Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 octobre 2007 4 25 /10 /octobre /2007 18:16

LA MORALE N'EST PAS UNIVERSELLE



Trotski-en-1940.jpg(1940, peu avant sa mort)


     "Des "règles obligatoires de la morale"
    
     L'homme qui ne veut ni retourner à Moïse, au Christ ou à Mahomet, ni se contenter d'un arlequin éclectique doit reconnaître que la morale est le produit du développement social ; qu'elle n'a rien d'invariable ; qu'elle sert les intérêts de la société ; que ces intérêts sont contradictoires ; que la morale a, plus que toute autre forme d'idéologie, un caractère de classe. N'y a-t-il pas pourtant des règles élémentaires de morale élaborées par le développement de l'humanité tout entière et nécessaires à la vie de toute collectivité ? Il y en a, certes, mais leur efficience est très instable et limitée. Les normes "impératives pour tous" sont d'autant moins efficientes que la lutte des classes devient plus âpre. La guerre civile, forme culminante de la lutte des classes, abolit violemment tous les liens moraux entre les classes ennemies
".

                                                            (L. Trotski "Leur morale et la nôtre", 1938)
Partager cet article
Repost0
24 octobre 2007 3 24 /10 /octobre /2007 16:08


THE CLASH


LA GUERRE CIVILE EN ANGLETERRE ET EN PUBLIC

 

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2007 1 22 /10 /octobre /2007 11:05
SECONDE DERNIERE LETTRE DE GUY MOQUET



     "Françaises, français, jeunes écoliers, collégiens et lycéens de France,

     Je suis mort il y a près de 65 ans !

     Ce que je demande, en particulier aux dirigeants de la patrie, c'est de me lâcher le tibia. Je suis et je veux être oublié autant que ceux qui y sont passés avant moi, ou alors pour servir à autre chose qu'à faire mousser ce curieux petit bonhomme qu'une majorité de votants a placé à la tête du pays. Certes, j'aurais voulu vivre et même, j'aurais voulu vivre dans une société COMMUNISTE. Mais ce que je souhaite de tout mon cœur, c'est que ma mort serve à quelque chose. Je n'ai pas le temps ni l'envie de supporter les arguties du gouvernement actuel et hélas je ne peux revenir pour botter l'arrière-train des fâcheux qui osent invoquer mon destin !

     Alors, jeunes de ce pays, puisqu'on m'a réveillé et qu'on m'a sorti des limbes où je reposais dans une paix relative, j'ai un nouveau message pour vous et ceci est le message:

     j'espère que vous n'écouterez pas les ignominies que l'on cherche à vous enfoncer dans le crâne à toute force. Faîtes comme moi : RESISTEZ ! Lorsque je fus emprisonné, je n'étais pas sur la liste des personnes à fusiller. Qui croyez-vous, dont la main traîtresse écrivit mon nom sur la liste fatidique, est directement responsable de mon funeste sort ? Un ministre français, bien de chez nous (et non pas un officier allemand). Celui-là avait un faciès et un discours ressemblant à s'y méprendre à ceux que j'ai vus et ouis sur votre "télévision" - redoutable arme de propagande - et dont on vous abreuve aujourd'hui.
     Je ne doute pas que si les membres du gouvernement 2007 avait vécu pendant l'occupation allemande, les 3/4 d'entre eux aurait participé activement au gouvernement d'alors. Cela n'a rien de choquant si l'on songe que vous avez quand même eu  un président "de gauche" qui avait été décoré par le maréchal Pétain.

     Voilà la seule chose qu'il me tient à coeur que vous sachiez, écoliers écolières. Rien n'a vraiment changé depuis que l'on a écourté ma vie. Ou plutôt si. Les mensonges des dirigeants sont beaucoup plus efficaces que lorsque j'étais encor vivant. J'ai constaté que certains salariés - les cheminots pour ne pas les citer - étaient traités de "privilégiés" à cause de soi-disant "régimes spéciaux de retraites".
     Jeunes de France ! Intéressez-vous donc aux régimes très spéciaux de retraites des officiers, des ministres, conseillers généraux, conseillers régionaux, "élus" de toutes espèces, députés, sénateurs... Que voilà des métiers dont la "pénibilité" justifie peu les émoluments !

     En m'utilisant pour vous brouiller la vue, ce gouvernement et son étrange petit président en caoutchouc me fusillent encor ! J'en ai les dents restantes qui s'entrechoquent. C'est comme ce sport que j'ai découvert malgré moi, le rugby. Ainsi donc, votre président a subjugué l'entraîneur de l'équipe de France - un drôlatique de plus, celui-là, avec sa tête en ballon ovale et les binocles posés dessus - afin qu'il fasse lire mon ultime lettre aux joueurs avant un match décisif. Avec le résultat que l'on sait. Il aurait fallu que je puisse surgir de l'au-delà, dire à ces pauvres "rugbymans" d'envoyer leur entraîneur se faire voir chez les Grecs (ou les Albanais). Moi-même, si j'avais été membre de l'équipe, j'aurais refusé d'entendre ma propre lettre ! Enfin, j'aurais au moins découvert un beau sport collectif, mais, une fois n'est pas coûtume, bien mal servi par ses dirigeants (de même que mon cher pays).  

