siècle est "spirituel", ce n'est pas par le fait que dieu y ait triomphé, mais parce que cela demeure une manière subjective de résister à l'arbitraire, aux inégalités, à l'impunité des dirigeants, à la corruption et au totalitarisme, à l'absence de perspectives d'épanouissement, à l'inhumanité de ce bas-monde. D'autant plus que cette subjectivité-là est plus qu'encouragée par la classe dominante.
    
     La science ne balaiera définitivement la religion que dans l'autre monde, c'est-à-dire non après la mort, mais quand l'humanité aura accédé à une forme d'organisation où les classes sociales liées à une économie de Marché auront périclité ; quand aura disparu la chape de plomp pesant sur les salariés, les chômeurs, les paysans sans terre et leurs familles...
     En d'autres termes, la science n'accèdera véritablement au commun des mortels sur le plan théorique et pratique qu'après la victoire révolutionnaire des masses enchaînées au capital. Les religions disparaîtront alors par simple inutilité. Elles ont été l'opium des peuples et, bien que concurrencées par le sport et la télé spectacles, elles le demeurent en bien des aspects. L'opium, le spiritueux dont l'opprimé s'inflige une dose "spirituelle", histoire d'oublier un temps sa condition d'esclave.
     Pour se débarrasser de cette addiction, il lui faut se débarrasser des chaînes mentales qui l'entravent, rassembler son énergie dans la lutte contre le mode de production capitaliste, lutte dotée d'une théorie scientifique, anti-idéaliste, révolutionnaire. Seul celui-là peut retirer ses frasques religieuses, sans pour autant faire dispaître la religion. Autant que de profits, la société Bourgeoise a besoin de nourritures spirituelles.


Homo-Habilis-4.jpg
Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans karpov
commenter cet article
9 février 2008 6 09 /02 /février /2008 08:35

LA SCIENCE A-T-ELLE UNE CONSCIENCE ?

     Si l'on se livre à un petit bilan des rapports entre science et religion, le constat est que la 1ère, tout en ayant chassé la seconde par la porte des progrès scientifiques, l'a laissée revenir par la fenêtre de l'idéalisme bourgeois.

     Le Pape en place ne se gêne pas pour donner le cadre de la recherche scientifique, de ce qui est permis ou pas par l'éthique chrétienne. Au prix des contradictions les plus monstrueuses : pas de recherches en génétique mais sanctification de la défense nucléaire !
     
     La plupart des scientifiques médiatiques s'empressent d'opiner du bonnet à toutes les grosses bulles papales. On explique doctement qu'il n'y a pas contradiction entre le "temporel" de la raison bourgeoise et le "spirituel" de la raison religieuse. Cet abaissement de la science au niveau du dogme religieux se fait au prix d'une abdication de ce qui est la force motrice des progrès scientifiques : la recherche elle-même et l'évolution des connaissances en découlant pour l'ensemble de la société.

       Quel est l'enjeu de ce tango entre science et religion (où c'est la religion qui est le cavalier) ? Redorer auprès de "l'opinion publique" le blason de l'une comme de l'autre. Côté scientifique, les exemples de corruption et de dévoiement sont légions. Les médecins qui s'enrichissent au lieu de soigner, les laborantins travaillant exclusivement pour le lobby militaro-industriel, les chercheurs qui claquent des montagnes de fric pour étudier la sexualité du ragondin fumeur en apesanteur, etc. Côté religion, les magouilles politico-mafieuses du Vatican, la frustration sexuelle chez les curés, les barbus moyen-âgeux sévissant aussi bien chez les Juifs que chez les Musulmans, etc. (Vous avez sûrement d'autres illustrations sous le coude).

