Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 11:39

PLUS POURRIE LA VIE

SAISON 2




Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans Rubrique à brac
commenter cet article
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 08:07



EN EXCLU, AVANT-PREM' ET TOUT CA :

PALMARES OFFICIEL CANNES 2009



PALME D'OR DU RECYCLAGE INUTILE


Francis Veber, pour «L’Emmerdeur»


PALME D'ARGENT DU TARISSEMENT D'INSPIRATION

Agnès Jaoui, pour «Parlez-moi de la pluie»



PALME DE BRONZE DU FILM D'HORREUR


Francis Huster, pour «Un Homme et son chien»


PALME D'ETAIN DE LA CHUTE LIBRE

Gad Elmaleh, pour «Coco»


PALME DE NICKEL DU SEX' A PILES ALCALINES


Arielle Dombasle, dans «La Possibilité d’une île»


OSCAR-TEFIGUE DU COMPOSTAGE HUMAIN

Catherine Deneuve, dans «Cyprien»


PALME DE FER BLANC DE L'INTERPRETATION INUTILE

Cali, dans «Magique»

Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans Rubrique à brac
commenter cet article
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 13:49



JOURNEES PORTES OUVERTES EN ISRAËL :

LA PESTE BLANCHE DEBARQUE A JERUSALEM !


Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans Rubrique à brac
commenter cet article
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 16:39

MALGRE TOUTES LES PRECAUTIONS SANITAIRES

LE VIRUS AL1 A DEBARQUE A PARIS !



[Avigdor LIEBERMANN]


Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans Rubrique à brac
commenter cet article
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 15:36







UNE NATION DE LUNATIQUES (7)

"Parmi tous les peuples civilisés, je considère l'Américain comme le plus fatigué"

      J'ai mentionné tout à l'heure la "galerie de brigands" que constituent nos Vice-Présidents. Leurs épouses sont pires encore. A part Jacqueline Kennedy, la seule femme de Président renommée pour son charme et sa beauté... On s'interroge sérieusement pour savoir comment ces gens ont pu faire l'amour. On se demande si, leur langue ayant fourchée, ils ont jamais pu prononcer ces paroles grossières désignant les organes sexuels. Pouvez-vous imaginer un petit dialogue de ce style survenant entre le Président de notre pays et son épouse légitime ?




      LUI : Bonjour, Jenny, en forme ce matin ? Tu ne veux pas tirer un coup en vitesse avant que j'aille signer la paperasse ? J'ai le feu au cul.
   
      ELLE : S'il te plaît, ne parle pas ainsi. - C'est sale. Tu me fais rougir.

      LUI : - Qu'est-ce qui ne va pas cette fois ? - mes blasphèmes, ta migraine, tes hémorroïdes ? Baiser un bon coup te remettra sur pieds.

      ELLE : Ton vocabulaire est abominable. J'aime bien avoir des relations, de temps à autre, mais de façon polie et discrète. Après tout, tu es le Président des Etats-Unis.

       LUI : Fais pas chier avec tes conneries... Couche-toi et écarte les jambes. Je vais te baiser ferme, que ça te chante ou non.

      Pareil entretien est-il concevable ? Si oui, pourquoi ? Parce qu'il est le Président et, elle, la Première Dame ? Cela les rend-il inhumains ? Si la Tsarine de Russie, la Sainte Russie, était capable de baiser tous les hommes à la ronde et finir ses jours avec un étalon, pourquoi sommes-nous incapables de concevoir notre Président et sa femme en train de faire comme le reste de l'humanité ? Toutefois, en regardant la tronche de ces épouses de Président, vous arrêtez de vous poser des questions. C'est écrit en gros caractères sur leurs gueules. Pour elles, baiser est passé de mode. On se demande comment elles ont fait pour avoir des gosses. (Elles auraient tout aussi bien couver des canards ou des belettes.)


       Nos livres d'histoire glissent sur les détails aussi intimes. Même la démence est un sujet plein de tendresse. J'ai mis longtemps à découvrir la triste condition de Lincoln. (...)

