Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 juin 2007 5 15 /06 /juin /2007 10:50
PLEURE  Ô PALESTINE

     PREAMBULE

DE LA CONCEPTION DEMOCRATIQUE DES DEMOCRATIES OCCIDENTALES

         En 1990 se déroulèrent en Algérie des élections locales, les 1ères élections dites "libres". Le FIS emporta 853 communes sur 1539 et 32 provinces (wilayas) sur 48. Le lendemain, l'Etat Algérien soutenu par son "ami" l'Etat français décréta le couvre-feu et l'état de siège.

        L'an dernier en Palestine, au mois de février, les élections législatives donnèrent au Hamas 56% des sièges du Parlement palestinien. Mahmoud Abbas dit "Abou Mazen", président de l'Autorité Palestinienne, soutenu par les Etats-Unis, Israël et l'Europe aux roubignolles molles, fit capoter le résultat des urnes.

             A l'heure où le Sous-Lieutenant P.M. Karpov tapote ces lignes, le Hamas a achevé par la forces des armes ce que les élections lui avaient donné "légitimement", endossant ainsi d'une manière toujours plus seyante, le costume de "méchant" de service que le casting israëlo-états-unien a décidé de lui attribuer depuis peu.


I

AU COMMENCEMENT, LE VER ETAIT DANS LE FRUIT

           Comment appréhender ce qui se passe aujourd'hui en Cis-Jordanie et dans la bande de Gaza, si on ne revient pas aux origines du conflit ? Autant juger d'un mal par ses symptômes et chercher seulement à les effacer au jour le jour.

         La question palestienne fut posée pour la 1ère fois en 1840, dans des articles de presse relatifs à un "royaume juif", soit un territoire, un foyer juif créé par l'entremise de la Grande Bretagne. Car cette idée première est surtout une idée britannique.

              On est alors dans un contexte de démembrement de l'Empire ottoman. Vous savez, cet "homme malade de l'Europe" dont l'Europe aujourd'hui ne veut guère. Dans les chancelleries occidentales, on bave de convoitise sur des cartes géo-politiques, on suppute quels morceaux du cadavre on va pouvoir s'attribuer.

            middle-east-grndwater-1973.jpg                (l'empire ottoman en 1878 : "L'homme malade de l'Europe")




             Après 1815 (Waterloo, morne plaine), il n'existe plus de conflit direct entre l'Angleterre et la France. Ca durait depuis le Moyen-Âge et soudain, voila 2 nations orphelines de leurs tueries mutuelles. Mais il ne s'agit que de différer  l'affrontement des Empires concurrents. Toutes les guerres se feront désormais par colonies, Etats-satellites et possessions interposés.

          En Europe, la révolution bourgeoise progresse notablement, principal effet des guerres napoléoniennes (au grand dam des pacifistes de tous temps). Le conflit France-Allemagne prend momentanément le pas sur "notre" rivalité de toujours avec messieurs les rosbifs civilisés.

        Bon, 1840 donc. Un des dirigeants de l'Egypte - toujours sous domination turque - nommé "Mohamed Ali" (comme Cassius Marcellus Clay avant sa conversion) amène celle-ci à se détacher de l'ex-puissance ottomane. L'Egypte devient une sorte d'entité nationale et prétend retrouver son "égyptianité" (son égyptianitude, dirait la future secrétaire du PS français). Notre Mohamed Ali se pique de modernité (ou de "modernitude") : allié de l'Occident - notamment de la France - il ne s'oppose pas, par exemple, à la création toute fraîche d'une colonie française en Algérie (1830). Son but à lui, c'est d'avoir les mains libres au Moyen-Orient.

             Naturellement, l'Angleterre observe ce manège avec suspicion. Pour elle, il s'agit que l'Egypte ne retrouve surtout pas une aire stratégique de développement entre Moyen-Orient et golfe persique.

 
(à suivre)
 
Partager cet article
Repost0
13 juin 2007 3 13 /06 /juin /2007 17:18

 MAGOUILLE BLUES

KARAOKE









               MAGOUILLE BLUES (1974)
              
            Tous les 7 ans et même parfois avant on a droit au grand Carnaval
              Au Carnaval de la magouille
              Au grand défilé des embrouilles
              C'est tellement bidonnant
              Que ça en devient consternant
              Le candidat à l'ordre moral
              Avec sa gueule à faire châtrer tous les mâles
              Il nous parle sans rigoler
              De vieilles vertus desséchées
              Travail Famille Patrie ça va changer
              Le père La Pudeur va nous réformer, Mémé
              Il nous dit dans son programme d'acier
              Que les mâles doivent se retirer
              Lui il a quand même dérapé
              3 ou 4 fois dans sa moitié
              Il est vrai qu'c'était pour engendrer
              Des bons Français à l'âme bien trempée, Pépé
              