     Revenons-en aux brebis égarées qui, peu à peu, retournent vers le pasteur qui les hèle de plus en plus fort. Que leur dit-il, ce berger en soutane ou en babouches ou avec un demi-melon vide creux sur la tête ?
     Eh bien, le prêcheur leur tient exactement le discours contraire à celui que tenait son ancêtre. A la brebis trompée par un marchand peu scrupuleux, le pasteur moderne indique les tribunaux quand, autrefois, il aurait répondu  : "A l'injustice qui te frappe, tu répondras par l'Amour et la Compassion, amen". Au mouton dont le loup a mordu la joue gauche, il est indiqué de demander au prédateur réparation sonnante et trébuchante, en lieu et place de la formule classique universelle : "si on te mord la joue gauche..." etcetera, (formule d'autant plus fameuse que personne ne l'a jamais réellement appliquée). Quand le bélier vieillissant se plaint de l'augmentation des taxes, l'ecclésiastique opine de la mitre ou de la kippa ou tout autre signe hiérarchique ostensible et invite l'ovin à se joindre à une manifestation de protestation médiatisée contre l'Etat, alors que son grand-père à peine refroidi incitait les râleurs à cesser de grogner contre les maux de ce bas-monde, pour mériter les délices paradisiaques de l'autre. Qu'un chevreau désire défendre son pré carré contre d'intempestifs et obèses  ruminants et l'ecclésiastique post-industriel approuve haut et fort cette velléité à défendre des biens privés. Avant, on priait le caprin : "Allons, cesse de bêler, tes richesses ne sont pas de ce monde, alleluïa, amen et inch'Allah".

     Encore aujourd'hui, les Etats les plus religieux sont eux où règnent le moins les préceptes des Eglises : guerres permanentes, arbitraire, violences et inégalités sociales, discriminations, individualisme, etc.
     Malgré ses avancées notables et la présence matérielle d'une foultitude de marchandises attestant au quotidien d'une omniprésence omnisciente, la science a laissé champ libre à un retour de l'obscurantisme religieux, qui va jusqu'à s'insinuer dans la remise en cause de l'évolution naturelle. 
     Qu'il soit avéré que cette pusillanimité dissimule une certaine compromission des Mandarins dans l'idéalisme d'une société entrée en faillite permanente.
     Les dieux étaient fatigués, on les a réveillés pour reprendre du service. 
Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans karpov
commenter cet article
6 février 2008 3 06 /02 /février /2008 10:53


LE COMMANDO TERRORISTE QUI A ORCHESTRE LES ATTENTATS DU 11/9

REWARD !

undefined
(Halliburton : bâtiment, travaux publics, pétrole, fournisseur des armées)         
              
                (Bildelberg : société secrète atlantiste, gérant                                                   la globalisation économique)
(Banque Mondiale)
undefinedundefinedundefined
(Gilead Sciences : industrie pharmaceutique, a fourni les armées et le Marché mondial en Tamiflu, médicament contre la grippe aviaire)









undefined
(Arbusto Energy, Bush Exploration et Harken Energy : compagnies pétrolières ; Silver Screen Partners : cinéma ;  Texas Rangers : base-ball et produits dérivés)
Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans karpov
commenter cet article
5 février 2008 2 05 /02 /février /2008 18:13
LE SOUS-LIEUTENANT ACCUSE !
    

     Le soussigné Piotr Marat KARPOV, ci-devant Sous-Lieutenant de l'ARM (Armée Rouge Mondiale), accuse au nom de la justice prolétarienne et de l'injustice impérialiste :
    
     - les médias de toutes les nations d'être inféodés financièrement et idéologiquement à leurs classes dirigeantes respectives ;
    
     - il accuse la propagande d'Etat états-unienne, française, russe, algérienne, israëlienne et autres d'avoir suscité artificiellement - notamment par un financement adéquat - des groupuscules agissants et dénommés "terroristes" ; notamment, le Sous-Lieutenant affirme que l'organisation "Al Qaida" en tant que "Al Qaida" n'existe pas plus que n'a existé la "5ème colonne" ;
    
     - le Sous-Lieutenant accuse l'ancien secrétaire d'Etat à la Défense états-unienne de faux, fabrication et usage de faux, déclarations mensongères et crimes de guerre (la guerre constituant par elle-même le crime impérialiste par excellence) ;
    
     - à propos des attentats du 11 septembre 2001 à New-York et Washington, il rejette en totalité la thèse officielle reprise notamment par les médias US ;
    