        Il y a des milliers de façon d'empêcher la vérité de faire son chemin. Ainsi qu'on "paye son dû", comme on dit, pour devenir une star de cinéma, de même l'écrivain hardi et téméraire paie-t-il le sien, d'une façon ou d'une autre. J'ai payé en ayant faim, en étant censuré, attendant jusqu'à l'âge de soixante ans d'avoir les moyens d'ouvrir un compte en banque. Le fait que j'aurais été torturé et fusillé sous Hitler n'adoucit pas pour autant la pilule. D'une certaine façon, la censure sévit toujours ici. Les hommes au pouvoir savent comment se protéger. L'homme qui a fait ce qu'il a voulu ainsi que je l'ai dit plus haut, c'est Nixon. Et, pour être honnête, je ne vois pas comment empêcher un autre Nixon de prendre le pouvoir demain. Nous ne nous sommes pas améliorés ; la politique est le jeu louche qu'elle a toujours été. (...) Un millier de Billy Graham ne changeront rien avec leurs chevelures. Parmi les occultistes circule la croyance qui si un changement dans le bon sens se produisait, ce serait en Amérique. Rien ne me ferait autant plaisir si ça se réalisait. Aussi amères et désagréables mes paroles puissent-elles paraître, je ne hais pas l'Amérique et les Américains. Si je considère notre histoire comme un fiasco complet, je pourrais en dire autant de la plupart des pays civilisés. Comme je l'ai dit quelque part, je ne peux penser à aucun individu d'un grand pays pouvant déclarer ainsi que les Pygmées : "Nous sommes contents tels que nous sommes. Nous ne voyons pas pourquoi nous devrions changer !" En fait, cette pensée est impensable pour tout homme civilisé. Et parmi tous les peuples civilisés, je considère l'Américain comme le plus fatigué et le plus insatisfait, comme un idiot qui croit qu'il est capable de transformer le monde à l'image qu'il s'en fait. Pendant qu'il transforme le monde pour l'améliorer, comme il le croit stupidement, il l'empoisonne, il le détruit. Walt Whitman observa ce phénomène il y a plus de cent ans. Il se référait à nous en tant que nation de lunatiques. Il se pourrait bien que Walt Whitman soit le plus grand Américain qui ait jamais existé !



      Voici les mots exacts de Walt Whitman, tels qu'il les écrivit il y a près de cent ans : "Continuez, mes Chers Américains, fouettez vos chevaux jusqu'au bout - La surexcitation ! L'argent ! La politique ! - Ouvrez toutes les vannes et libérez-la - dansez, que le reste tournoie - bientôt vous l'atteindrez cette vitesse folle et vous ne pourrez plus ralentir. Au moins munissez-vous sans tarder, Vieux et Nouveaux Etats, de plusieurs milliers d'asiles d'aliénés. Vous êtes en bonne voie de créer une nation de purs lunatiques."





The end




HENRY MILLER
(1978) 


Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans Rubrique à brac
commenter cet article
30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 10:31







UNE NATION DE LUNATIQUES (6)

"Chez nous, il y a des freaks qui cacheraient jusqu'au sexe des animaux."

    (...) Tout ce qui jaillit - bon ou mauvais - est aussitôt tué dans l'oeuf. Ce qui nous choque aujourd'hui, demain sera monnaie courante. (...)

      Les plus grandes forces de l'ordre, les plus grands gangsters, les plus grands arsenaux de canons, le plus élevé taux de meurtres, la plus grande corruption, la plus gigantesque armée de putains, les prisons les plus modernes (et les pires !), les asiles les plus malsains, etc. Premier en tout, le meilleur, le plus grand, le plus gros, le plus plus. Chez nous, les superlatifs ont perdu leur valeur.

        
Avec la Mafia et les adolescents qui tuent pour se défouler, nous avons des Jesus Freaks d'un style ou d'un autre, les Mormons, les Adventistes du 7e jour et Dieu sait quoi. Un fantastique potage au cari ! Notre Secrétaire d'Etat sautille d'un pays à l'autre comme un pigeon pour amener la paix au monde tandis que ses associés du Congrès vendent des armes à tout venant... Nous courons le danger d'être étranglé non par les monstres gigantesques, la Russie et la Chine, mais par de petits pays qui ont ce dont nous avons besoin...

