Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

2 juillet 2009 4 02 /07 /juillet /2009 16:26


MARX, L'ANTI-SEMITE

      En 1843, Karl Marx a 25 ans. Vous vous doutez bien que les 25 années de ce jeune Juif (d'origine) Allemand sont le ferment de ce qu'il deviendra par la suite. Formé en théologie protestante par le pasteur Bruno Bauer, Marx ne tarde pas à s'émanciper du pesant maître, tout comme il l'avait fait avec le grand Commandeur Friedrich Hegel.
      1843 voit l'édition de 2 opuscules au titre commun, "La Question juive", l'un de Bauer, l'autre de Marx, en réponse au 1er.

       Dans le sien, le jeune Marx, à travers la situation des Juifs en Allemagne et leur aspiration à s'émanciper, se livre à une critique consciencieuse de la religion, de l'Etat, de l'idéologie bourgeoise et de leurs rapports incestueux, notamment à travers les fameux "droits de l'homme" universels, dont Marx démontre qu'ils ne sont que les droits bourgeois factuels de l'homme bourgeois :

      "La société féodale se trouva décomposée en son fond, l'homme, mais l'homme tel qu'il en était réellement le fond, l'homme égoïste.
     Or, cet homme, membre de la société bourgeoise, est la base, la condition de l'Etat
politique. L'Etat l'a reconnu à ce titre dans les droits de l'homme".

      L'Etat est l'Etat de la Bourgeoisie, ce qui n'est pas rien. Dans ses "droits de l'homme", il reconnaît officiellement la validité de l'idéologie bourgeoise, il prône la défense de la personne et des biens. Qui est une "personne", qui donc possède des "biens" ? Vous savez la réponse.
      Karl enchaîne avec l'aspiration sublimée de l'homme bourgeois à la "liberté" :

       "L'homme ne fut donc pas émancipé de la religion ; il reçut la liberté religieuse. Il ne fut pas émancipé de la propriété ; il reçut la liberté de la propriété. Il ne fut pas émancipé de l'égoïsme de l'industrie; il reçut la liberté de l'industrie".

      L'aspiration à l'émancipation se distingue alors de celle de la "liberté", concept fourre-tout dans lequel s'engouffre la pléthore des théologiens, idéologues, philosophes et autres "penseurs" d'Etat. La liberté, tout le monde s'en réclame, en particulier les adeptes du libre échange, du libre Marché, de la libre concurrence, la libre circulation et de la liberté individuelle du petit-bourgeois.
       C'est qu'après ses grandeurs, la classe autrefois révolutionnaire a ses limites naturelles, celles, déterminantes, du Marché et de la production :

      "La révolution politique décompose la vie bourgeoise en ses éléments, sans révolutionner ces éléments eux-mêmes et les soumettre à la critique".

         Après avoir opéré la critique du féodalisme par la critique des armes et de la guillotine, la Bourgeoisie s'est arrêtée en chemin, établissant à la place des dogmes religieux, monarchiques et féodaux ses propres dogmes républicains, démocratiques et universalistes. La figure centrale de l'allégorie bourgeoise, c'est l'"homme". De quel homme s'agit-il ?

       "L'homme politique n'est que l'homme abstrait, artificiel, l'homme en tant que personne allégorique, morale. L'homme véritable, on ne le reconnaît d'abord que sous la forme de l'individu égoïste, et l'homme réel sous la forme du citoyen abstrait".
      
         "Citoyen abstrait", car le monde est fait non pas de "citoyens" mais de salariés, de non-salariés, de paysans propriétaires et non-propriétaires, de fonctionnaires, de notaires, de mendiants, etc. L'individu tel qu'il est défini par les droits de l'homme, la Constitution et le reste des textes très officiels, n'est repérable que par la défense de ses intérêts, de ses biens, de sa précieuse petite personne. L'Univers entier tourne autour de l'homme bourgeois. Dès lors, comment s'arracher à cette détermination illusoire alors que les 3/4 de l'humanité ne sont pas formés d'hommes tels que celui-là ?




       Marx répond :

       "L'émancipation humaine n'est réalisée que lorsque l'homme a reconnu et organisé ses forces propres comme forces sociales et ne sépare donc plus de lui la force sociale sous la forme de la force politique".

         En aspirant à s'émanciper, l'homme réel revendique l'unité entre ce qu'il est, un être social, et la force politique dont il dispose pour faire sauter le verrou maintenant les chaînes de son esclavage.

(à suivre)

     

Partager cet article

Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans Politik
commenter cet article

commentaires