     - il accuse le rapport de la Commission d'Enquête désignée plus d'un an après les évènements (la "Commission Kean") de n'être un dossier chiffonné impossible à étayer, entre autres au nom du "secret d'Etat" et de la "Sécurité du Territoire" ;
    
     - le Sous-Lieutenant affirme que les organisateurs et commanditaires des attentats du 11/9 résident sur le territoire états-unien et sont tous de nationalité états-unienne ;
    
    - il accuse ces tueurs dans l'ombre d'avoir fabriqué de toutes pièces des documents pour prouver que l'Irak avait soi-disant un lien avec les-dits attentats ;
    
     -  le Sous-Lieutenant accuse non pas Al-Qaida et Ben Laden  depuis la grotte de Tora Bora mais le Pentagone à Washington D.C. d'avoir fomenté le 11/9 ;
    
     - il accuse celui-ci d'avoir notamment neutralisé la défense aérienne US pour laisser les Boeings se crasher sur les tours du WTC et permettre à un missile - UN MISSILE - de faire un trou peu photogénique sur l'un des murs du Pentagone ; il affirme que le-dit missile a été tiré d'un porte-avion états-unien depuis les eaux territoriales ;
    
     - le Sous-Lieutenant affirme qu'un des moyens pour empêcher l'interception des différents projectiles fut notamment de mettre l'US Air Force en état d'alerte précisément ce jour-là, afin d'accomplir manoeuvres et exercices pour faire diversion et rendre le système défensif inopérant ;
    
     - pour étayer son accusation, il cite l'appellation contrôlée d'au moins 3 de ces états d'alerte : "Northern Vigilance", "Vigilant Guardian" et "Vigilant Warrior" ;
    
     - le Sous-Lieutenant accuse l'administration états-unienne d'avoir, à l'occasion du 11/9, échafaudé un nouveau Pearl Harbor dans l'objectif de verrouiller les derniers gisements pétroliers importants et impulser une économie de guerre aux Etats-Unis ;
    
     - enfin et sans clore cette énumération de charges non exhaustive, il affirme que les 2 tours du WTC ne se sont pas écroulées à cause de la percussion des avions, mais grâce à l'intervention experte d'équipes spécialisées qui avaient placé auparavant des charges explosives à un certain nombre d'étages.
 

DES DEFENSEURS DE "LA LIBERTE" ET DE LA "DEMOCRATIE "?

Dick_Cheney.jpg
Paul_Wolfowitz.jpg

















(Dick Cheney, Républicain, Vice-Président des Etats-Unis)
                                
                          (Paul Wolfowitz, Démocratico-Républicain, ancien Secrétaire d'Etat Adjoint à la Défense)



Rumsfeld-et-Sadam.jpg    (Donald Rumsfeld - avec Saddam Hussein -, Républicain, ancien Secrétaire d'Etat à la Défense)



(Richard Perle, Démocrate, ancien membre de la Commission de la Défense)
richard_perle.jpg


(Georges Bush Jr, Républicain, double Président des Etats-Unis)
         
undefined




DES TERRORISTES D'ETAT!

(Sous-Lieutenant Piotr Marat KARPOV)

[remerciement fraternel à Yacedjaz : O2soudubalcon.canalblog.com]
Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans karpov
commenter cet article
24 janvier 2008 4 24 /01 /janvier /2008 17:07


LE FASCISME A PERDU LA GUERRE

IL REGNE DESORMAIS EN PAIX


undefined(Omar KHADR, né en 1986 à Toronto, arrêté en 2002 à Khost [Afghanistan] par l'armée états-unienne)

     Bien qu'il n'ait encor que 21 ans, l'histoire d'Omar Khadr est, sous bien des aspects, exemplaire de la mondialisation du fascisme démocratique qui sert de couverture à l'impérialisme mondial.

      En 1988, Ahmed Khadr, père d'Omar, émigre en famille à Peshawar (Pakistan) pour y gérer une entreprise musulmane de charité.
      A l'âge de 6 ans, Omar saute sur une mine. Il en réchappe et toute la famille se rapatrie au Canada durant 2 années.
     
