Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 17:45


MARX, L'"ANTI-SEMITE"

        Dans sa "Question juive" (1843), Marx démontre à 25 ans à peine sonnés que l'Etat démocratique - qui n'existe pas encor en Allemagne - possède la capacité d'émanciper le peuple de la religion quelle qu'elle soit, tout en la laissant subsister :

      "La contradiction dans laquelle se trouve le sectateur d'une religion particulière vis à vis de sa qualité de citoyen n'est qu'une partie de l'universelle contradiction entre l'Etat politique et la société bourgeoise. L'achèvement de l'Etat chrétien, c'est l'Etat qui se reconnaît comme Etat et fait abstraction de la religion de ses membres. L'émancipation de l'Etat de la religion n'est pas l'émancipation de l'homme réel de la religion".

        Saisis-tu, lecteur qui plisse le front et toi, lectrice sereine, le dénouement de la contradiction substantielle entre Etat démocratique et idéal religieux ? Le 1er réalise symboliquement les aspirations du second, tout en le ravalant à une officine religieuse comme une autre, à égalité avec tout autre concurrent. L'Etat moderne officialise la religion de manière profane. Ce faisant, il détruit les saints sâcrements, tout le toutim, le saint-frusquin et le reste. Il démocratise, aplanit, efface les contradictions réelles que masquent les contradictions symboliques entre curés, rabbins, imams, bonzes et shamans. Il est la superstructure capitalistique qui fait des aspirations à la spiritualité la demande d'une offre : qui veut du bouddhin, du chrétin, du Allah-va-comm'-j'te-pouss ou du raddin ? Promo sur les religions orientalistes, soldes sur le panthéisme.

       Il s'agit d'avancer un peu plus avant. Passons à une suite qui, pour ceux qui n'ont pas encor lâché prise, constitue un morceau de roi : l'analyse des droits de l'homme. Le vieux Maître Bruno Bauer avait ouvert le bal :

      "L'idée des droits de l'homme n'a été découverte, pour le monde chrétien, qu'au siècle dernier. Elle n'est pas innée à l'homme..."

       Au siècle dernier, soit au XVIIIème siècle. Les droits de l'homme surgissent en même temps que les aspirations de la Bourgeoisie à s'émanciper de la tutelle féodale et monarchique. Marx, avec toute l'énergie de sa jeunesse, les prend à bras-le-corps, ces fameux droits sorits de la cuisse des Lumières :

      "Considérons un instant ce qu'on appelle les droits de l'homme, considérons les droits de l'homme sous leur forme authentique, sous la forme qu'ils ont chez leurs inventeurs, les Américains du Nord et les Français !"

        Les Etats-Uniens les inventèrent donc, ces droits, en co-brevet avec les "sâcrés Français".
Immédiatement, Marx décèle les accointances entre droits d'obédience religieuse et droits d'obédience démocratique :

       "L'incompatibilité de la religion et des droits de l'homme réside si peu dans le concept des droits de l'homme, que le droit d'être religieux, et de l'être à son gré, d'exercer le culte de sa religion particulière, est même compté expressément au nombre des droits de l'homme. Le privilège de la foi est un droit général de l'homme".

       Les droits de l'homme autorisent en effet qu'en tant qu'adepte d'une secte religieuse, "l'homme" s'adonne à plaisir à ses rites, messes noires et blanches et croyances quelles qu'elles soient.

*****

       A ce stade, vous pénètrerez en la partie vive de la "Question juive". Que sont-ce les "droits de l'homme", de quels "droits" et de quel "homme" est-il question ? Tenez ferme le fil rouge marxien qui se déroule devant vous :

      "On fait une distinction entre les "droits de l'homme" et les "droits du citoyen". Quel est cet "homme" distinct du citoyen ? Personne d'autre que le membre de la société bourgeoise. Pourquoi le membre de la société bourgeoise est-il appelé "homme", homme tout court, et pourquoi ses droits sont-ils appelés droits de l'homme ? Qu'est-ce qui explique ce fait ? Par le rapport de l'Etat politique à la société bourgeoise, par l'essence de l'émancipation politique".

        Ô temps embourgeoisé, suspends ton viol de l'humanisme marxien et vous, heures propices, arrêtez votre char pesant : laissez appréhender aux esclaves la vivacité du coeur de cible révolutionnaire !

       "Constatons avant tout le fait que les "droits de l'homme", distincts des "droits du citoyen", ne sont rien d'autre que les droits du membre de la société bourgeoise, c'est-à-dire de l'homme égoïste, de l'homme séparé de l'homme et de la communauté".

       La communauté convoquée ci-devant par le jeune homme Marx, c'est la "gemenweisen", la communauté humaine, l'essence même de l'humanité, qu'excluent ces "droits du Bourgeois" ! Depuis près de 2 siècles et demi, la Bourgeoisie fait passer ses droits de classe exclusifs pour des droits universels.

[à suivre]   
        

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans Politik
commenter cet article

commentaires