Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mai 2007 7 20 /05 /mai /2007 21:01

LA TRONCONNEUSE

OPUS V

 

       (Père, gardez-moi de mes amis politiques, mes ennemis je m'en charge)

 

 

L'INVITE :

 

               (Ô Friedrich, garde-moi de mes ennemis politiques car de fait je m'en suis fait de tous les côtés)


     Des fâcheries, encor des fâcheries, toujours des fâcheries pour Mr Onfray, puis, toujours aussi soudainement, l'illumination :

     "Je votais donc Besancenot, non sans avoir réfléchi à un vote Royal dès le premier tour. Mais mon envie de peser à la gauche du parti socialiste pour qu’il gauchise un peu de ses positions, et de contribuer au score de la gauche antilibérale, ma sensibilité, me fit prendre cette décision. J’avais le ferme désir de voter au second tour pour la candidate présentée par le Parti Socialiste, même si je la trouvais pâlichonne politiquement, errante idéologiquement, opportuniste dans le déroulé de sa campagne… Il y eut le résultat que l’on sait".

    

                    (Qui de plus décisif, pour peser sur le PS, que le redoutable candidat de la LCR ?)

    

     Résumé pour ceux qui ont du mal à suivre : Mr Onfray se décida à soutenir le facteur à pédales pour "peser sur la gauche du PS". Rien que cette démarche amène une question liminaire : en quoi le fait de voter Besancenot "pèse"-t-il sur la "gauche du PS" ? Question liminaire suivante : la "gauche du PS" existe-t-elle ailleurs que dans l'imagination fébrile de Mr Onfray ?
     
     Bon, faisons semblant d'admettre que oui, elle existe cette gauche-là, et mettons ce raisonnement spécieux sur le compte de la complexité complexifiante du politologue Onfray. Le voilà donc s'affichant trotskiste occasionnel, parce que voulant mettre la pression sur une candidate "pâlichonne politiquement" [soit "inconsistante"], "errante idéologiquement" [re-"inconsistante"], "opportuniste dans le déroulé de sa campagne" [soit "opportuniste", un terme que Mr Onfray utilise depuis peu ... Karpov a la prétention d'y être pour quelque chose]. Et Mr Onfray de constater : "Il y eut le résultat que l'on sait". Càd que sur le plan politique, Mme Royale s'avéra de fait inconsistante et opportuniste. Pour une fois que l'intuition nietzschéenne de Mr Onfray l'abusait un peu moins que d'habitude... En fait, le "résultat" dont parle Mr Onfray c'est évidemment la victoire éclatante de Président Sarko.

     On en arrive alors au "cas Bayrou". D'après les sondages - couillonnades pour distraire les votants -, à gauche, le seul "vote utile" c'était le candidat de l'UDF dès le 1er tour car, au second, d'après les mêmes couillonnades, lui seul pouvait terrasser Président Sarko. C'était trop à admettre pour le prof de philo rebelle, libertaire, populaire et hédoniste. Poser au sage gandhien avec le futur Président ne lui posa aucun problème ; voter centriste au lieu de voter "pâlichonne politiquement, errante idéologiquement, opportuniste..." et aussi " cynique", re-"opportuniste" et "démagogique", impossible pour Mr Onfray.

    

 

(ni inconsistant politiquement, ni cynique, ni opportuniste, mais "de droite" : rédhibitoire pour un philosophe nietzschéen "de gauche") 

    

     "Comprend qui peut", comme chante Bobby.
    

Partager cet article
Repost0

commentaires