Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 11:00


       Pour ceux qui se posent encor la question du rôle et de la nature des syndicats depuis 1945, le Sous-Lieutenant leur conseille vivement d'écouter les paroles des leaders syndicaux officiels-médiatiques. Notamment l'épicier barbichu de la "CFDT", François Chérèque, qui a rejeté tout appel à une grève générale :

   

      "Ce n'est pas une manifestation de plus qui fera bouger le gouvernement. Si nous voulons être efficaces, nous devons changer de méthode".

 

      "Changer de méthode", affirme-t-il ! Pourtant, quelle autre "méthode" n'a jamais prôné le petit commerçant jaune et son obscure officine, si ce n'est la "négociation", la "politique contractuelle", le "dialogue social" et autres procédures empaquetées sous vide, qui ont cours tant que la classe salariée demeure à genou.   


     "Nous avons toujours dit que nous n'étions pas favorables à ces journées ou ces déclenchements de grève"

     insiste-t-il, le moucheron posé sur la fiente capitaliste constituant sa nourriture principale. Ê oui ! "Nous" avons toujours fait les plus grands efforts pour empêcher toute "action", toute lutte, toute grève des salariés contre les conditions qui sont leur lot quotidien. C'est que le
misérable philistin n'a pas peur de s'en vanter ! En toute respectabilité, en toute impunité (pour l'instant historique). Le fat claironne qu'il est un collabo, o tempora o mores !

      "Les salariés savent très bien que ce n'est pas une grève qui réglera leurs problèmes".

      Il insiste, il ré-affirme et appuie intempestivement sur le même sempiternel refrain : surtout
pas d'auto-défense de classe, pas d'unification des luttes sociales, aucune action réelle, rien, le vide néantesque... Et à la place ?      

      "J'invite à des journées qui posent le problème au niveau national pour avoir des réponses nationales, puis travailler concrètement dans chaque entreprise quand les problèmes se posent".

      Relisez mot à mot : "des journées qui posent le problème au niveau national pour avoir des réponses nationales"...

        merde pour l'internationalisation des luttes ! Monsieur l'épicier n'oublie pas qu'il est aussi un petit chauvin, imbu de mesquinerie mercantiliste.

      ..."travailler concrètement dans chaque entreprise quand les problèmes se posent".

        Comme si les "problèmes" ne se posaient pas "concrètement" au quotidien ! Comme s'ils pouvaient se résoudre "dans chaque entreprise"!! Comme si l'unification de la résistance à ces "problèmes" à l'échelon national et internationaliste constituait une faiblesse, et non la seule issue à l'esclavagisme salarié !!!

      On jugera du degré de conscientisation des masses salariées en mouvement à l'instant foudroyant où des Chérèque, des Thibaut ou des Mailly n'auront plus la possibilité de venir déverser leur discours démoralisateur sans risquer de se faire mettre en pièces par ceux qu'ils sont censés représenter et ne font que trahir.

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans Politik
commenter cet article

commentaires

téci 02/05/2009 21:01

Actuellement ces deux gros nazes sont en train de négocier à qui mieux mieux l'introduction dans les entreprises de complémentaires santé obligatoires pour les salariés et de plan épargne retraite complémentaire au bénéfice du groupe Audiens, filiale de...Axa finance !Ces deux trou-duc après avoir été infoutus de défendre correctement les régimes de retraite et de protection sociale sont sur le point de drainer une somme de fric phénoménale des poches des salariés vers celles des requins de la finance sous prétexte de palier au désengagement de l'état et des entreprises en matière de protection sociale. Sont contents chez Axa, ils vont pouvoir se goinfrer avec le fric des prolos qui leur échappait jusqu'à présent. A qui profite le crime ?Salutation à tous. 

Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV 03/05/2009 11:11


Effectivement, ce que tu soulignes pose clairement la question de la nature des syndicats aujourd'hui.

Depuis la fin de la guerre, la Gauche Italienne a montré que peu à peu, les organisations syndicales s'étaient intégrées à l'Etat, processus amplement favorisé par les "Trente-Glorieuses".

Chaque fois qu'éclate un mouvement social, CGT, FO, CFDT and consorts se retrouvent tout naturellement disposés à le morceler, l'éclater, le disperser par toute une batterie de fausses "modalités
d'action", fausses "disputes inter-syndicales et vrai corporatisme, réelles diversions vers des tartes à la crème médiatiques, etc.

Fraternellement


Yacedjaz 02/05/2009 20:37

En effet, cher Karpov, les salariés auront atteint un stade de développement de la conscience de classe nettement supérieur à l’actuel quand les têtes de ces ordures de collabos rouleront dans le panier.
Ces traites ne veulent surtout pas que les prolétaires de tous les pays s’unissent pour détruire la société bourgeoise et ainsi instituer la société sans classe. Et ils font tout pour diviser la classe des exploités, comme ton analyse le montre bien, parce qu’ils œuvrent à la sauvegarde de leurs propres intérêts.
Salutations fraternelles.

Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV 03/05/2009 10:52


Salut fraternel Yacedjaz, camarade !


Yacedjaz 02/05/2009 20:29