Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

9 mai 2007 3 09 /05 /mai /2007 09:05

Au théâtre de Lenche à Marseille (cong !), le Sous-Lieutenant a vu :

pièce tirée du livre éponyme de Howard Zinn (éditions Agone).

     Le "pitch" : Karl Marx revient avant le Messie, en ce début de 3ème millénaire. Il "atterrit" dans la capitale de l'impérialisme mondial, qui n'est plus Londres, mais New York.

     Le "Vieux" constate avec une humble satisfaction et un étonnement certain que, non seulement ses prévisions sur le cours du capitalisme se sont effectivement réalisées, mais qu'elles sont allées bien au delà de qu'il aurait pu imaginer, malgré la puissance de son cerveau  : centralisation de la production, prépondérance du secteur financier, impossibilité pour la classe dirigeante de résorber le chômage et la misère, mondialisation, déshumanisation de l'humanité...

     Pendant une heure et demi, Marx évoque sa vie à Londres (dans un Soho apocalyptique), sa vie tulmultueuse avec sa compagne et ses filles, ses disputes homériques avec Bakounine (dont il trace un portrait rabelaisien formidable) et ironise sur ce que sont devenus les pays "communistes" et le marxisme (ça, ça l'amuse beaucoup ; en son temps, il avait déjà déclaré à un de ses fans : "Pour ma part, je ne suis pas marxiste"). En même temps, tout au long de ses observations sur notre époque, il constate que le capitalisme continue de creuser les inégalités sociales et par là même sa propre tombe (à condition que le fossoyeur, la classe salariée, se réveille tôt ou tard). L'humour qui parsème la pièce et sa clarté d'écriture lui permettent de maintenir un intérêt constant. L'unique acteur tient bon la rampe.

     Voilà, la salle était comble : au moins 150 personnes ! (les issues de secours étaient même occupées, il aurait pas fallu un début d'incendie contre-révolutionnaire). Le "Vieux" a fait un tabac sur Marseille, juste en face de la Bonne Mère. 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans karpov
commenter cet article

commentaires