Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 septembre 2008 4 25 /09 /septembre /2008 11:08



TOULON SOUHAITE LA BIENVENUE AU GUIGNOL !

 

 






(le 1er sinistre et le résident de la Raie publique, à moins que ce ne soit le contraire)






Partager cet article
Repost0
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 09:22




     Comment donc s'est affirmée au plan économique la Bourgeoisie française, avant que d'accomplir sa révolution ? Essentiellement grâce au "commerce lointain". Celui-ci permettait :

     1) de vendre des produits manufacturés français au-dessus de leur valeur ;

      2) d'acheter à très bas coût des produits locaux (fruits, légumes, épices, artisanat, etc.) revendus très chers dans la métropole.

      Vers 1750, les "colonies" ne constituaient nullement des territoires à mettre en valeur, mais simplement des réservoirs d'esclaves et de matières 1ères. Tout était expédié  en France à l'état premier, avec interdiction d'effectuer toute transformation sur place. Colbert a écrit dans une lettre que les colonies ne devaient produire "pas même un clou".




    











    
     Le "pacte colonial" consiste en ceci : les colonies fournissent à la métropole ses matières 1ères brutes et celle-ci leur revend des produits manufacturés en quantité limitée. Grace à quoi  ce commerce colonial pratiquement à sens unique va rapidement enrichir une Bourgeoisie française encore peu industrielle à la fin du XVIIIème siècle (et aussi la partie la plus avisée de la Noblesse).

     La plupart des conquêtes coloniales s'effectuent militairement et font suite à des désastres subis sur les champs de bataille européens. L'armée française retrouve ainsi une sanglante virginité sur le dos des peuples colonisés. L'Algérie en constitue un exemple frappant : il faudra attendre des dizaines et des dizaines d'années avant qu'elle ne joue un rôle notable dans l'économie métropolitaine. En outre, l'Etat y "exportera" un surplus de main-d'oeuvre, chômeurs et vagabonds qui constitueront la 1ère vague des colons, les futurs "pieds-noirs".
   



      Ce caractère archaïque du colonialisme français va perdurer jusqu'après la 2ème guerre mondiale. Il se retrouve encore aujourd'hui dans quelques caractéristiques :

     1) une colonisation qui ne commence qu'après la chute de Napoléon, donc relativement tardive par rapport aux Empires concurrents ;

     2) le rôle dominant de l'Etat, notamment dans l'exploitation économique des possessions ;

     3) la main-mise de l'armée et des fonctionnaires dans les colonies, devenues des îlots de privilèges inconcevables en métropole.

     Ces 3 aspects vont nourrir un impérialisme usurier et corrompu impliquant étroitement l'Etat et l'armée mais relativement moins puissant et économiquement performant que ses rivaux britanniques et états-uniens.



Partager cet article
Repost0
18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 18:25

     L'Etat US vient d'annoncer l'injection de 180 milliards de dollars pour aider ces pauvres banques à surnager au milieu du marasme. Mais d'où l'Etat US - ou quelque autre Etat - tire-t-il cette manne apparemment inépuisable avec laquelle il arrose périodiquement toute sphère économique qui bat de l'aile ? Eh bien, comme dirait un français moyen, cartésien, chauvin et de "bon sens", c'est payé avec "nos sous", c'est-à-dire plus précisément avec le trésor de guerre amassé par l'administration états-unienne en ponctionnant le travail salarié, sous forme d'extraction de plus-value bref : grâce à l'exploitation de la force de travail des prolétaires états-uniens et d'ailleurs non-états-uniens également.