          (...) De même qu'avec Benjamin Franklin qui nous représenta à la Cour de Paris, nous glissons sur les choses en disant que c'était un homme à femmes ou quelque euphémisme de cet acabit. Pour une raison ou une autre, distingués hommes d'état, ambassadeurs et leur clique, n'ont pas le droit de baiser sinon avec leurs épouses légitimes. (Ce qui m'incite à croire que l'une des raisons pour lesquelles nous avons traité si durement les Mormons, c'est qu'ils avaient plusieurs épouses. Nous étions jaloux d'un commerce sexuel aussi libre.)




        Je n'aurais jamais rien su des amours de Thomas Jefferson (avec ses esclaves) si je n'avais vu des photos de sa progéniture, dans un magazine, chez un de mes amis noirs. Chose curieuse, mon ami préférait Jefferson à Lincoln.



        Lorsque j'ai parlé des montagnes, des rivières et des canyons, il y a quelque temps, j'ai oublié de mentionner des lieux aussi excitants que Harlem, Chinatown (New-York) et les abattoirs de Chicago. Ou les visites que j'ai faites à quelques prisons et pénitentiers célèbres dont notre terre est nantie. Je ne devrais pas omettre non plus les grands dancings comme le Savoy à Harlem et le Roseland à Broadway. Ni les grands orchestres, les grands musiciens qui ont rendu ces endroits célèbres.



      De la même façon qu'on attribue à Gustav Malher, le grand compositeur, d'avoir poussé ses élèves à lire Dovstoïeski plutôt qu'à se débattre avec les harmonies et les contrepoints, je dirais que (s'il était possible de faire machine arrière) le meilleur complément à l'éducation supérieure est une connaissance approfondie des dancings et du burlesque. Aussi tolérants que nous puissions en avoir l'air, le puritanisme nous a profondément marqué. Chez nous, il y a des freaks qui cacheraient jusqu'au sexe des animaux. Qui sait ce qui leur adviendrait si on les obligeait (à la ferme) à regarder un taureau en train de mater une vache en chaleur.
 

(1978)

[à suivre]
 

Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans Rubrique à brac
commenter cet article
29 avril 2009 3 29 /04 /avril /2009 11:29





4 avril 2009, STRASBOURG
Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans Rubrique à brac
commenter cet article
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 16:55








UNE NATION DE LUNATIQUES (5)

"Nous avons nos propres Cosaques, notre Gestapo à nous et nos tyrans."

     Un homme doit être légèrement gaga pour vouloir devenir Président des Etats-Unis. (...) Même s'il en a le désir, il ne peut remettre le navire à flot. Il n'est qu'un pion dans les mains d'intérêts divers, cupides et assoiffés de sang. (...) Malgré tous ses malheurs et ses misères, notre peuple a subi un profond lavage de cerveau, si bien qu'il accepte et supporte tout ce qu'on lui propose. Et s'il se met à chuchoter, à protester, à formuler ses plaintes, la police l'obligera rapidement à rentrer dans les rangs. C'est presque aussi terrible qu'avec les Tsars. Nous avons nos propres Cosaques, notre Gestapo à nous et nos tyrans.

      Avoir pardonné à Nixon a causé un certain scandale, sans plus. Une faible minorité pense qu'on aurait dû l'envoyer à la chambre à gaz ou, en tout cas, au pénitencier. C'est certainement quelqu'un d'unique, pas seulement à cause de son ego, son opiniâtreté, son hypocrisie, mais pour tout ce qu'il a réussi. En bref, le meurtre. (...)

