Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 18:07

 

MARIAGE DE RAISON ELECTORALE





     Benoît-le-faux-benêt
















Marine, Jean-Marie qui la tient, Bruno qui la p...


SALUT A TOUS CAMARADES ET NON -CAMARADES !

        N'est-ce pas qu'ils s'assortissent bien ces 2-là, la porcelette péroxydée et, derrière sa croupe généreuse, le top-model ambulatoire pour pub de parfum petit-bourgeois ?
        M. & B. se retrouvent à copuler idéologiquement sur un thème certes nouveau mais guère novateur (la dernière fois, c'était le "non !" national-socialiste à l'Europe) : haro sur les pédophiles et les blaireaux qui font du "tourisme sexuel" en Thaïlande ou à Sao Paulo.

         Plus précisément, Benoît le beau bo-bo a réglé son pas sur le pas martial de la Marine française. Avec un  courage indicible, les 2 représentants de l'avenir politicien franchement franchouillard s'en prennent  à un homme fraîchement encagé : le metteur en scène Roman Polanski. C'est toujours plus facile de cracher sur un taulard. En son temps, Sartre agit de même avec Louis-Ferdinand Céline, mais là s'arrête la comparaison.
        Le coup fourré vient de l'Etat Suisse (vous savez bien, quoi : l'or des Juifs pendant la seconde guerre mondiale, le blanchiment/noirciment du capital financier, les comptes anonymes, les paradis artificiels). Sous prétexte de remise de prix artistique, les madrés banquiers invitent le cinéaste et le font  serrer à la descente d'avion ; désormais, ils s'apprêtent à l'extrader vers leurs maîtres états-uniens (ils changent de maître à chaque époque historique) afin que ceux-ci puissent faire crever en geôle le vil personnage.
      Aussi sec, le neveu Mitterrand, intronisé Ministre de la Culture bourgeoise par le Nain jaune élyséen, se solidarise avec Roman Polanski. A lui aussi, le couple B./M. de choc règle son compte : un homo (c'est vrai), un pédophile (c'est pas vrai), un "touriste sexuel" (vrai ou faux ?). Marine caresse la populace (l'"opinion publique" des journaleux) dans le sens du poil pubien... normal, elle est dans son rôle de cochonne à truffes gardienne des valeurs frânçaises. Benoît caresse la gent féminine parallèlement aux sillons shampouinés du féminisme bourgeois, jusqu'à atteindre le point G de la bien-pensance des chiennes de garde du capitalisme à visage "humain". C'est bien pour cela que le P.S. a placé sa petite gueule de porte-voix opportuniste bien brossé devant l'officine. Martine Aubry, le pot-à-tabac en chef, n'a aucun sex-appeal pour ce type de besogne. Mieux, elle n'en a rien à faire. Aussi, que le petit châton se débrouille seul avec la grosse blondasse. Ca nous fera de bien beaux chiards, ce tandem.

        Face à un buisson de microphones avides, le couple nationale-socialiste vient dire son "malaise" circonstancié et ô combien politico-moralement correct à propos de la très médiatique arrestation de Polanski. Il y a plus de 30 ans de cela, après avoir tourné "Chinatown", film noir sur fond de corruption et d'inceste, ce dernier avait fait la fiesta chez son acteur principal, Jack Nicholson. La fiesta à Hollywood, soit Champagne, cocaïne et p'tites pépées. Petite, en l'occurrence la pépée l'était vraiment, 13 ans à peine et l'artiste ne s'est pas gêné pour s'envoyer cette fraîcheur offerte sur le gâteau. Il est vrai qu'il n'avait, lui, que 41 balais (quoiqu'il avait déjà tourné notamment Cul-de-sac, Répulsion, Rosemary's baby). Plaidant coupable, il a été condamné par la Justice états-unienne - une référence mondialisée ! - mais a préféré se tirer avant que de purger sa peine. Notre benêt Benoît a pratiquement le même âge, mais pas le même parcours. Jusqu'à présent, lui, s'est contenté d'adhérer au P.S. et de grimper un par un les échelons grâce non pas à un éventuel charisme politique (équivalent à celui de la Mère Royale) mais au fait qu'aujourd'hui, il s'agit de capitaliser une gueule de minet et la voix suave qui va avec pour réussir soit au cinoche, soit dans le show-biz politicien (soit dans les 2). La vacuité chronique du social-démocratisme français a paru soudain propice au jeunôt pour avancer un pion facile, suite à une intervention frontiste préparant le terrain. Evidemment, comme dit le comique troupier Tonton Melenchon (mais si : le "Parti de Gauche" avec la Mère Buffet oh ! oh !) "c'est pas parce c'est le FN qui le dit que c'est forcément faux". Ah, les hauteurs où vont se percher les idées de la nouvelle "gôche"...