     Finalement, ces soi-disant "libéraux" ne sont pas différents de nos prétendus "socialistes". Dès que le système est en danger, l'Etat met la main à la poche...des salariés. Le reste du temps, quand "tout va très bien Madame la Marquise Bruni-Tedeschi-Sarkozy", il s'agit de prôner le non-interventionnisme étatique, il s'agit de pleurnicher parce que les impôts s'intéressent à votre cheval de course ou votre résidence tertiaire, de maugréer après les fonctionnaires "nantis" et le fisc vampirique...et de maudire les "profiteurs" r-mistes, de prôner la fameuse "liberté" de sucer le sang d'autrui. Et que surtout, surtout, l'Etat n'intervienne pas et "laisse les gens travailler" (traduction en langage cartésien : que l'administration, la paperasse et les fonctionnaires ne viennent pas entraver petits et grand patrons, petits et grands chefs capitalistes, qu'elle ne s'avise pas de légiférer sur le temps de travail et ses conditions, les salaires, etc.).

     C'est toujours la classe salariée qui paie la note des crises cycliques du Capital. "Mais, rétorquent les pieux démocrates de tout poil, ce n'est que justice. L'Etat est au-dessus des classes, il assure la pérennité de la société". Effectivement l'Etat bourgeois, en tant que 1er capitaliste d'un pays, est garant de "l'harmonie" et de la bonne entente entre les classes sociales. Dit autrement : que l'extraction de la plus-value se déroule de la manière la moins chaotique possible, sans faire de vagues, avec le moins d'à-coups sociaux, sans sortir de la litanie des élections de toutes sortes, de la vie démocratique, du consensus national et des débats médiatisés sur le sexe des angelots.

     En attendant, le krach boursier qui perdure démontre, si besoin était, que l'économie capitaliste souffre d'un mal chronique, malgré les injections répétées d'anti-inflammatoires par les spin doctors du Marché mondial. Quand il s'agit de cracher
quelques centaines de milliards au bassinet du Profit, on ne consulte pas "l'usager" de base, bien trop occupé par ailleurs à disserter sur les méfaits supposés d'"Edvige", du suffrage proportionnel ou de la grossesse très nerveuse d'une ministresse de l'injustice de classe. 
Partager cet article
Repost0
17 septembre 2008 3 17 /09 /septembre /2008 10:50






      Les 1ères années de colonisation de l'Algérie par l'Empire français creusent un trou noir démographique dans les populations conquises.
   
     Causes principales de cette déflation humaine : massacres militaires, politique coloniale de la "terre brûlée", spoliation des terres, de tous les biens et des vivres des villages "rebelles", famines artificiellement provoquées, etc. En une quarantaine d'années (1830-1868), 2 millions d'âmes sont dissoutes par les colonisateurs républicains.

     Ce sont les famines qui tuent le plus de gens. En 1848-49 et 1867-68, elles sont consécutives à des campagnes répressives féroces. En 1848-49, la rebellion d'Abd-el-Qader est écrasée dans le sang, la totalité des récoltes des régions insurgées part en fumée, ainsi que leurs réserves de vivres. Remarque de l'administration coloniale à ce sujet :

     "Les Arabes commencent à comprendre que la paix seule leur fournira les moyens de réparer les désastres causés par deux années de disette",

ce qui confirme que les famines constituent une arme de destruction massive dans les serres des conquérants.
    


      D'autant que l'aspect économique profite largement aux colons agriculteurs. Malgré le besoin d'importer du blé et des farines, ceux-ci continuent au contraire d'exporter et d'empocher le surplus dû à la hausse des cours. La chute de la production céréalière s'ajoute au manque de main-d'oeuvre causé par l'extermination coloniale, la famine et les épidémies provoquées par la sous-nutrition. En 1867, le choléra tue un demi-million d'Algériens.

      Pour clore le chapitre, disons que la brutalité des méthodes coloniales françaises a été le ferment de la révolte qui, quelques 70 années plus tard, embrasera l'Algérie jusqu'à ce que le dernier "pied-noir" (du moins le dernier pied-noir colonialiste) ait bouclé sa valise.