     Une fois le gamin rétabli, retour à Peshawar. Tout comme à Toronto depuis son plus jeune âge, Omar y fréquente uniquement une école islamique. Quand il a 11 ans, sa famille s'installe à Jalalabad. Les Khadr séjournent notamment dans un camp de Ben Laden et les garçons font leur instruction militaire dans une base de ce que les USA ont baptisé "Al-Qaida".

      Khost, Afghanistan, le 27 juillet 2002 : une furieuse bataille oppose les forces de la coalition états-unienne à un groupe armé opposant. Ce dernier se retranche dans une bâtisse. La chasse yankee détruit le bâtiment, tous les membres du groupe armé sont tués. Tous sauf un, Omar Khadr. Les soldats de la coalition récupèrent un corps criblé de balles, déchiré par des éclats d'obus aux yeux et à la tête mais un corps palpitant ; il est alors transporté vers Bagram, dans un hôpital militaire de l'armée de l'air. Il a 15 ans.

      L'hôpital de Bagram est la 1ère prison d'Omar. Non seulement il y est soigné, mais avant même la cicatrisation de ses blessures on l'interroge façon "démocratie états-unienne" : les militaires préposés au renseignement lui enfilent un sac plastique sur la tête afin de lui procurer une sensation d'étouffement (au Vietnam c'étaient des torchons mouillés pour éprouver les affres de la noyade). A d'autres occasions, les troufions à bannière étoilée cousue sur l'uniforme brandissent des chiens d'attaque à 10cm de la face du "patient". Ces soins très spéciaux lui sont prodigués durant des mois.

      Octobre 2002 : peu après son anniversaire (16 ans), Omar Khadr est transféré sur la base de Guantanamo (Cuba). Il est placé non pas avec d'autres  détenus mineurs mais en compagnie d'adultes.
     Les interrogatoires reprennent. Pour le stresser et le déstabiliser, ses gardiens l'obligent à se tenir dans des positions alambiquées durant des heures ; il est privé de sommeil comme aux plus belles heures des "démocraties populaires" de l'Est (voir le film "L'Aveu"). Il arrive que, ses liens étant tellement serrés au corps, il se fasse dessus. Ses geoliers le battent comme plâtre régulièrement, l'étranglent jusqu'à l'asphyxie, tentent de le violer et d'autres "procédures". Au moindre signe extérieur de résistance, il est placé en isolement total.

     guantanamo.jpg(Cuba : le camp militaire d'internement U.S. de Guantanamo - parallèlement, l'administration états-unienne vilipende le régime "dictatorial" castriste)


     Changement de régime à partir de juillet 2004 : Omar passe dans un camp pour "détenus non coopérants", prisonniers dont les services secrets de l'armée estiment qu'ils présentent un grand intérêt du point de vue "renseignement". Dans ce lieu, les cellules sont éclairés 24 heures sur 24 par des néons éblouissants (le même traitement fut réservé dans les années 70 aux membres de la "Rote Arme Fraktion" engeôlés en Allemagne de l'Ouest - sous un gouvernement social-démocrate). Omar Khadr aura droit à ce régime particulier durant 3 nouvelles années.

     7 novembre 2005 : il passe devant une commission militaire (dont on examinera plus loin l'intéressant statut).
     2 février 2007 : J. Groharing, procureur, accuse Omar Khadr de meurtre, tentative de meurtre, conspiration, complicité d'actes terroristes et espionnage. Rien de moins rien de plus pour un jeune homme qui a 20 ans.
   
    Comme l'a constaté le vénérable Robert Badinter, ex-statue du Commandeur de la gauche mitterrandienne, Omar fut emprisonné dès l'âge de 15 ans. Il est donc un "enfant-soldat". Sans compter que son père l'a "formé" dès le 1er âge. Il est une victime, non un accusé légalement "coupable" de quoi que ce soit. Cependant, les "alliés" d'outre-Atlantique légifèrent différemment, plus "souplement", avec une faculté d'adaptation qui fait envie à toutes les dictatures planétaires.
        Car ceux-là comptent condamner l'enfant-soldat en tant qu'adulte, même s'ils le détiennent depuis 5 années.