       Ce qui précède risque de faire croire que je n'ai jamais rien aimé dans ce damné pays. Mais, entre autres conneries, j'ai aussi mes héros, mes idoles. Ils forment un groupe plutôt bigarré. En voici quelques-uns : ...Aguinaldo, le rebelle Philippin qui a lutté contre l'Amérique jusqu'à sa mort..., W.E. Burghardt Du Bois qui m'a profondément influencé et qui a terminé finalement au Ghana après un séjour au pénitencier, Emma Goldman, l'anarchiste, qui m'a ouvert au monde de la culture, Elyzabeth Gurlez Flynn du I.W.W. [Industrials Workers of the World], Sacco et Vanzetti, Malcolm X, Jack Johnson, Jack Dempsey, Charlie Chaplin, Martin Luther King, Louis (Satchmo) Armstrong, ...le Général Robert E. Lee, Laurel & Hardy. J'aime aussi les Montagnes Rocheuses, les Grandes Smokies, les Blue Ridge Mountains, le Grand Canyon en Arizona, l'Etat d'Arkansas, les indiens Hopi, Joe Louis, Thomas Jefferson, ... New-York, Pocahontas, les bateaux ferry, les voitures de pompiers tirées par les chevaux, l'Opéra Métropolitain, le cinéma muet et la plupart des stars de Vaudeville. J'adore Elsie Janis, Harpo Marx, Greta Garbo et des milliers d'autres.

 





      

       Les gens et les choses n'ont pas toujours été aussi puants. Il y eut des hommes et des femmes qui n'étaient ni bigots ni racistes. Il y eut des personnalités officielles ici et là - Eugène Debs, Wendell Holmes - qui croyaient effectivement à la libre parole et à la justice par-dessus tout. Mais leurs noms ne courraient pas les rues. Ce n'était pas "la terre du libre et du brave" à laquelle les vigoureux émigrants avaient rêvé. (Même aujourd'hui le Ku Klux Klan est prospère ainsi que le nazisme. Impensable, mais vrai.) Non, ce n'était pas une société saine... (...) Elle avait des possibilités limitées. Elle ne fut jamais sous l'emprise de la ferveur révolutionnaire. (Le plus près qu'on se soit rapproché de la révolution, ce fut au temps des I.W.W.).


      On a ridiculisé et abusé de chaque nouvelle fournée d'immigrants. Nos politiciens ont toujours soutenu le mauvais bord - les dictateurs fascistes. Les juntes militaires. Notre politique étrangère a toujours été une catastrophe. Aux yeux de l'homme de la rue, il n'y a jamais eu de grande différence entre un Socialiste ou un Anarchiste.

       Nous n'aurions jamais l'audace de recommander à nos maîtres d'école les travaux du Prince Kropotkine. Une figure sainte comme celle de Eugène V. Debs est pratiquement inconnue des jeunes gens d'aujourd'hui. Nos jeunes gens sont complètement désintéressés de politique et on les comprend. Leurs héros sont des joueurs de football et de basket, ... des gangsters et d'autres du même genre. (Pas Al Capone - il était trop humain à leur goût. La variété sang glacé leur plaît davantage.)



(1978)

[à suivre]



Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans Rubrique à brac
commenter cet article
23 avril 2009 4 23 /04 /avril /2009 18:32



"PILOU PILOU !"




[Samedi 18 avril, Marseille]
Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans Rubrique à brac
commenter cet article
12 avril 2009 7 12 /04 /avril /2009 16:36






UNE NATION DE LUNATIQUES (4)

"S'il existât jamais une société malade, la voici."

       Que dire du théâtre aujourd'hui ? Quand on pense au Continent, ou même à des parties de l'Asie, notre théâtre, notre musique, c'est du néant. (...) Les pièces de Broadway et d'Off B'Way, ce n'est pas du grand théâtre. Il n'y a pas de théâtre pour le peuple. (...) Nous avons de l'argent, beaucoup, mais pour les bombes, les sous-marins, les têtes chercheuses, pour tout ce qui est destructif, jamais pour la culture, l'éducation, ou pour soulager la pauvreté ! Et dire que des milliers de gens pauvres habitant le pays soi-disant le plus grand du monde sont obligés de se nourrir avec des aliments pour chien et pour chat. Je dis des milliers mais, d'après ce que j'en sais, ça pourrait être des millions.