[à suivre]



Partager cet article
Repost0
12 septembre 2008 5 12 /09 /septembre /2008 13:09


LA FRANCE 1ER PAYS PRODUCTEUR D'OPIUM (DU PEUPLE)

    Entre Sarko-le-Nabot et Panzer Ier (autrement comptabilisé officiellement "Benoît 16"), il y a adéquation des volontés. Ensemble les 2 compères désirent  comme un seul le mariage de raison (d'Etat) entre la "foi" chrétienne et la "Raison" bourgeoise. Dans cette union monstrueuse, la classe dominante, qui a peur de tout perdre, pense avoir tout à gagner. Il s'agit d'intensifier la crétinisation de la population, sous le label "retour à la spiritualitude". Les intérêts entre trafiquants de consciences sont convergents. Sarkozy à Panzer Ier : "Je t'ouvre le marché fransözich des âmes, tu sanctifies mon règne". Panzer Ier à Sarko: "Pien rezu, doi du me téroules le dabis rouche, moi che d'aite à voudre en l'air zedde zaloberie pien vranzaise te zoi-tissant zébarazion te l'Eclisse et te l'Edat".






    










    





     Au passage, entre les hélicos de l'armée qui tournoient dans les airs au-dessus de Lourdes, les commandos déguisés en passants, les avions de chasse, les rampes de missiles, la gendarmerie et le reste du bataclan, le simple passage du tank papal dans la ville sainte et à Paris est chiffré, officiellement du moins, à seulement 3 millions d'euros. Quand on aime sa Vierge on ne compte pas. Et dieu sait qu'ils l'aiment, leur Vierge, Nico et le Benoît et que, pour ses beaux yeux, ils flambent allègrement et sans compter, l'un le fric prélevé sur la plus-value arrachée aux salariés, l'autre les deniers de son culte. C'est la grande réconciliation incestueuse entre l'Eglise et l'Etat !
De nouveau ils vont  convoler et avoir pleins de Quasimodos, genre fils de président maqué à une riche héritière de confession inavouable ou fils caché d'archevêque et de call-girl chrétienne. Les journalistes-charognards oeuvrant pour les tabloïds "pipoles" en planent déjà d'extase et de prime au scoop saignant. Quand aux philo-sophistes, ils sont sortis de la niche pour venir ramper aux pieds du très Saint Panzer, qui leur a infligé pour la peine une bulle énorme sur leur mécréantise et la somme de leurs péchés. Il a notamment énoncé :

     "La recherche te Tieu est à la passe te doude guldure, ach ! Teufel...".

     Et quand il entend le mot culture, le Sous-Lieutenant sort son A.K. 47 !



Partager cet article
Repost0
12 septembre 2008 5 12 /09 /septembre /2008 13:02





     LE SOUS-LIEUTENANT KARPOV ADRESSE TOUS SES VOEUX DESINTERESSES DE BONHEUR QUI LE SOIT TOUT AUTANT, AUX JEUNES MARIES.

     AUX DERNIERES NOUVELLES, LE FILS DU NABOT PRESIDENTIEL NE SE SERAIT NULLEMENT CONVERTI A UNE RELIGION INDETERMINEE (POUR CAUSE D'ANTI-SEMITISME LATENT) AFIN D'ÊTRE ACCUEILLI DANS LES FORMES PAR SA NOUVELLE BELLE-FAMILLE (ET AUSSI DANS LES FORMES DE SA NOUVELLE FEMME), BELLE-FAMILLE DONT IL SE DIT QUE LA RICHESSE N'A STRICTEMENT RIEN A VOIR AVEC LA RELIGION INCONNUE ET LE SOUTIEN INCONDITIONNEL A UN ETAT MILITARO-RELIGIEUX PRATIQUANT LE MASSACRE, L'APARTHEID ET LA DEMOCRATIE, MAIS ON N'A PAS DIT ICI DE QUEL ETAT CREE ARTIFICIELLEMENT EN 1948 IL S'AGIT (pour ceux qui pensent aux Etats-Unis, c'est presque ça mais en beaucoup plus petit et concentré).
Partager cet article
Repost0
11 septembre 2008 4 11 /09 /septembre /2008 17:27

 

 



      Salut ! Vous les reconnaissez ?

