Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 mai 2007 2 29 /05 /mai /2007 20:07

SA MORALE ET CELLE DES AUTRES

 

 

V

 

 

            

 

 

 

 

 

 

 

 









                                                                                                                                                                  (s'il avait été contemporain de celui de droite, qu'est-ce qu'il lui aurait mis)

                                                                                       

                                            (s'il avait été contemporain de celui de gauche, qu'est-ce qu'il aurait pris) 

  

 

    

     Mr Onfray exècre la théorie communiste et les dirigeants révolutionnaires qui la défendent. Ainsi, c'est fort logiquement que Mr Onfray abhorre Léon Davidovitch Bronstein, dit "Trotski".

     Un des principes qu'applique le prof de philo caennais, c'est de dire à ses ouailles : "Ne lisez pas tel ou tel livre, tel ou tel texte, je m'en suis chargé à votre place et c'est vraiment une abomination. Lisez plutôt celui-ci ou celui-là, je m'en porte garant et y appose mon sceau "nietzschéen de gauche".

     Mais le Sous-Lieutenant P.M. Karpov a l'esprit de contradiction. Ayant constaté que Mr Onfray avait mis à l'index un texte de Léon Bronstein intitulé "Leur morale et la notre", il saisit l'occasion pour le lire et découvrit un redoutable pamphlet anti-Onfray, càd anti-moraliste-petit-bourgeois-philo-sophiste. Ce texte, n'importe qui peut le trouver et le lire, mais le S-L K. a concocté aux amateurs une petite fiche de pré-lecture.

 

      

 

"Leur morale et la notre"

 

Extrait V   

 

    

     "Les principes marxistes sont, bien sûr, mauvais [selon les moralistes à la Onfray], mais on trouve néanmoins parmi les bolcheviks des hommes excellents. En vérité, il est des "amis" plus dangereux que les ennemis. Si nous voulions prendre MM. nos censeurs au sérieux, nous devrions tout d'abord leur demander quels sont leurs propres principes de morale. Question qui resterait sans doute sans réponse... Admettons que ni la fin personnelle ni la fin sociale ne puissent justifier les moyens. Il faudrait alors chercher d'autres critères en dehors de la société telle que l'histoire la fait et des fins suscitées par son développement. Où ? Au ciel si ce n'est sur la terre. Les prêtres ont depuis longtemps découvert dans la révélation divine les canons infaillibles de la morale. Les petits prêtres laïcs traitent des vérités éternelles de la morale sans indiquer leur référence première. Nous sommes en droit de conclure que si ces vérités sont éternelles, elles sont antérieures à l'apparition du pithécanthrope sur la terre et même à la formation du système solaire". (Léon TROTSKI, 1938)

Partager cet article
Repost0

commentaires

celia 29/10/2007 16:36

pour ma part,je pense que c'était  un bon jour pour sortir cet article

sylvia 31/05/2007 20:51

C'est mon opinion aussi,la tactique suprême : caresser dans le sens du poil le narcissismeet créer des réflexes conditionnéséternelle fable du renard et du corbeau...donc naïveté, voire bêtisece qui joue aussi, et lourdement, ce sont les siècles de vassalité féodaleet d'inoculation de l'idée que la vie est une peine, distillée par l'Egliseinertie de pensée difficile à ébranler, quels que soient les inspirateursà quoi s'ajoute, coup de masse, l'échec des régimes ex-soviétiquessuivi de l'exportation rapide du virus partout, dans des pays pauvres, où essayer d'acquérir des biens est légitimequid donc de l'avenir ? quelle force de contestation pourrait émerger ?calme plat, à long terme...

Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV 31/05/2007 23:34

 
     "S'il résidait un espoir, c'était dans le prolétariat"
 
                  (Georges Orwell, 1884)

john 31/05/2007 13:32

Salut bien, SLK!

john 31/05/2007 08:51

La classe salariée se fait avoir car elle a intériorisé le consumérisme cmme mode de fonctionnement et de réalisation, elle a intériorisé le développement individualiste comme signe de réussite, elle a gagané le goût du pavillon et perdu celui de la classe.
Précarisée, la classe salariée est atomisée: la lutte commune est anéantie aussi par l'impossibilité d'être ensemble, unis..;etc. Mes camarades...ceux là font 30 h ici, ceux là 35, ceux là 17 h -et sans avoir choisi, sans parler des chômeurs qui s'organisent si mal. C'est la culture de classe que ces conditions de travail a dissoute.
Quant à savoir pourquoi les pauvres votent pour les riches, outre le fantasme de devenir riche (individualisation), la responsabilité des partis de gauche, normatifs et bourgeois est écrasante.
Sans doute encore pas mal de points. L'aliénation me semble le principal, avec les conditions du travail. ET les faux penseurs comme onfray (par exemple) porteur de moralisme petit bourgeois .

Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV 31/05/2007 09:29

 
     Karpov ne peut qu'approuver.

sylvia 30/05/2007 23:04

alors qu'elle n'a pas manqué d'inspirateurs ?

Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV 30/05/2007 23:06

 
     Attendons voir ce que John en dit. Sinon Karpov a sa petite idée...