       Et que dire au sujet de nos nobles forces de l'ordre, nos supposés protecteurs? De quels crimes ne sont-ils pas coupables ! Quelle haine, quelle méfiance n'inspirent-ils pas ? Corrompus est tout juste le mot qui convient ! Et nos héros ? C'est dans les rangs du sport qu'il faut aller les chercher. En ce moment, c'est Muhammad Ali. Demain ce sera peut-être un quaterback ou un lanceur gaucher. Nous avons eu nos héros dont la plupart ont été assassinés ou conduits au cimetière ! Beaucoup de héros silencieux. C'est dangereux de résister...dans un pays où nous avons élevé une race d'hommes tel que le Col Blanc, l'Anglo-Saxon Protestant - un monstre façonné par la nuit des temps, une espèce qui n'hésitera jamais à s'adonner à ses lubies. D'autres pays ont également des dictateurs...capables d'accomplir des actions atroces. Mais seul l'Américain, ce "100 pour 100", accomplit ses méfaits avec une contenance aussi aimable et une mine aussi franchement hypocrite. Se pencher sur le Vietnam donne la nausée. Et il y a des gens qui traitent nos anciens combattants comme des "héros", à Dieu ne plaise.



       Au-dessus de la confusion, du double-jeu, coiffant le tout, plane un soupçon généralisé. On ouvre le journal et l'on peut être sûr de retrouver les histoires de la veille et de l'avant-veille. Maires, gouverneurs, présidents de banque et même leaders religieux ne sont plus au-delà du soupçon. La crème de la société, comme on dit, a des pensées tout aussi criminelles que la lie. Les enfants tuent parce qu'ils s'ennuient. Ils font ça pour donner des coups, disent-ils. Les meurtres passionnels sont de plus en plus rares et, de plus en plus nombreux ceux accomplis de sang-froid et sans raison. S'il existât jamais une société malade, la voici. A mon avis, nous sommes pires que les Romains à leur grande époque. Du temps des Romains, c'étaient les empereurs et les praticiens qui étaient pathologiques. Aujourd'hui, en Amérique, ce sont les citoyens. C'est pire qu'alors puisqu'il faut aussi inclure les enfants. Ce sont les enfants qui sont les plus effrayants. Sous quelle lune furent-ils conçus par erreur ?




       Toutes les professions ont été corrompues. Physiciens, avocats, professeurs ou juges peuvent être achetés. L'argent fait la loi. L'argent est vraiment la seule chose qui commande. Tout le reste n'est que silence. Tout le reste contemple sans écarquiller les yeux les atrocités se perpétrer les unes après les autres. Parler du public, c'est parler du Sphinx ignorant. Il n'entend rien, il ne voit rien, il ne renifle rien, il ne dit rien. Et pendant ce temps, il dégage une odeur fétide - pas l'odeur de sainteté, comme dans les anciens temps, mais l'odeur de la neutralité, de l'indifférence, celle de "va te faire foutre, Jack ! Fais gaffe à toi ! Remballe ta merde !"

      Ici, nous nous vantons d'avoir un système biparti. En réalité, c'est un système de pur chaos. D'autres pays sont considérés "chaotiques" à cause de l'état de leurs affaires. Cependant, qu'est-ce qui pourrait être plus chaotique que nous ? A la tête du chaos siège un homme soi-disant élu par le peuple. Néanmoins, c'est ironique. Réfléchissez-y ! De la totalité des leaders possiblement et potentiellement efficaces parmi 200 millions de personnes, nous n'avons le droit de choisir qu'entre deux. Encore faut-il que l'un soit Démocrate et l'autre Républicain. (...) Et ce Républicain ou ce Démocrate n'a de chance que s'il est l'ami non du peuple mais des "intérêts" déguisés. Des millions de dollars sont dépensés pour élire un imbécile ou un coquin, de toute façon, une marionnette soumise. Et c'est ce qu'on appelle une forme démocratique de gouvernement. Une dictature bénévole ferait mieux l'affaire!

(1978)

[à suivre]



     
Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans Rubrique à brac
commenter cet article