Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

27 juin 2009 6 27 /06 /juin /2009 17:33

MARX, L'"ANTI-SEMITE"

     Alors, vous y êtes toujours ? Accrochez-vous un peu, nom de dieu, autrement, comment pourriez-vous prétendre à une quelconque "expression" politique ? Dans son opuscule "La Question juive", le jeune Marx (25 printemps seulement) pointe avec une acuité relevant déjà d'un matérialisme dialectique  efficient, l'opposition fondamentale entre des concepts bourgeois floutés par leur idéalisme fondateur, notamment celle entre le "citoyen" et l'"homme". Allez, claquez-vous le beignet et au taf :

     "C'est l'homme en tant que bourgeois, et non pas l'homme en tant que citoyen, qui est considéré comme l'homme vrai et authentique".

       Dès qu'on plonge le nez dans l'idéalisme bourgeois, on ne peut s'en extirper (à moins de brader ses convictions profondes). Le renversement qu'opère la bourgeoisie révolutionnaire est le suivant :

     la pratique devient le BUT, la théorie restant seulement un MOYEN.
Cela condamne à perpétuité toute théorie autre que celle démontrant empiriquement la nécessité de la conservation capitalistique bourgeoise .

       Vous touchez là à un point fondateur de ce qu'est l'idéologie bourgeoise, qu'elle soit de "droite", de "gauche", du "centre" ou d'ailleurs. Maintenant il vous faut vous replonger - mais en compagnie du jeune Marx - dans cette déclaration que d'aucuns considèrent comme aussi "sâcré" que les saints sâcrements :

        "Le "but" de toute "association politique
" est la "conservation des droits naturels et imprescriptible de l'homme". (Déclar., 1791, art. 2.)
      "Le
gouvernement est institué pour garantir à l'homme la jouissance de ses droits naturels et imprescriptibles." (Déclar., 1791, art. 1.)".

       Commentaire du Vieux jeune :

        "Donc, même aux époques de son enthousiasme encore fraîchement éclos et poussé à l'extrême par la force même des circonstances, la vie politique déclare n'être qu'un simple moyen, dont le but est la vie de la société bourgeoise".

        Effectivement, c'est écrit noir sur blanc ; si cela ne vous est pas apparu en 1ère lecture, re-lisez donc : "Le gouvernement est institué pour garantir à l'homme la jouissance de ses droits naturels et imprescriptibles". Ces fameux "droits naturels" dont il est dit plus haut qu'ils consistent à exploiter son prochain et à jouir du produit profitable de cette exploitation.
       Marx pousse inlassablement son pion critique :

       "Il est vrai que la pratique révolutionnaire est en contradiction flagrante avec sa théorie. Tandis que, par exemple, la sûreté est déclarée l'un des droits de l'homme, la violation du secret de la correspondance est mise à l'ordre du jour. Tandis que la "liberté indéfinie de la presse" est garantie (Déclar. de 1793, art. 122) comme la conséquence du droit de la liberté individuelle, elle est complètement anéantie, car "la liberté de la presse ne doit pas être permise lorqu'elle compromet la liberté publique". (Robespierre jeune ; Histoire parlementaire de la Révolution française...)".

       Maintenant, après 2 siècles et demi d'histoire, tout le monde le sait : la Bourgeoisie n'a pas son pareil pour édicter de grandes règles humanistes tout en les violant allègrement. Est-ce là méchanceté ou vice naturel ? Que nenni, la grande Dame patronnesse est avant tout classe sociale et politique :

      "Le droit de liberté cesse d'être un droit, dès qu'il entre en conflit avec la la vie politique, alors que, en théorie, la vie politique n'est que la garantie des droits de l'homme, des droits de l'homme individuel, et doit donc être suspendue, dès qu'elle se trouve en contradiction avec son but, ces droits de l'homme. Mais la pratique n'est que l'exception, et la théorie est la règle".

        
Il y revient, l'infatigable bretteur ! Non sans avoir démêlé l'écheveau alambiqué de l'idéalisme bourgeois et de ses "droits" imprescriptibles. Pour en arriver à ce constat que, dans la vie politique de l'Etat bourgeois, les droits de l'homme n'interviennent qu'en théorie ou, dit autrement, qu'en profession de foi déontologique. S'il arrive à un Etat de défendre pratiquement un-2 articles, c'est toujours par erreur ou par "un concours de circonstances".


      Les "droits de l'homme" ne constituent pas son avenir, même dans la société bourgeoise.

[à suivre]  

Partager cet article

Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans Politik
commenter cet article

commentaires