      Selon des règles internationales que les principaux impérialismes ont signé tout en se gardant de les respecter, il n'est pas question de juger, encor moins de condamner une personne mineure au moment des faits incriminés. Bref, depuis 2002, les Etats-Unis détiennent et "interrogent" spécialement un enfant devenu un jeune homme. En outre, Omar Khadr a été emprisonné avec des adultes, puis mis à l'isolement - version moderne du "cachot". Il n'a reçu rien d'autre que des coups et des humiliations plus ou moins sophistiquées, pas d'éducation, aucun enseignement (quoiqu'il en ait appris pas mal sur la démocratie états-unienne).

   Qu'en est-il des "commissions militaires" instituées notamment sur le camp d'internement de Guantanamo ? Elles sont juridictions d'exception, c'est-à-dire montées spécialement à la suite d'évènements concernant les Etats-Unis. Leurs champs de compétence concerne les  "alien enemies unlawful combattants" (ennemis étrangers combattants illégaux), définition arbitraire suffisamment élastique pour laisser la bride sur le cou des procureurs militaires, "spéciaux" eux aussi.
        L'administration centrale peut intervenir à loisir dans ces commissions, occultant allègrement une indépendance supposée de la justice, fut-elle militaire. C'est le secrétaire d'Etat à la Défense en personne qui a défini leur règlement, présidé à la désignation du juge, des "conseils" de l'accusation...et de la défense. C'est le même secrétaire d'Etat qui indique quelles sont les preuves acceptables contre les accusés et qui impose les procédures concernant les informations classées "secret défense".

       Emprisonné depuis 2002, Omar Khadr n'a pu recevoir la 1ère visite d'un avocat qu'en fin d'année 2004.
     L'accusation a recours à des preuves par "ouï-dire", invention spécieuse qui renchérit le dossier à charges. Difficile pour la défense de contrer ces "ouï-dires", vu que l'accès aux informations "secret défense" lui est prohibé. En outre, son droit à produire des preuves ou des témoins est extrêmement restreint. L'accusation, elle, n'est nullement tenue de citer ses sources "secret-défense" ou "préjudiciables à la sécurité nationale" (et une formule "plastique", une).

       Last but not least, le procureur militaire est habilité à s'appuyer sur des aveux obtenus par la "contrainte", pour utiliser un euphémisme. Ce qui permet à la justice d'officialiser et de légitimer a posteriori des années d'interrogatoires "coercitifs" (un euphémisme, un).

       Telle est la terrible et instructive histoire d'Omar Khadr, enfant-soldat arrêté à 15 ans, interné dans un camp spécial, maltraité, humilié, torturé au nom de la "liberté" et de la "démocratie" et finalement accusé des plus lourdes charges, mais dont la principale reste non formulée officiellement : avoir résisté à l'impérialisme états-unien.

torture----Guantanamo.jpg(God bless America)
Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans karpov
commenter cet article
23 janvier 2008 3 23 /01 /janvier /2008 10:25


LES CHAÎNES TELE DE L'ESCLAVAGE
undefined                           
                       

undefinedFrance-2.jpg
     Faut-il que ce soit un nabot politique tel que celui qui "préside" aux destinées de l'impérialisme hexagonal qui déchire d'un claquement de doigt les oripeaux de la gauche bien française et lui fasse faire la culbute comme un vulgaire top-model recyclé.
    
     En proposant la suppression de la pub sur les chaînes et radios "publiques", c'est bel et bien ce qu'
a accompli le petit bonhomme. Désarroi et atermoiements du côté des soi-disant représentants des plus démunis.

     Suprême satisfaction pour l'immigré hongrois : avoir réussi à soumetttre l'olive besancenotienne. Le leader "charismatique" [prononcer avec le "che" de "cheminée"] a indiqué qu'il était contre cette mesure, à cause du "manque à gagner" pour les salariés de l'audio-visuel "public".

         Voilà un dirigeant "révolutionnaire" obligé de soutenir la vitrine de la "société de consommation", par des contorsions rhétoriques que ne désavouerait pas un Kouchner ou une Fadela Amara. Le cochon d'Inde gauchiste réclame (c'est le cas de le dire) le maintien de la pub sur les médias "publics" : LA PATATE REVOLUTIONNAIRE C'EST LA PATATE LCR !
 
