Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 juin 2007 3 06 /06 /juin /2007 09:47

CELEBRONS ARAGON !

(lalalalonlère et lalalalonlon)

(1897- 1982)

    

     A l'occasion du 110ème anniversaire de la naissance du grand poète et prosateur Louis Aragon, le Sous-Lieutenant P.M. Karpov a eu à coeur d'exhumer des aspects de l'artiste que, curieusement, le journal "L'Humanité" a omis de mettre en valeur dans son panégyrique.

     Alors brièvement : ARAGON Louis, né et mort à Paris, co-fondateur du mouvement surréaliste (avec André Breton, Paul Eluard, Antonin Artaud, René Char, Luis Buñuel, Salvador Dali, etc.) ; dès qu'il entre au Parti Communiste Français, produit des poèmes à la gloire de l'URSS et des romans de "critique sociale" ; durant l'occupation allemande, ne fait rien de particulier hormis des poèmes classicisants ; ensuite il "réfléchit" sur l'art, la poésie, tout ça, devient une sorte de dandy surmonté d'un beau chapeau, souvent accompagné de quelques "mignons" et après, hop ! meurt donc à 85 balais.

     Il est temps de faire à la place du PCF ce que le PCF n'a pas fait : réhabiliter la mémoire du poète. C'est le S-L K. qui s'y colle volontiers. Tout petit il a mémorisé les beaux vers d'Aragon, en écoutant les chansons de Léo Ferré et de Jean Ferrat (sorte d'Akhenaton des années 70) et une fois, il a même vu Aragon de dos, déambulant avec écharpe de flanelle et Panama blanc, flanqué de 2 mignons. Dès lors, il en conçut un indicible sentiment de gratitude.

     Si on a l'idée saugrenue de raconter Aragon aux enfants (même s'ils n'ont pourtant rien fait de vilain), il faut insister sur un 1er point : dans les années 30 chez les artistes, il n'y eut pas plus patriote que Louis, pardon, que lui.

    

1. ARAGON PATRIOTE

    

     Aragon était tellement patriote que même son vit était bleu blanc rouge.

 

 

 (la couverture de lit du Louis)

    

     Il avait fait vocation d'aimer son pays avec la plus tenace passion. Qu'on hisse le drapeau tricolore et la larme lui venait d'abord à l'oeil gauche, puis au droit (toujours le même ordre). Tout ce qui était estampillé "français" le ravissait jusqu'à pâmoison. Il se plaçait au 1er rang de toutes les célébrations, cérémonies et rites patriotiques et là, il faisait la claque à s'en faire saigner les menottes. En matière de nombre d'avions ou de chars de "notre" armée (celle qui allait se faire bousiller en 5-sec quelques années plus tard), il était incollable. Oui, Louis avait un côté militariste vers lequel le faisait pencher sa "patriotitude", comme dirait la Bourgeoise.

     Il était persuadé que, du fil à couper le beurre jusqu'aux bretelles élastiques, "son" pays avait tout inventé, tout créé et il en concevait une adoration béate, pour ne pas dire "béante".

     En même temps, si on persiste dans cette volonté surréaliste de conter Aragon aux petits n'enfants, il faudra leur dire qu'en même temps qu'il était hyper-patriote, Louis était aussi et tout autant passionnément "communiste", càd pour l'époque, stalinien, parce qu'en ce temps-là voyez-vous, Iossip Vissarionovitch Dougachvili dit "Staline" était bien vivant, en pleine forme, en train de liquider de bas en haut et de long en large toute la génération qui avait accompli la Révolution d'Octobre 1917.

2. ARAGON STALINIEN

 

                                                                (le poster au-dessus du drap de lit tricolore de Louis)

      

     Aragon était tellement stalinien qu'il avait versifié les minutes des procès de Moscou (1935 à 38), ces grandes purges filmées par lesquelles le "petit Père des Peuples" (et du petit Louis) élimina toute opposition à la "ligne du Parti".

        Cela n'alla pas sans cahots pour la carrière artistique du p'tit Louis. En 1933, il était allé en URSS pour attacher les lacets de son petit Père, boutonner sa vareuse et lui lisser les moustaches. Là-bas, Papa Joseph indiqua à P'tit Louis que le mouvement surréaliste (dont il était un des piliers) était une manifestation de la dégénérescence petite-bourgeoise occidentale. Aussi sec, P'tit Louis rentra au pays et signa un texte crachant sur le surréalisme. Quand le poète André Breton écrivit un cinglant désaveu du "nouveau" P'tit Louis, celui-ci n'hésita pas à le menacer de se suicider mais apparemment, il ne mit pas sa menace à exécution. La passion ne se négocie pas, comprenez-vous.

 

(André Breton - portrait par Man Ray - le plus connu des surréalistes, poète ami d'Eluard, de Frida Kahlo et de...Louis Aragon. Puis plus ami avec ce dernier)

 

     P'tit Louis exigea notamment la fin de la collaboration de Dali au groupe surréaliste, car il avait découvert grâce à Papa Joseph que les toiles du peintre avaient un caractère "pornographique". Devant le refus de ses désormais anciens collègues, il les dénonça comme "contre-révolutionnaires", le tout au nom de sa conception "dialectique" de la vie. La "dialectique" à la Staline, ça ne se discute pas, voyez-vous.