             (Refrain)
              Magouille blues, ... (x 6)
              
                   Les autres glands qui s'opposent viennent tous du même camp
              Et c'est d'autant plus marrant de les voir se casser les dents
              En s'envoyant dans le nez tout' leurs turpitudes passées
              Avant qu'l'un d'eux soit Président avant qu'il en prenne pour 7 ans
              Ces messieurs à l'image sociale essaient de nous r'monter l'moral
              Ils iraient même qui l'aurait cru jusqu'à nous montrer leur cul
             
              Refrain
              
                 Ils n'ont jamais autant de coeur
              Que quand il leur faut beaucoup d'électeurs
              Quand le jour J sera passé
              Fini les serments fini les baisers
              Fini les bonnes résolutions
              On red'viendra tous des pauvr'cons
              En attendant ils veulent nous faire croire
              A des arguments de bazar
              Français Françaises soyez réalistes
              Afro-socialo-communistes
              C'est là qu'est le plus grand danger
              Pour notre vieux pays traumatisé, Zézé
              
              Refrain
              
                Moi pour vous dire la vérité
              Je suis plutôt pour le danger
              La seule chose qui m'inquiète
              C'est le mec qui se trouve à leur tête
              Car plusieurs fois par le passé
              Il a sa veste retournée
              Les seuls qui soient vraiment sympas
              Qui soient un peu comme vous et moi
              Je ne parle pas du royaliste
              Ni bien entendu du fasciste
              c'est qu'auront au bout du compte
              Que 2 ou 3% des voix, pourquoi ?
              
              Refrain
              
               Il est vrai que 2 ou 3% ça fait quand même pas mal de gens
              Pas mal de gens qui sont fichés et qui un jour vont s'retrouver
              Dans un stade militair'ment gardé où on pourra toujours chanter :
              
                                                        Refrain




            PAROLES ET MUSIQUE :

participe-present-futur-acoustic.jpg
          François BERANGER (1937-2003)           
Partager cet article
Repost0
12 juin 2007 2 12 /06 /juin /2007 17:41
TERRORISME  ET  SOCIETES DE CLASSES

    Il s'agit d'abord de considérer le "terrorisme" comme n'existant pas en soi, mais toujours lié à un contexte historique.
         Par exemple, la Réforme, à partir du XVIème siècle, a redistribué les rôles entre Eglise et Etats monarchiques. C'est un défilement ininterrompu de massacres, guerres civiles et guerres tout court. Par cette voie sanglante, l'Europe passe du Moyen-Âge à son époque dite "moderne".

     "...plus la guerre civile qui se déroulait sous les étendards religieux devenait acharnée, et plus la terreur était, des 2 côtés, impitoyable".

    350px-Massacre-saint-barthelemy.jpg
  (massacre de la Saint-Barthelémy, une nuit d'août 1572)


        Au cours du XVIIème siècle, 2 révolutions bouleversèrent l'Angleterre.
     Lors de la 1ère, le roi Charles Ier fut purement et simplement raccourci d'une tête. La société anglaise fut secouée durablement ; il y eut entre autres des guerres de paysans, sanglantes "jacqueries" à l'Anglaise.

     "Dans la 1ère révolution anglaise, dans la "Grande Rébellion", c'était le peuple qui agissait... (...) D'où il résulte que, sous un régime d'esclavage de classe, il est bien difficile d'apprendre aux masses opprimées les bonnes manières".

       Le peuple anglais faisait feu de tout bois, épieux, piques, fourches, pierres, cordes, etc.

     Puis, un siècle plus tard, vint la grande Révolution française. Les Jacobins parvenus au pouvoir utilisèrent la Terreur contre la réaction absolutiste, ce qui leur permit de sauver momentanément la République. Tous les bourgeois  et petits-bourgeois "démocrates" d'aujourd'hui qui, la main sur le coeur, crachent consciencieusement sur les révolutionnaires de 1789, ne seraient pas là aujourd'hui si de telles mesures n'avaient empêché le retour triomphant d'une dynastie royale (il est aussi vrai qu'aujourd'hui, nos bons démocrates bourgeois s'identifient plutôt - à juste titre - aux "nobles" du XVIIIème siècle).

large-1-451.jpg
      Les Jacobins instaurèrent donc une dictature bourgeoise. Cette dictature s'imposait de par la situation critique de la toute jeune France révolutionnaire : armées Anglaises et Autrichiennes au Nord, Prussiens en Alsace, Piémontais vers Lyon, Espagnols en Roussillon. Sans compter la guerre civile, notamment chez les Vendéens, ancêtres politiques du comte De villiers.

