Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

27 avril 2009 1 27 /04 /avril /2009 10:45




LA QUICHE TOURNANTE

      Depuis peu, une dénommée "Naïbed" a décidé de "s'occuper" de votre serviteur, celui-ci s'étant permis de lui replacer sous les narines ses digressions délirantes sur un thème unique : la nuisibilité des Arabes. Naturellement, elle a poubelle-de-table ouverte chez les 2 tenanciers du Musée aux Horreurs, dont le Sous-Lieutenant vous a précédemment étalé la substantifique moëlle.









      Ensemble, faisons connaissance avec l'inconnaissable, voulez-vous ? La quiche se présente elle-même comme :


"Une femme, ingénieur-sans-E informaticien et actuaire, une usenaute, une (éternelle) célibataire, mais néanmoins (très) attachée à ses amants, etc..."


 

 


     D'entrée de jeu c'est proprement haletant, vous en conviendrez.


"Bref, une femme qui aime l'amour, qui aime rire, chanter, s'amuser, profiter de la vie, etc... Mais aussi, d'un autre côté, une VERITABLE FEMINISTE, une féministe qui peut se montrer très dure et très opiniâtre, lorsqu'elle a décidé de lutter, seule s'il le faut, contre l'hypocrisie, la bêtise et la lâcheté généralisée des lopettes responsable du crépuscule actuel de l'Occident."

 

 


 

 

     TeRRRRible constat immanent. On n'ose imaginer la vie des voisins. Mais quelles sont-elles donc, ces "lopettes" dont nous parle la quiche d'un autre monde ?


"Lopettes qui ont trahis les traditions de lutte de cette magnifique civilisation judéo-chrétienne et laïque occidentale, qui, au terme de bien des combats et des vicissitudes, nous avait donné la liberté de l'individu et la démocratie."


        Finalement,  il valait mieux ne pas demander d'explications ! 

        Essayons autre chose : ô Sainte quiche, quel est donc ton Graal ?


"Des combats qu'il faut continuer à mener contre l'intégrisme - qu'il soit religieux ou séculaire, comme dans le cas du laïcardisme et du socialisme - et contre tous les totalitarismes que furent le communisme, le nazisme, le fascisme. Et que sont aujourd'hui l'Islam et de son laquais servile, le gramscisme".

 


 

 

 

     Faîtes-en vous-même l'expérience : lisez, relisez à l'envers, à l'endroit ou en italique cette posologie purgative, il n'en restera qu'une énigme à la "da Vinci code", scribouillée en sabir ésotérico-psychologique dont il faut bien se garder de dénouer l'alambiqué écheveau (sauf si on a du temps à perdre et qu'on aime ça). D'autant que cette surproduction de vacuité relève non pas de la politique mais de la psycho-thérapie de poche (à usage individuel). Sans parler du pauvre Antonio, convoqué dans son repos éternel par la harpie.

          Qu'est-ce qui la hante, la bizarre bestiole ? Ecoutez-là grogner :


"le terrorisme islamique : ce dernier possède, en plus, des caractéristiques propres, des causes systémiques infiniment plus préoccupantes, et qui demandent autre chose, un traitement bien plus vigoureux que le simple «traitement de surface» qu'on lui applique actuellement (et qui suffit probablement pour les terroristes-en-herbe gauchistes tiersmondistes et nihilistes)."


          Ê ! Des gesticulations, des cris d'orfraie et des grimaces, tout  ça pour qu'elle finisse par extirper manuellement de son trou noir le sempiternel marronnier des petits-bourgeois (-ses) frustrés (-es), la montée de l'Islam, la "guerre des civilisations", les menaces contre l'Ocident judéo-démo-crétin et ra-gna-gna !

          Un des griefs les plus lourds brandi contre les "terroristes islamistes présumés" ("Naïbed" dans le texte), est qu'il s'agit d'anti-américanistes primitifs. Dieu sait que la quiche en souffre notablement quand elle "pense" que


"des boys sont venus se battre, voire mourir chez nous pour sauver notre liberté en même temps que celle de l'Amérique, et envers qui j'ai une reconnaissance infinie et éternelle !"

         

 

 

 

       Qu'attend-elle pour émigrer ? Mystère insondable. Elle reconnaît jouir de l"'éternité" pour gratifier les "boys" (ah ! les boys...) Le dossier pèse pourtant des tonnes :


"l'histoire de France « officielle » est, sinon un immense mensonge, du moins une accumulation d'artefacts par dessus les faits. Faits qui expliquent bien l'anti-américanisme primaire, sur fond de jalousie mimétique de l'ancienne puissance européenne, devenue un nain agité (comme son président actuel) sur l'échiquier international. Ainsi que le gauchisme profondément enraciné en France. Et, depuis De Gaulle, le rôle trouble du Quai d'Orsay et des médias dans l'arabophilie qui a progressé parallèlement à l'antisémitisme et la haine d'Israël."

 

      Vous vous demandiez quand est-ce qu'elle allait le faire jaillir de sa culotte blindée, l'épouvantail anti-sémitique ! Le Sous-Lieutenant espère que l'acariâtre ne vous a pas fait attendre trop longtemps. Il est vrai que sans l'indispensable condiment synthétisé par les spin doctor du sionisme, le pack aurait été incomplet. Une dernière saillie de la jument verte (de rage), pour la route :


"Nombre d'incroyants – surtout parmi ceux qui font de leur incroyance une sorte de religion inversée, l'athégrisme (ceux que j'appelle des « nains-croyants ») ont tendance à confondre laïcité avec laïcardisme, et athéisme avec athégrisme. Or, paradoxalement, ce sont bien chez ces athées sectaires, qui passent eur temps à casser du sucre sur le catholicisme, que l'islam recrute l'essentiel de ses compagnons de route."


       L'islam recrute chez les athées ! Toc-toc badaboum... Quelle trouvaille ! 

 


 

(certes, le Saigneur est miséricordieux. Mais pas pour tout le monde.)

Partager cet article

Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans Musée aux Horreurs
commenter cet article

commentaires

j.michel 28/04/2009 09:55

Le plus drole est que l'amour de l'occident de cette personne lui fait regretter ces valeurs occidentales chrétiennes parmi lesquelles l'antisémitisme avait une place centrale. Son idole : un antisémite notoire appelé Soljenitsyne !

Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV 28/04/2009 17:27


Un salmigondis de rancoeurs personnelles, de visions délirantes et de thèmes carrément indigestes. La patiente mélange ses petites histoires personnelles avec "l'actu" médiatique dominante.