     Sinon... normal, ils ne sont pas connus, bien qu'ils fournissent d'incommensurables efforts pour l'être. Ces 2-là tiennent blog, d'où ils crachent sur tout ce qui, de près ou de loin, émet un avis
tiède sur l'apartheid israëlien. En effet, ne pas oublier le principal : la paire de guignols constituent des sionistes de la plus belle eau, mais naturellement, eux prétendent qu'il n'en est rien.

 

     Par exemple, la mémère qui est sur la gauche, voilà ce qu'elle dit :

     "Moi je suis persuadée que nous sommes perçus comme des sales juifs par certains. Mais l’expression « sales juifs » est remplacée par sionistes. Il suffit de lire ou d’entendre le mépris et la haine attachée à ce mot dans leur bouche".

     Avez-vous perçu la finesse argumentaire de la mé-Meir ? Selon elle, il suffit de prononcer le mot "sioniste" pour se trahir : en vérité on veut dire "sale Juif" mais on n'ose pas faire son coming out "anti-sémite". Avec de tels arguments, réglée la question palestienne, ils ont sur-produits et délivré plus de certicats d'"anti-sémitisme" que Finkelkraut, BHL et l'Etat israëlien réunis !

     Mais là-dessus, le Sous-Lieutenant n'a rien à dire, tant le propos est délibérément non avenu.

     Non, c'est sur un autre point qu'il va effectuer une reprise de volée. Dans un article, les 2 pro-apartheid écrivent :

     "
D’abord, on est moches.
     Il s’est trouvé un militaire parmi nos lecteurs pour s’en aviser. Une attention - et une sollicitude - rares lui ont permis de distinguer sur nos photos de tête un certain nombre de caractéristiques physiques, perceptibles au microscope électronique, avec lunettes à infrarouges. Ce matériel exclusivement militaire lui a permis de voir le teint rustaud d’Allegra  et mon hideux sourcil gauche : il ne lui en a pas fallu davantage pour nous coller dans le même lit, fait au carré bien sûr. Depuis, c’est devenu un refrain dans le chœur des anges de la blogosphère, Mirage et Allegra sont des mochetés lascives…et sionistes".
     
     Quel est donc ce "militaire" évoqué par ces mots sibyllins ? Votre serviteur, of course  (de voitures). Voici donc la réponse du Sous-Lieutenant Piotr Marat Karpov aux 2 blogueurs sionistes :


     tout d'abord, Karpov n'a jamais dit "rustaud". Tu devrais savoir, vieille carcasse bourgeoise, que le qualificatif "rustaud" ne s'applique pas au teint. C'était "rougeaud" que tu aurais déchiffré si ton idéologie ne te brouillait l'oeil.

     Karpov a simplement évoqué, en parlant de la mé-Meir à gauche du cliché ci-dessus, un teint rougeaud qui transparaissait malgré le noir, blanc et gris. Quant au pitre sinistre situé à la droite de sa consanguine idéologique, le "militaire" a constaté comme vous pouvez le faire également, qu'il était une sorte de sosie dégénéré de Chevènement, pas que physiquement d'ailleurs, mais aussi sur le plan des nauséabondes théories. Oui, dans leur blog-poubelle les nausées abondent. Par exemple, sous la photo-couleur d'un magnifique babouin étaient bavées quelques considérations grossières sur le Sous-Lieutenant et l'ensemble des anti-impérialistes, assimilés à des singes, ce qui, vous le pensez bien vous qui le connaissez, a flatté Karpov.

 

     Quand on a la pompeuse prétention d'afficher de telles bobines et de les agrafer sur son blog, il ne faut pas venir après se plaindre que certains "anti-sémites" ne lisent sur vos trombines grotesques ce qu'elles révèlent comme un kyste boursouflé sur une IRM,  à savoir l'idéologie bourgeoise, sous couvert du sceau de la "Raison" - la raison du plus fort, ça oui, hein mé-Meir ?