       Rendons à César ce qui lui revient de droit : en quelques mois de présidence, Sarkozy a fait autant pour exhiber la véritable nature opportuniste de la gauche que cette gauche elle-même.

        Pour cela au moins, qu'il en soit remercié.
  

Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans karpov
commenter cet article
21 janvier 2008 1 21 /01 /janvier /2008 11:04
 
FLIGHT UPON A CUCKOLDS' NEST


     "On apprit par exemple que [la CIA] avait, dans les années 1950, administré à des citoyens américains, à leur insu, du LSD pour en tester les effets : un scientifique américain en prit sans le savoir une telle dose qu'il tomba de la fenêtre d'un hôtel de New-York et s'écrasa sur le sol."

     "Elle avait également introduit en 1971 le virus de la fièvre porcine à Cuba, provoquant l'abattage de 500 000 porcs."

     "L'enquête sur le FBI révéla pour sa part de nombreuses années d'opérations illégales destinées à miner et à détruire les mouvements radicaux et les groupes de gauche de toutes sortes. Le FBI avait fabriqué de fausses correspondances, commis de nombreux cambriolages (le Bureau en avoua 92 entre 1960 et 1966), ouvert illégalement du courrier et ... participé à un projet d'assassinat du leader des Black Panthers..."

     "...le rapport final fut classé confidentiel par la Chambre. Quand il fut tout de même partiellement rendu public dans le Village Voice de New-York par Daniel Schorr, journaliste à CBS, aucun des grands journaux nationaux ne relaya ses informations. Schorr fut ensuite suspendu par CBS..."

[Howard ZINN, Une histoire populaire des Etats-Unis] 

(suite et fin) :

Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans karpov
commenter cet article
20 janvier 2008 7 20 /01 /janvier /2008 13:04

STAR STRANGLED BANNER


     
       "A Genève, une conférence internationale présida aux accords de paix entre la France et le Viet-minh. Les Français devaient se retirer momentanément dans le Sud du Vietnam tandis que le Viet-mihn resterait dans le Nord. 2 ans plus tard une élection serait organisée dans un pays réunifié et les Vietnamiens désigneraient alors leur propre gouvernement.
   Les Etats-Unis s'empressèrent d'empêcher cette réunification et placèrent le Sud-Vietnam dans la sphère d'influence américaine. Ils installèrent à la tête du gouvernement de Saïgon un ancien dirigeant vietnamien, Ngo Dinh Diem, qui avait vécu dans le New Jersey. Les Américains l'incitèrent à rejeter les élections prévues pour la réunification du pays."

     "Diem bloqua à plusieurs reprises les élections demandées par le Viet-minh et, grâce à l'aide financière et militaire américaine, son gouvernement s'imposa de plus en plus fermement. Selon le Pentagon Papers, "le Sud-Vietnam était avant tout la créature des Etats-Unis"."

[Howard ZINN, Une histoire populaire des Etats-Unis]
Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans karpov
commenter cet article
18 janvier 2008 5 18 /01 /janvier /2008 15:17

LE RETOUR DU COW-BOY
 
 
 
 
   
     1845
: "Les masses réclament la guerre." (New-York Herald) "Partons en guerre. Le monde est devenu triste et insipide, tous les navires doivent être capturés et les cités abattues, et le globe mis à feu et à sang afin que nous puissions redémarrer. Ca pourrait être drôle. Quelque chose d'intéressant. Dont on puisse parler." (Journal of Commerce) "Les esprits jeunes et ardents qui se pressent dans les villes exigent un exutoire à leur énergie, et leur attention se porte déjà sur le Mexique." (Morning News)
    
     Les journaux relayaient-ils le sentiment de l'opinion publique ou l'inspiraient-ils ?

[Howard ZINN, Une histoire populaire des Etats-Unis]


(suite) :



(à suivre)
Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans karpov
commenter cet article
17 janvier 2008 4 17 /01 /janvier /2008 17:54

L'EMPIRE S'ATTAQUE ! 



 


[à suivre]

(remerciement fraternel à Yacedjaz : o2soudubalcon.canalblog.com)
Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans karpov
commenter cet article