Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 00:00

1. AU COMMENCEMENT ETAIT LA TERREUR

       Israël - l'Israël du XXème siècle - vint au monde brutalement. Il fut fondé, entre autres, sur la négation d'un peuple, les Palestiniens et sur un mythe, celui du Juif errant qui, après 3000 années d'exil, revenait à sa biblique Terre natale, pur phantasme politico-religieux.
       Le sionisme comme idéologie fondatrice de l'Etat Hébreu a su mouliner dans son creuset des éléments hétéroclites : socialisme, communautarisme laïque et religieux, messianisme revisité, etc. Au passage, quelques "gadgets" connurent leurs heures de gloire : les célèbres "kibboutz", censés fonctionner suivant les préceptes du socialisme, en omettant simplement de préciser qu'ils prospéraient éphémèrement sur des terres arrachées aux paysans Palestiniens avec des capitaux essentiellement yankees.
     Donc, pas plus de socialisme kasher que de communisme hallal. Mais en fait un colonialisme hyper-activiste mâtiné de nationalisme messianique, où un peuple virtuel joue le rôle du petit Jésus ressuscité. Juste qu'à la fin des Fins c'est lui, l'Elu, qui crucifie tous les autres.

       Aujourd'hui comme hier dans les territoires occupés, les familles israëliennes sont imbibées jusqu'à la moëlle de cet esprit colonial qui suppurait pareillement des discours pieds-noirs ou Afrikaners : "cette Terre nous appartient, quand nous y avons posé le pied pour la 1ère fois, il n'y avait rien ni personne, c'est nous qui y avons établi la Civilisation, nous ne sommes pas des pièces rapportées contrairement aux sauvages surgis de nulle part qui osent contester notre statut".
     
     L'idéologie officielle d'Israël a subi
malgré tout nombre de mutations. Qui sait ou se rappelle aujourd'hui que le sionisme primitif était purement laïque ? Qui a appris qu'il s'opposait alors au judaïsme orthodoxe ? Qui se rappelle qu'il ne voulait pas d'un "Etat Juif" ? Comme quoi, l'étatisme bourgeois est bien plus fort et fédérateur qu'une vulgaire idéologie populaire et populiste, fut-elle "laïque" à l'origine. Le sionisme était soluble dans le monde bourgeois et il s'y est assimilé avec ferveur.

      L'Israël contemporain adopta comme principes premiers de sa fondation la théorie de la différence religieuse et raciale et, comme moyen pour entériner le dogme, l'action militariste systématisée. La célèbre Irgoun, dont un des fondateurs était le futur 1er Ministre nobélisé de la paix Menahem Begin, était un corps-franc para-militaire qui revendiquait et pratiquait le terrorisme. Voici l'extrait d'un témoignage de l'année 1948 :

     "La première chambre est sombre, tout est en désordre, mais il n’y a personne. Dans la seconde, je trouve parmi les meubles éventrés, les couvertures, les débris de toutes sortes, quelques cadavres, froids. On a fait ici le nettoyage à la mitraillette, puis à la grenade ; on l’a terminé au couteau, n’importe qui s’en rendrait compte. Même chose dans la chambre suivante, mais au moment de sortir, j’entends comme un soupir. Je cherche partout, déplace chaque cadavre, et finis par trouver un petit pied encore chaud. C’est une fillette de dix ans, bien abîmée par une grenade, mais encore vivante. Comme je veux l’emporter, l’officier me l’interdit et se met en travers de la porte. Je le bouscule et passe avec mon précieux fardeau, protégé par mon armoire à glace, le brave. L’ambulance chargée s’en va avec ordre de revenir au plus tôt. Puisque cette troupe n’a pas osé encore s’attaquer directement à moi, j’ai la possibilité de continuer. Je donne ordre qu’on charge les cadavres de cette maison sur le camion, et j’entre dans la maison voisine et ainsi de suite. Partout c’est le même affreux spectacle. Je ne retrouve que deux personnes vivantes encore, deux femmes, dont une vieille grand-mère, cachée derrière des fagots où elle se tenait immobile depuis au moins vingt-quatre heures.
     Il y avait quatre cents personnes dans ce village, une cinquantaine se sont enfuies, trois sont encore vivantes, tout le reste a été massacré sciemment, volontairement, car, je l’ai constaté, cette troupe est admirablement en mains et elle n’agit que sur ordre
"(1948 à Jérusalem, Jacques de Reynier - Pris sur algerie-focus.com)

     De la guerre, Israël a fait une culture d'autant plus vivace qu'il s'agissait de venger et d'effacer des siècles d'oppression et de pogroms, même si le peuple Palestinien n'y était strictement pour rien. Les Juifs non plus n'étant pour rien dans le vieil anti-sémitisme russo-européen (qui, matiné de colonialisme, déboucha sur les théories raciales), alors tant qu'à faire, autant s'en prendre à un plus faible qu'on commença par chasser et qu'on finit par nier. Un peuple est toujours le Juif ou l'Arabe (ou l'Irlandais) d'un autre mais parfois, il en devient le Nazi, le colonisateur (ou l'Anglais).
      Rien de plus classique que la fondation de l'Etat israëlien : la force prima puis fut ensuite transmutée en droit laïco-religieux par les victoires "militaires", c'est-à-dire l'expropriation, les massacres, la terreur, etc. L'Europe culpabilisée délivra au nouveau venu à la table des Familles mafieuses un blanc-seing d'inviolabilié : Israël fut décrété zone intouchable et in-critiquable sous peine d'ex-communion politico-théologique.

     Tout adversaire de l'Etat israëlien se retrouvait devoir endosser par force le rôle du méchant, du "traître au regard torve", du diabolique, du mécréant, du barbare moyen-âgeux, du vil terroriste et par là-même devait s'attendre très prochainement à des retombées massivement destructrices. Là aussi l'Histoire a maintes fois rejoué en farces tragi-comiques la complainte du poseur de bombes, là aussi on est toujours le "terroriste" de quelqu'un, avant de devenir, parfois, sa victime.
     Les vieux Sages d'Israël, ceux que tout le monde respectait au nom de l'ancienneté et de la "Shoah" - en fait des fondamentalistes hyper-fanatiques - eurent tôt fait d'officialiser du point de vue religieux la répression féroce exercée sur les ennemis réels ou supposés de l'Etat Hébreu. Toutes les guerres menées par "Tsahal" - toutes - ont reçu le benidicite rabbinique : "nous sommes dans notre bon droit, il s'agit d'une croisade contre les forces du Mal anti-sémite universel, y apporter son soutien est obligatoire car c'est une bonne action, une mistva, le ventre est encor fécond d'où a surgi la bête immonde", etcetera...

    [à suivre]
Partager cet article
Repost0

commentaires