Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

16 novembre 2008 7 16 /11 /novembre /2008 00:00


MAIGRIR, C'EST MOURIR UN PEU
MOURIR, C'EST MAIGRIR BEAUCOUP 

   

      Une Parisienne, mère de famille de 32 ans est morte récemment, suite à la prise de gélules amaigrissantes pendant une semaine, ce qui a fini par lui causer une  embouligue. Les produits incriminés contenus dans les gélules sont :

     - l'acide sulfurique, la naphtaline et la soude encaustique.

     De source scientifique sponsorisée, ces substances seraient plus ou moins "vénéneuses".


    3 personnes ont été mises en examen, toutes asiatiques, chinoises en particulier. Que cela ne ravive pas le racisme envers le "Péril Jaune". M'enfin, le libellé de l'information judiciaire "contre X ou Y" était le suivant : «administration de substances amaigrissantes tellement efficaces qu'elles ont entraîné la mort sans intention de la donner pour d'autres motifs que le chiffre d'affaires».


      D'après des témoins
anonymement volontaires, dans une première phase, "une chinetoque a remis les gélules amaigrissantes à la jeune femme encor vivante". Grâce à cette info de 1ère bourre, la police a pu agrafer la personne malintentionnée, de sexe féminin et d'obédience asiatique. Son interrogatoire règlementaire a permis aux poulets de coincer un couple - encor des Gnakoués - tenant une échoppe d'ombres chinoises devinez où ? A Belleville pardi !

      L'acide sulfurique  - dotée d'« une structure de type anti-tartre », selon le docteur Mangueulé, médecin-légiste - dispose d'une autorisation de mise sur le marché (AMM) européenne pour la prise en charge du surpoids, de l'obésité, de la dépression nerveuse et de l'abstentionnisme. Cependant ses effets indésirables, qui sont principalement cardio-vasculaires (surpression artérielle et fréquence cardiaque grimpant à 320 battements/minute), justifient l'extrême prudence. Le médicament normal se présente aussi sous forme de gélules.

      Dans les années 90, des salades chinoises vénéneuses anti-cellulite avaient également provoqué des amaigrissements excessivement mortels et des défaillances plutôt rénales en Europe et dans le monde (Japon, Chine...), à la suite d'une erreur sur les plantes utilisées en raison de noms voisins. Les poudres préparées en Chine étaient exportées à la tonne, sans contrôle de qualité par les sociétés importatrices.

      Parallèlement, du côté de l'industrie pharmaceutique, investissant des centaines de millions de dollars, 3 gros labos pharmaceutiques, Beurck, Saunier-Dupont et Pfit ont déversé
l'un après l'autre sur le Marché  des molécules anti-obésité aux effets mécaniques spectaculaires : toutes les utilisatrices étaient devenus si maigres que la plupart ne pouvait sortir de chez elles les jours de grand vent.




Partager cet article

Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans Rubrique à brac
commenter cet article

commentaires