     Traversons l'Atlantique et transportons-nous aux Etats-Unis à la fin du XIXème siècle. Ce sont, depuis leur fondation, une "démocratie". Mais les problèmes sociaux et économiques ne s'y résolvent pas pour autant par la voie pacifique, notamment la scabreuse question de l'esclavage.

       "Bien qu'il se fut agi non de l'abolition de la propriété privée en général mais de l'abolition de la propriété des Noirs, les institutions de la démocratie n'en avaient pas moins été tout-à-fait incapables de résoudre le conflit par la voie pacifique".

    Malgré leur défaite aux élections, les Etats esclavagistes du Sud déclenchèrent une guerre civile pour conserver le "droit" d'acheter et de vendre des esclaves noirs.
      Les Etats du Nord ne se privèrent pas, notamment par l'intermédiaire de leur Président Abraham Lincoln, de prendre des mesures "arbitraires" à l'encontre des citoyens esclavagistes. Un temps, on oublia la Constitution, les lois, les "bonnes moeurs".


annexe1.gif
                                                   (1861 - 1865 : guerre de Sécession)

       
      Au fur et à mesure que la guerre fratricide s'approfondit, les Nordistes ont recours à des mesures dîtes "d'exception" (qui dès lors, ne le sont plus).
       Tous ceux qui, au Nord, étaient suspectés de sympathie avec "l'ennemi" sudiste, furent l'objet de répression violente. Leurs journaux furent saccagés par la population (encouragée officiellement à le faire) ; on promena les éditeurs esclavagistes nus, enduits de goudron (brûlant) et de plumes.

        "La personnalité d'un planteur enduit de goudron n'avait que peu de ressemblance avec la "fin en soi", si bien que l'impératif catégorique de Kant a subi, au cours de la guerre civile américaine, un coup considérable".

       Le gouvernement états-unien n'hésita pas à faire interdire tous les journaux du parti sudiste. La presse se retrouva rapidement aux ordres de l'Etat. Le peuple fut privé de ses "libertés", mais il ne s'en préoccupa pas plus que cela, car la guerre absorbait tout.

      Naturellement, côté sudiste, on ne fut pas en reste de mesures spéciales contre les anti-esclavagistes du Sud. On les livra en pâture à des foules excitées ; des "comités de vigilance" se constituèrent, faisant la chasse au "Nordiste". Il y eut des exécutions sommaires à la suite de  simulations de "procès" (où souvent "l'accusé" était absent). Et coetera...

          Et la Commune de Paris ?
       
        Elle décréta effectivement des arrestations d'otages, en réponse aux exactions de l'armée versaillaise. En ces temps de guerre civile, c'était bien le minimum.

        "Dès lors notre but n'est pas de supprimer des vies humaines, mais bien de les préserver. Mais comme nous devons combattre pour les préserver les armes à la main, cela nous conduit à détruire des vies humaines - énigme dont le secret dialectique fût élucidé par le vieil Hegel, sans parler des sages appartenant à de plus anciennes écoles".


pariscommune1871.jpg

     La Commune mena une guerre sans merci contre les Versaillais et vice-versa. Les sbires d'Adolphe Thiers (nom prédestiné) étaient nombreux à s'introduire en douce dans la capitale. Dès lors, comment les Communards auraient-ils pu accorder le "droit d'expression" sans s'auto-détruire ? Au final, quelques Versaillais furent fusillés et, après la défaite, 20 000 Communards furent exécutés, 30 000 déportés. La IIIème République pouvait naître de ces cendres, baignant dans le sang des prolétaires parisiens.

    Revenons-en donc à notre Bourgeoisie. C'est une insurrection armée qui l'a portée au pouvoir. Ce pouvoir s'est affermi par l'approfondissement de la guerre civile.
     
      Aujourd'hui, nous sommes en temps de "paix" civile. La classe dirigeante est toujours au pouvoir et le conserve à l'aide d'une machinerie complexe de contraintes, de rituels "démocratiques" et de répression à peine voilée.

      "Aussi longtemps qu'il y aura une société de classes, fondée sur les antagonismes les plus profonds, l'emploi de la répression sera indispensable pour soumettre la partie adverse à sa volonté".