     Et l'autre guignol chevènementesque, il croit sans doute que Karpov a été le seul à déchiffrer, sous la grimace lui crispant les babines et le sourcil  gauche, toute la vaniteuse vulgarité d'un pseudo-intellectuel idéologue raté ?


     Pour une fois, Karpov approuve votre jugement : vous êtes effectivement "moches", moches comme votre soutien inconditionnel à l'Etat militaro-religieux qui spolie et extermine un peuple, moches comme la classe à laquelle vous appartenez, classe dominante qui, pour perdurer, est prête à détruire l'espèce humaine et la planète, moches comme les 2 parasites idéologiques que, fièrement, vous  vous attachez à incarner, moches comme les crachats qu'au nom de la discrimination anti-Palestiniens vous émettez sur tout un chacun, moches comme vos gueules d'empeigne dégénératif, ceci dit sans haine particulière, parce que, même la saine haine de classe révolutionnaire, vous ne la méritez pas.

     Et bonjour à Ehoud.

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2008 4 11 /09 /septembre /2008 00:00

 

L'ETAT ISRAËLIEN EXPORTE LA PAX AMERICANA



      Depuis l'effondrement de l'URSS, l'administration états-unienne mène à l'égard de la Russie une politique oscillant entre dédain, méfiance et petites humiliations.


     La Géorgie n’étant pas membre de l’OTAN, Washington a confié son encadrement militaire à...Israël. A peine nommé ministre de la Défense par le Président Saakashvili, un certain David Tkechelachvili a fait équiper l’armée géorgienne d’armes israéliennes et a autorisé des sociétés israéliennes à venir faire profiter de leur "software" les militaires géorgiens.

 

 

 


    








     15 jours avant le bombardement de l'Ossétie du Sud, tout ce beau monde a ré-intégré ses pénates, de façon à se dédouaner de toute responsabilité dans le massacre de milliers de civils Ossètes.

     Les siamois Poutine-Medvedev (medved = "ours") signalèrent bien à l'administration états-unienne les préparatifs géorgiens et prièrent Bush Jr de calmer son allié caucasien impétueux. Cependant,  le super-tanker Texan offrit toute latitude à Saakashvili d'agir à sa guise. Sur ce l'armée géorgienne, appuyée par quelques 2 500 mercenaires, attaque l’Ossétie du Sud et efface 2 000 civils.

    



     Les Russes, évidemment prêts à rendre cette amabilité, ont immédiatement réagi en respect des accords passés avec l'Ossétie et en quelques heures, ils ont pris le contrôle de la totalité de la Géorgie hormis la capitale Tbilissi, pour ne pas se mettre dans l'"illégalité" internationale. Pour les conseillers militaires venus d'Israël - tous anciens  participants  à la déculottée contre le Liban en 2006 - ce fut une nouvelle déconvenue. Le leader du Hezbollah libanais (Hassan Nasrallah) conseilla ironiquement aux Géorgiens d'utiliser plutôt la prochaine fois des stratèges de son organisation, eux qui avaient su mettre à mal la redoutable armée de l'Etat sioniste.

 


     Ainsi s'est produite dans le Caucase la défaite politique de l'administration Bush et de ses sous-maltraitants sionistes. On ne peut gagner à tous les coups de boutoir militaristes. Les néo-cons états-uniens, pris au piège de leurs propres chimères impérialistes, voulant croire à leur invicibilité comme leurs alliés évangélistes font semblant de se connecter directement à "dieu" pour recevoir les consignes géo-politiques du "tout-puissant", ont pensé pouvoir affaiblir  tranquillement l'Empire russe, notamment en finançant l'islamisme en Tchétchénie (ils avaient déjà fait le coup en Afghanistan avec les Talibans). Ce n'est pas tout : les mêmes fous de "dieu" gouvernant à Washington ont organisé le pillage économique des ressources  ex-soviétiques par des oligarques russes américanophiles, fait encercler la Russie par  l’OTAN, ils l'ont ouvertement menacée avec des missiles pudiquement dénommés «bouclier anti-missiles», détourné les voies d’acheminement des hydro-carbures du territoire russe et coetera.


