Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 16:50




MARX, L'"ANTI-SEMITE"

        Donc les Juifs Allemands réclamant leur "émancipation", Bauer, dans sa "Question Juive" (1843), les avait interpellés d'une manière que Marx reprend dans la sienne (même année) :

      "Comment pourrions-nous vous libérer ? Vous êtes, vous autres Juifs, des égoïstes, vous réclamez pour vous, parce que vous êtes juifs, une émancipation particulière. Vous devez travailler, en votre qualité d'Allemands, à l'émancipation politique de l'Allemagne, et, en votre qualité d'hommes, à l'émancipation humaine. Et l'espèce particulière de votre oppression et de votre avilissement, vous devez la ressentir, non pas comme une exception à la règle, mais plutôt comme ce qui la confirme".

        Chez le jeune Marx la question de l'émancipation des Juifs Allemands ne peut être séparée arbitrairement de la question générale de l'émancipation des Allemands, c'est-à-dire, l'instauration d'une république démocratique bourgeoise.

        A l'époque, l'Etat Allemand considère le christianisme comme religion "officielle". Voilà pourquoi Bauer poursuivait, à l'adresse des Juifs :

      "...les Juifs demandent-ils à être assimilés aux sujets chrétiens ? S'ils reconnaissent l'Etat Chrétien comme fondé en droit, ils reconnaissent le régime de l'asservissement général. Pourquoi leur joug spécial leur déplaît-il, si le joug universel leur plaît ? Pourquoi l'Allemand s'intéresserait-il à l'émancipation du Juif, si le Juif ne s'intéresse pas à l'émancipation de l'Allemand ?"

         Et Marx d'enfoncer le clou, reprenant la démonstration de son professeur de théologie :

      "L'Etat chrétien ne peut, de par son essence, émanciper le Juif. Mais, ajoute Bauer, le Juif ne peut, de par son essence, être émancipé. Aussi longtemps que l'Etat reste chrétien et tant que le Juif reste juif, tous deux sont aussi peu capables, l'un de donner l'émancipation, l'autre de la recevoir".

       Un faux problème que celui de cette "émancipation" des Juifs Allemands, parce qu'il aliène l'émancipation politique à l'émancipation religieuse quand il s'agit du processus inverse. C'est en obtenant l'abolition de toute religion d'Etat que les Allemands s'émanciperont, qu'ils soient Juifs, Chrétiens ou autre chose. Voilà ce que Marx reprend chez son ancien maître. Bauer était allé plus loin :

      "...le Juif ne peut, de son côté, avoir à l'égard de l'Etat qu'une attitude de Juif, c'est-à-dire d'étranger : à la nationalité véritable, il oppose sa nationalité chimérique, et à la loi, sa loi illusoire ; il se croit en droit de se séparer du reste de l'humanité ; par principe, il ne prend aucune part au mouvement historique et attend impatiemment un avenir qui n'a rien de commun avec l'avenir général de l'homme car il se considère comme un membre du peuple juif et le peuple juif comme le peuple élu".

       Marx lui emboîte le pas et sans doute pour ça aussi, les philistins de l'impérialisme l'ont frappé de leur sceau infâmant d'"anti-sémite". Laissons-les pour l'instant, ces faussaires, et poursuivons avec le Vieux le cheminement vers l'analyse de la question juive :

      "...le Juif le dit lui-même... [il] ne doit pas être émancipé parce qu'il est juif, parce qu'il possède un principe moral excellent et universellement humain; le Juif prendra plutôt rang derrière le citoyen et sera citoyen, bien qu'il soit juif et doive rester juif. En d'autres termes, il est et reste juif, bien qu'il soit citoyen et vive dans des conditions universellement humaines ; sa nature juive et limitée remporte toujours et en dernier lieu la victoire sur les obligations humaines et politiques".

      
Aujourd'hui cela vaut tout autant pour les religions qui tentent désespérément de se ré-insérer dans la vie politique - souvent avec le coup de pouce politicien intéressé - que ce soient 
le catholicisme, l'Islam ou toute autre secte multinationale considérant qu'en politique, le dogme du "sâcré" prime sur la vie humaine.

 

(Bruno Bauer, 1809-1882)


(à suivre)
       

Partager cet article

Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans Politik
commenter cet article

commentaires