      Poursuivant sur la lancée de leurs boules de pétanque médiatiques, Mr et Mme Hamon-Le Pen sont venus se fracasser sur ce pauvre neveu "Mitt'rand" à  cause d'un bouquin qu'il avait eu l'ingénuité d'écrire il y a 3 ans et dans lequel Frédéric racontait ses vacances studieuses à Bangkok. Eh quoi Benoît ! Tu n'aimes que les aventures de Placid et Muzo dans leur jardin ou alors tu es carrément allergique aux "artistes" - si tant est qu'on puisse affubler le Ministre enculturé d'un tel sobriquet ? Dovstoïevski était pédophile, lui, réellement, tout comme Lewis Carrol qui photographiait des fillettes à poil. Gauguin a fini son existence aux Marquises, à coucher avec des autochtones à peine pubères et à les peindre. Sans parler de Montherlant, Gide et de la "Lolita" de Vladimir Nabokov.


réduit à détailler ses explorations asiatiques...


       Un argument ultime mérite d'être posé sur le tabouret. Aussi bien Marine et son nouveau trophée Benoît - un bon coup à ce qu'il paraît - que la plupart des journaleux auto-proclamés "éditorialistes" ont souligné avec ardeur et salivation que ce qui préoccupait par-dessus tout la gélatine siliconée de l'électorat national, c'était de constater que la "Justice" s'occupât avec autant de célérité d'un VIP  du calibre de Polanski que de la racaille commune, le tout-venant banlieusard et les sorties d'égoût des quartiers banthoustés.
        Encor une accréditation de la justice de classe, bien digne d'un socio-démocrate et d'une morue nationale-socialiste. Selon les 2 crypto-lyncheurs de 1ère classe (sociale), extrader un cinéaste de 76 ans de la Suisse vers les Etats-Unis pour y être rejugé et finir son existence non pas derrière une caméra mais des barreaux bien vissés prouvera aux preux citoyens qu'il n'existe aucune impunité pour les "pipoles" et compagnie. Belle leçon d'instruction civique, malgré quelques relents pétainistes refoulant par la fenêtre, et qui fera chaud au coeur des embastillés croupissant dans les exemplaires geôles hexagonales.


       Roman Polanski et l'actrice Sharon Tate       

Partager cet article

Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans Rubrique à brac
commenter cet article

commentaires

décembre 21/10/2009 17:28


J'oubliais. Moi, Marine, je la trouve, j'sais pas comment dire, cute, enfin, les angles selon lesquels je l'ai aperçue !
Je connais un peu son père et je m'en crisse, il n'est pas pire que les autres, pas pire que celui de ma première femme.
J'aime son timbre de voix et dans un party je pense que j'aimerais bien faire connaissance. hîhîhî, salut.


Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV 22/10/2009 08:24


Eh bien décembre, tu as les goûts "larges" !

Fraternellement


décembre 21/10/2009 17:22


Salut Karpov,

Moi ce qui me fait réagir c'est que la victime lui a pardonné ses actes. Un jour, si on veut être en paix, c'est la seule solution pour l'humain, pardonner pour passer à autre chose puisque la vie
continue.
Actuellement c'est la justice qui s'élève au-dessus de la personne humaine. Quand un être humain pardonne, que faut-il de plus ? N'est-ce pas une invention humaine et strictement humaine que le
choix du pardon ?

Cette femme maintenant est mariée avec des enfants. Elle devra, à moins de dire à la justice d'aller chier, reprendre tout ça depuis le début pour sauver l'honneur de la Justice. Plus orgueilleux
et hypocrite que ça, tu meurs. Salut camarade.


Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV 22/10/2009 08:27


En phase avec ta vue des choses. Polanski a fauté, il l'a reconnu et a été condamné. L'"honneur" perdu de la justice de classe, qu'elle soit états-unienne, chinoise ou marsienne ne saurait en tirer
profit.

Salutation fraternelle


Yacedjaz 11/10/2009 16:08



Salut à toi, Karpov. Retour, en pleine forme.


Tu manquais, camarade.


Bien content de te lire à nouveau.


Un prolétaire.






Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV 11/10/2009 17:01


Eh bien Yacedjaz, le Sous-Lieutenant ne t'a jamais perdu de vue, ton blog étant sa référence privilégiée. Et il est très heureux de pouvoir te retrouver encor dans ce tourbillon foireux auquel il
s'agit d'échapper et mettre un nom.

Force et Honneur, fraternellement