     Tout comme les USA, Israël et l'UE n'ont cure du "droit des peuples à disposer d'eux-mêmes" - voir la création in vitro de l'"Etat" Kossovar - la Russie considère les Ossètes et les Abkhazes comme des cartes à abattre sur la table du jeu de prédation impérialiste - voir ce qu'il en est du droit des Tchétchènes à "disposer d'eux-mêmes". Dans cet impitoyable affrontement concurrentiel entre hyper-requins, il n'y a ni "bons" ni "méchants", ni "Axe du Mal" ni du "Bien". Seulement le stade suprême du capitalisme.

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2008 2 09 /09 /septembre /2008 13:01


CE QUE L'ON N'APPREND PAS A L'ECOLE DE LA REPUBLIQUE

     Durant la colonisation algérienne, la troupe française accomplit force massacres.

    


     En 1832 dans la Mitidja, plaine centrale de l'Algérie, toute une tribu, surprise durant le sommeil, est égorgée, les enfants aussi bien que les grands-parents et  l'ensemble de la famille. Pour attester de ce fait glorieux, les cavaliers français reviennent au fort avec des têtes plantées au bout de leurs lances. L'ensemble des troupeaux capturés est revendu, mais ce n'est pas le seul butin : on trouve aussi sur les marchés des bracelets encor accrochés à des mains tranchées, des bijoux suspendus à des morceaux de chair sanglante, etcetera. Ce trésor palpitant a été équitablement réparti entre les "vainqueurs".

     Dans une brochure, un géographe qui participe à un corps expéditionnaire propose, pour coloniser la plaine de la Mitidja, fertile en nombreuses cultures, "d'exterminer tous les Berbères des montagnes..." qui vivent dans les parages.

     En 1840 le général Bugeaud estime, devant la Chambre des députés, que jusqu'à présent les colonisateurs se sont montrés plutôt faibles. Il déclare :

     "Il faut une grande invasion qui ressemble à ce que faisaient les Francs, à ce que faisaient les Goths".

     Il sera écouté. Dès cette même année 1840, pendant la guerre contre Abd-el-Qader, l'armée de la République confisque systématiquement à "l'ennemi" troupeaux, blé et vivres, femmes et enfants.
    


     En 1845, Bugeaud, jamais à court d'idées, préconise la technique de l'enfumage : on regroupe une tribu dans un lieu clos, par exemple une grotte car il y en a beaucoup dans la colonie, puis on enfume jusqu'à l'asphyxie complète. Des dizaines de milliers d'Algériens périront ainsi. Cette méthode est  qualifiée
sobrement de "mesure de rigueur".
    



     Officialisés comme perception d'"impôts", "pénalités", "amendes", "contributions de guerre"
, pillages et destructions accompagnent les massacres. La colonie ainsi ponctionnée régresse économiquement de manière spectaculaire.
     Violant allègrement tous les "accords" signés, l'armée coloniale séquestre la totalité des biens des Algériens tués, chassés ou expulsés, laissant
dans le dénuement total les familiers qui ont survécu : plus de maisons, aucun bien, aucun objet, rien.

[à suivre]
Partager cet article
Repost0
8 septembre 2008 1 08 /09 /septembre /2008 16:21


QUAND ON S'ECLAIRE AVEC SA VESSIE, C'EST QU'ON LA PREND POUR UNE LANTERNE




[clichés non retouchés]



(ATTENTION ! PARMI CES 3-LA, SEUL UN ÊTRE VERITABLEMENT HUMAIN A PU SURVIVRE)
Partager cet article
Repost0