      Je vous salue une dernière fois, jeunes gens de France ! Sachez que j'ai fait de mon mieux pour suivre la voie tracée par mes prédécesseurs : les révolutionnaires de tous pays.
Un dernier adieu à vous tous, à mes camarades de coeur et d'esprit. Etudiez bien, n'écoutez pas vos professeurs, du moins ceux qui se couchent devant l'idéologie dominante: leurs ancêtres m'ont fait fusiller à 17 ans. Devenez plus tard des hommes et des femmes conscients. Je saurais ainsi que ma fin et mon exhumation tardive n'auront pas été vains.

     17 ans et demi, ma vie a été courte, je n'ai aucun regret, si ce n'est de vous quitter tous une seconde fois mais pas plus que la 1ère, cette séparation n'est de mon fait.

     Je ne peux en dire davantage. Je vous quitte tous, toutes, définitivement cette fois, du moins je l'espère.
                                                          
                                                       Courage !"

                                                       (Guy)


guy.jpg
  
Partager cet article
Repost0
21 octobre 2007 7 21 /10 /octobre /2007 15:06

LE TERREAU DU TERREAURISME

 

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2007 5 19 /10 /octobre /2007 18:28
ENTRE ICI, C.

2366205048.jpg
      Ô, femme libre, ainsi tu osas rompre avec le néo-libéralisme conjugal dans le même temps où, dans les rues, se dressait le prolétariat en lutte ;
     Entre ici, ô C. [relire plus rapidement, le rendu sonore est amusant], au panthéon de celles qui se sont fait la malle, celles qui, à leurs maris se croyant enfin arrivés "at the top of the world", ont dit simplement : "non", et puis : "ciao, n'oublie surtout pas qu'on a rendez-vous chez le juge la semaine prochaine".
      Ceci constitue un point d'orgue majestueux à un affrontement long et sans merci. Le jour du triomphe présidentiel marital, tu eus le magistral culot de t'abstenir. Depuis, tu n'as de cesse de résister, telle un Guy Moquet au présent, te jouant des mondanités et des réunions diplomatiques, négociant d'égale à égal avec Mouhammar al-Kadhafi en personne et, à ceux qui demandent des comptes, répondant par une superbe indifférence.
      En tout cela, tu as fait plus pour remplacer à toi seule l'opposition que le blême chapelet que voici :

                                                                                jtroyal_wideweb__470x448_0.jpg
mazarine_pingeot.jpg

imagesca34kp7j.jpgimagescak6i7kz.jpg
     ...tristes figures de carême d'une gauche en achèvement de dissolution dans la société bourgeoise, femmes blêmes, soumises, desséchées, guignolisées.

      Ta seule détermination les couvre de honte, ô toi farouche et rebelle C. Pour tout ceci, pour avoir marqué si tôt le 1er tacle direct aux chevilles enflées d'un nabot élyséen, au nom du prolétariat tricolore sois remerciée .

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2007 4 18 /10 /octobre /2007 15:16
STRIKE !

greve-2.jpg
     La grève, c'est toujours, dans cet océan saumâtre de politicaillerie, "délits d'initiés", divorces au sommet et autres réformes de l'exploitation humaine, une bonne nouvelle.

     Grève. Ce n'est nullement une fin en soi. Mais seulement le début éventuel de quelque chose qui s'approche tendanciellement de la lutte de classes. Si perdure l'action, le mouvement, si, dans la lutte et les chausse-trappes installées par la classe dirigeante surgit la nécessité de se défendre pied à pied, d'attaquer ou contre-attaquer et, en même temps, de réfléchir aux moyens d'être plus unis, plus efficaces, alors la grève devient le ciment de la classe salariée qui se lève et qui se bat contre son seul ennemi.

     C'est également la mémoire de toutes celles qui ont précédé. Celui qui, au cours de la morne existence du salarié, a la chance de participer à plusieurs mouvements, acquiert par là-même une mémoire historique et politique de classe. Sur celui-là, sur ceux-là, la Bourgeoisie n'a plus de prise idéologique. Elle ne peut plus fourguer son discours odieux et emphatique à propos de la démocratie et de la "liberté de travailler". Tout ce qu'elle peut dégoiser ne fait qu'affermir la détermination des combattants.

     Que la grève perdure et voilà qu'enfle la nervosité patronale. Eh ! Il faut comprendre le "dirigeant de société", cette figure de poupre (poulpe) de la société médiatique. Constatant que l'arsenal de recettes contre la lutte des salariés dont dispose l'Etat est de plus en plus inefficient, le "dirigeant" est tenté par un retour au bon vieil instinct de sa classe : mettre de "l'huile" dans les rouages sociaux - arroser les "syndicats" - et, quand ça ne marche plus, faire appel à la "force publique", soit les nervis en uniforme ou pas, molosses aux ordres, dressés à frapper, emprisonner, réprimer ceux qui se dressent contre l'esclavage salarié.