        [toutes les citations sont extraites de "Terrorisme et communisme" (Trotski, 1920)]

    
      trotsky-1940.gif
Partager cet article
Repost0
12 juin 2007 2 12 /06 /juin /2007 09:38
SA  MORALE  ET CELLE DES AUTRES

IX
 

 
t1917a.jpg                                               onfray.jpg










(à droite, Petrograd 1916 ; à gauche,
Caen IIIème millénaire)










"Leur morale et la nôtre"


Extrait IX


     "Jésuitisme et utilitarisme - Ces courtes remarques suffisent, semble-t-il, à faire ressortir ce qu'il faut d'ignorance et de médiocrité pour prendre au sérieux l'opposition au principe "jésuitique" : "la fin justifie les moyens" - D'un autre, inspiré d'une morale plus élevée, évidemment, selon lequel chaque "moyen" porte sa petite étiquette morale, de même que dans les magasins, les marchandises vendues à prix fixe. Il est frappant que le bon sens du philistin anglo-saxon réussisse à s'indigner du principe "jésuitique" tout en s'inspirant de l'utilitarisme, si caractéristique de la philosophie britannique. Or, le critère de Bentham et de John Mill, "le plus grand bonheur possible du plus grand nombre" ("the greatest possible happiness of the greatest possible number"), signifie bien : les moyens qui servent au bien commun, fin suprême, sont moraux. De sorte que la formule philosophique de l'utilitarisme anglo-saxon coïncide tout à fait avec le principe"jésuitique": que la fin justifie les moyens. L'empirisme, nous le voyons, existe ici-bas pour dégager les gens de la nécessité de joindre les deux bouts d'un raisonnement".

Partager cet article
Repost0
11 juin 2007 1 11 /06 /juin /2007 10:46

ADRESSE AUX NON-ELECTEURS

assemblee-nationale.jpg

                                                       (un luxueux poulailler)


              

                                SALARIEES, SALARIES ; CHÔMEUSES CHÔMEURS

    
le Parti abstentionniste - qui n'existe encor que virtuellement - vient de démontrer toute sa force potentielle : près de 40% d'entre nous ne se sont pas déplacés ce dimanche vers les bureaux de vote, ces officines du rituel démocratico-religieux.
     
     40% d'abstentionnistes, c'est énorme mais cela n'est pas suffisant. Tant qu'il n'y aura pas au minimum 60% d'abstention par élection, la classe dirigeante ne s'en inquiètera pas plus que ça. Aux Etats-Unis, elle se crédibilise tranquillement de 50% de votants.
     
     Bien entendu, le simple fait de ne pas voter ne prouve rien en soi. Salariées, salariés ; chômeuses chômeurs, dès maintenant, le Sous-Lieutenant P.M. Karpov vous invite à aiguiser votre conscience politique, votre esprit de critique radicale, vos capacités de compréhension et d'analyse du capitalisme. Il vous invite à intervenir partout où c'est possible pour dénoncer l'illusion électorale.
     
     Salariées, salariés ; chômeuses, chômeurs, le cirque électoraliste n'est toujours pas fini. Dimanche prochain, la classe dirigeante vous invite au "second tour" de la sempiternelle mascarade. 

     Que votre réponse soit à la hauteur de la cynique fumisterie bourgeoise de la "participation citoyenne et démocratique" !

          VOTRE "VOIX" EST "SANS VOIX" !  PAS DE VOTE POUR LES CAPITALISTES !

      

Partager cet article
Repost0
9 juin 2007 6 09 /06 /juin /2007 19:56

CHARLOT

                                                         LA RUEE VERS L'OR


                                                      LA DANSE DES PETITS PAINS
                                                           

 

 

 

 

DEDANS IL FAIT FAIM, DEHORS IL FAIT FROID

Partager cet article
Repost0
8 juin 2007 5 08 /06 /juin /2007 17:26

                                   SA MORALE ET CELLE DES AUTRES

                                                       VIII 


  t1915b.jpg                             michel_onfray-noir-buste.jpg

                           









                        (ils regardent dans la même direction... et ne voient pas la même chose)



                                  
         "Leur morale et celle des autres"