     Pour terminer, on demandera aux n'enfants à qui on a eu l'idée abracadabrantesque de raconter tout ça d'apprendre par coeur la petite comptine ci-dessous, en n'omettant pas de leur préciser que le "Guépéou" était la mouture précédente du fameux KGB (et, pour expliquer "KGB", leur dire : "c'était le cagibi où l'on enfermait les vilains qui suivaient pas la "ligne du Parti"") : 

      

[Extrait de "Prélude au temps des cerises"]

IL NOUS FAUT UN GUEPEOU

 Il s'agit de préparer le procès monstre d'un monde monstrueux Aiguisez demain sur la pierre Préparez les conseils d'ouvriers et soldats Constituez le tribunal révolutionnaire J 'appelle la Terreur du fond de mes poumons Je chante le Guépéou qui se forme en France à l'heure qu'il est Je chante le Guépéou nécessaire de France Je chante les Guépéous de nulle part et de partout Je demande un Guépéou pour préparer la fin d'un monde Demandez un Guépéou pour préparer la fin d'un monde pour défendre ceux qui sont trahis pour défendre ceux qui sont toujours trahis Demandez un Guépéou vous qu'on plie et vous qu'on tue Demandez un Guépéou Il vous faut un Guépéou Vive le Guépéou figure dialectique de l'héroïsme Vive le Guépéou véritable image de la grandeur matérialiste Vive le Guépéou contre dieu chiappe et la Marseillaise Vive le Guépéou contre le pape et les poux Vive le Guépéou contre la résignation les banques Vive le Guépéou contre les manoeuvres de l'Est Vive le Guépéou contre la famille Vive le Guépéou contre les lois scélérates Vive le Guépéou contre le socialisme des assassins du type Caballero Bancour Mac Donald Zoergibel Vive le Guépéou contre tous les ennemis du Prolétariat VIVE LE GUÉPÉOU
 (LOUIS ARAGON, 1931) [on fera remarquer à la jeune assistance que, 4 années plus tard le petit Père Noël soviétique
exauça le voeu du p'tit Louis. Les grandes purges firent, selon les estimations, entre 7 et 8 milions de victimes.]
 Vive Louis Aragon ! Vive la France ! Vive Staline ! Vive le PCF ! Vive l'Art et les cochons ! 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Démocratie 09/06/2007 15:11

ce que tu fais me plait tovaritch... passe me voir à l'occasion sur mon blog.

Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV 09/06/2007 17:02

     D'accod'ac'. Le S-L K. vient tout juste d'essayer, mais il n'est pas parvenu à accéder à ton blog. Il ré-essaiera.

claude 06/06/2007 15:04

Claude se bat au quotidien contre la bêtise et pour la vie, la dignité de la vie. Le respect ne se coupe pas en rondelles.
Je suis pas sûr qu'on parle la même langue. Mon boulot et ma vie sont du genre "au bord du gouffre". Vieux jeu n'est pas une expression qui s'applique à moi, ou alors si, genre 1792-94.
Les "arguments" que tu as utilisés sont du genre "faciles", "précuits", jusqu'à celui de la gonzesse qui charme... Tu penses que tu peux me dire que je suis sous le charme, et espérer que je le prenne bien, alors qu'il n'y a pas plus petit bourge que ces allusions de cul? On se croierait dans une cour d'école, ou une boite de nuit (j'exagère, parce que je ne fréquente pas ces endroits). Plus individualiste tu meurs. Merci de l'idée que tu te fais de moi. Ou je dois pas avoir d'humour alors.
C'est ça, j'ai pas d'humour. Plié.

Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV 06/06/2007 15:26

 
     Non Jeff, t'es pas tout seul, mais arrête de chialer etcetera...
     Reviens-en à l'angle d'attaque principal de Karpov : la personne "charmante" a un fond de cuve sarkozyste.

claude 06/06/2007 13:45

il est vrai que tu as raison, là.
Il est vrai aussi que, à côté, sousle balcon, tu déconnes, selon moi.
T'en fais ce que tu veux, mais tu ressembles à ceux que tu dénonces, ds ton post à sarah! merde!

Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV 06/06/2007 14:45

 
     Aujourd'hui, en bloggant, Karpov boit du rhum ambré "Pur Antilles". Ce qui prouve sa sincérité TOTALE. Si t'étais en sa compagnie, il trinquerait avec toi.
     Allez Claude, arrête un peu de faire le "vieu jeu" !
 

claude 06/06/2007 13:00

les grandes purges et la famine organisée en Ukraine.
Comme quoi (je parle des famines organisées mais aussi des purges plus savantes: on décérèbralise (?) les gosses avec des mp3 et la starac), le meilleur moyen de totalitariser c'est encore d'y aller masqué -le p'tit père des peuples- et sans complexe -pour causer comme notre bien aimé président, dieu l'ait en sa sainte garde.
Notre poète national? Notre Aragon? Démultiplié, en moultes individus de la jet set... Tous à chanter l'idéologie dominante!

Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV 06/06/2007 13:11

 
    Il est vrai que le fascisme et le stalinisme se sont dissous dans la société "post-moderne".