     Naturellement, la grève qui vient d'éclater n'est pas la 1ère et surtout pas la dernière. Depuis qu'ils existent, les "partenaires sociaux" emploient et unissent toutes leurs énergies afin que plus jamais les salariés n'aient la possibilité d'arrêter volontairement le travail. Chaque mouvement qui se produit spontanément sanctifie leur échec patent.

VIVE LA GREVE !        
 
Partager cet article
Repost0
14 octobre 2007 7 14 /10 /octobre /2007 15:47
GAI GAI PACSONS-LES !


Laporte-jambon.jpg

rubon108.jpg
(De Président Sarko, il dit : "Des hommes comme lui, il faudrait qu'ils soient plus nombreux en France")




(Le nabot élyséen, quant à lui, considère Bernie the door comme son "ministre préféré")


     
La situation est désespérante, mais pas grave. Certes Cécilia s'est de nouveau "fait la valise" (terme également employé en rugby), mais cela était prévisible face à l'hyper-activité émotive provoquée chez son petit bonhomme de mari par sa propre élection, tant il est frappant que la présidence convoitée depuis le berceau ne l'a ni embelli ni rasséréné (bien au contraire).
     Certes, le XV de France, coaché par un Laporte "madrangisé", s'est de nouveau ramassé contre l'équipe d'Angleterre, trop contente de profiter de cette psycho-rigidité rugbystique pour pouvoir défendre, dans une semaine, son titre de championne du monde, alors qu'il n'y a pas 15 jours elle était à la rue (36 pions à rien dans la musette, encaissés contre l'Afrique du Sud !).
      
  De ces lamentables râteaux synchronisés des 2 psychotiques sur-médiatisés, on peut tirer du "positif" : ces 2-là se cherchent depuis trop longtemps pour ne pas, au seuil de la catastrophique situation dans laquelle ils se sont mis à pieds joints jusqu'à la ceinture, appuyer l'un sur l'autre leurs détresses mutuelles. C'est dans ce genre de pitoyable naufrage que se forgent les plus belles amitiés amoureuses.

      N'écoutant que sa compassion d'humaniste invétéré, le Sous-Lieutenant Karpov invite le nabot survolté et le représentant en jambon et produits de luxe à assumer l'inévitable conséquence de leurs faillites respectives :

                                                  PACSEZ-VOUS LES GARS !                                  

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2007 6 13 /10 /octobre /2007 15:26
AVIS DE NON-RECHERCHE

jtroyal_wideweb__470x448_0.jpg

Sexe : neutre    

Âge : 53     Taille : 1m55     Poids : 60 kgs

Profession : Maréchale au logis

Signes particuliers
: obsessions christianisantes et aptitude aux néologismes distingués

    
     Si vous avez des renseignements sur cette personne, merci d'avance de les garder pour vous.
Partager cet article
Repost0
12 octobre 2007 5 12 /10 /octobre /2007 18:37
AVIS DE RECHERCHE

2366205048.jpg
        Sexe : féminin
    
Confession religieuse : apostolique romaine
    
Taille : 1m 65      Poids : 58kgs      Âge (officiel) : 46
   
     Signes particuliers : abstentionniste lors des seconds tours de présidentielles ; déteste les nabots élyséens qui "s'accrochent" désespérément à elle, préférence marquée pour  les leaders Arabes hiératiques.
    
     
                         En cas d'informations en votre disposition, éviter de téléphoner à :

imagesca8zm2v2-1.jpg
        Sexe : masculin
     
Confession religieuse : syncrétisme néo-états-unien
     
Taille : 1m 45       Poids : 84 kgs      Âge (officiel) : 54
  
     Signes particuliers : capable de se faire élire Président de la
République afin de récupérer une épouse.
                     
Partager cet article
Repost0
11 octobre 2007 4 11 /10 /octobre /2007 16:22
Trotski-tombeau-copie-1.jpg
 (Tombeau de Léon Trotski à Mexico)

    
     "
L'évolutionnisme bourgeois s'arrête, frappé d'impuissance, sur le seuil de la société historique, ne voulant pas admettre que la lutte des classes soit le ressort principal de l'évolution des formes sociales. La morale n'est qu'une des fonctions idéologiques de cette lutte. La classe dominante impose ses fins à la société et l'accoutume à considérer comme immoraux les moyens qui vont à l'encontre de ces fins. Telle est la mission essentielle de la morale officielle. Elle poursuit "le plus grand bonheur possible", non du plus grand nombre, mais d'une minorité sans cesse décroissante. Un semblable régime, fondé sur la seule contrainte, ne durerait pas une semaine. Le ciment de l'éthique lui est indispensable. La fabrication de ce ciment incombe aux théoriciens et aux moralistes petits-bourgeois. Ils peuvent faire jouer toutes les couleurs de l'arc-en-ciel ; ils ne sont, tout compte fait, que les apôtres de l'esclavage et de la soumission". (Leur morale et la nôtre, 1938 Coyoacàn)
Partager cet article
Repost0