                                                        Extrait VIII


     ""La fin justifie les moyens" L'ordre des Jésuites, fondé dans la première moitié du XVIe siècle pour combattre le protestantisme, n'enseigna jamais que "tout" moyen, fût-il criminel du point de vue de la morale catholique, est admissible pourvu qu'il mène au but, c'est-à-dire au triomphe du catholicisme. Cette doctrine contradictoire et psychologiquement inconcevable fut malignement attribuée aux Jésuites par leurs adversaires protestants - et parfois catholiques - qui, eux, ne s'embarrassaient pas du choix des moyens pour atteindre "leurs" fins. Les théologiens jésuites, préoccupés, comme ceux des autres écoles, par le problème du libre-arbitre, enseignaient en réalité qu'un moyen peut être indifférent par lui-même, mais que la justification ou la condamnation d'un moyen donné est commandée par la fin. Un coup de feu est par lui-même indifférent ; tiré sur le chien enragé qui menace un enfant, c'est une bonne action ; tiré pour tuer ou faire violence, c'est un crime. Les théologiens de l'ordre ne voulaient rien dire de plus que ces lieux communs". (Léon TROTSKI, Coyoacàn 1938)

Partager cet article
Repost0
8 juin 2007 5 08 /06 /juin /2007 10:56

                             RAPPEL CITOYEN



assemblee-nationale.jpg     senat.jpg

   














(le poulailler haut de gamme)                                                                                   (l'hospice 5 étoiles)

 

     Ce dimanche à venir, n'oubliez pas de ne pas vous rendre dans les bureaux de vote.
     La France est pourvue de 2 institutions formidables, inutiles et inefficientes : l'Assemblée Nationale (photo de gauche) et le Sénat (photo de droite).

     Comme vous n'êtes pas sans le savoir, le Sénat ne sert strictement à rien. c'est une sorte de luxueux mouroir à rupins. D'ailleurs, veuillez trouver ci-joint la dégaine de son Président :


                                                     20070605-WWW000000447-22163-1.jpg

                                       
(actuellement soupçonné de trafic d'influence)


     
     Observez le cliché, combien le bonhomme respire les réformes démocratiques.

     De toute manière, ce dimanche, il ne s'agit pas de renouveler les morts-vivants du Palais du Luxembourg, mais toute la volaille de l'Assemblée Nationale.

     Veuillez observer que cette noble institution n'a jamais rien empêché et a même cautionné nombre de répressions d'Etat.
    L'A.N. n'a pas empêché que les colons et l'armée française ne se livrent à la répression et aux massacres des mouvements anti-coloniaux dans les "colonies" françaises. L'A.N. n'a pas arrêté le colonialisme français en "Indochine". Ce sont les Vietnamiens eux-mêmes qui s'en sont chargés à Dien Bien Phu.


                              bigeard-instruction-saut.jpg
(le Général parachutiste Bigeard - au centre - chassé de Dien Bien Phu par la défaite militaire, l'Etat français le parachuta sur l'Algérie pour exercer ses talents, avec un mandat démocratique de l'Assemblée Nationale)  



     L'A.N. a voté les "pleins pouvoirs" aux parachutistes qu'on a envoyés à Alger "nettoyer" la kasbah (1957). C'est donc elle qui les habilités à torturer et exécuter sommairement des milliers de prisonniers.


                                   Bataille-20d-Alger-20DLP-20138Ko-20.jpg
(les paras de Bigeard et Massu allaient faire payer aux "fellouzes" l'humiliation de la défaite en "Indochine" ; pour cela, l'Assemblée Nationale leur donna carte blanche)     



     L'A.N. n'a pas empêché des gendarmes d'exécuter sommairement des insurgés Kanaks en Nouvelle-Calédonie, alors que ceux-ci avaient rendu les armes (le Président s'appelait Mitterrand, le 1er Ministre Chirac).


                         kanaks.jpg     

                           (les Kanaks, des "citoyens français" ? Cela dépend des périodes...)


     L'A.N. n'a pas empêché la recrudescence du chômage, l'aggravation des conditions de travail, la baisse des salaires, la paupérisation générale et l'enrichissement particulier.



                                US-SDF-1-3.jpg



      Ce dimanche, il ne se passera donc rien de politiquement important, encor moins que lors de l'élection précédente.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2007 4 07 /06 /juin /2007 09:54

LE SOUS-LIEUTENANT KARPOV A VU :

 

 

 

 

 

LE SOUS-LIEUTENANT VOUS RECOMMANDE

 

Partager cet article
Repost0
6 juin 2007 3 06 /06 /juin /2007 22:43

STUDIOCANAL EFFICACE PRESENTING :

BRUCE KARPOV vs CHUCK BUSH Jr

 

 

 

ou "UTILISEE COMME UNE ARME, LA DIALECTIQUE CASSE UNE BRIQUE ETATS-UNIENNE"

Partager cet article
Repost0