Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

18 août 2008 1 18 /08 /août /2008 00:00

(CHRONIQUE ESTIVALE)

COMBAT DE REQUINS DANS UN BASSIN GEANT

     Qu'est-ce qui a bien pu pousser l'armée georgienne à bombarder l'enclave ossète ? En agissant ainsi, elle savait pertinemment qu'elle allait réveiller l'ours russe et l'impérialiste qui sommeille en lui depuis les Tsars. Ce qui a valu ces images de soldats russes mal rasés, perchés sur des chars, la Kalachnikov dans une main, la bouteille de vodka dans l'autre, en train de grogner que l'armée russe n'a jamais perdu une seule guerre. Visiblement, les cours d'histoire stalinienne ont repris dans les écoles de Russie.

     Quelques "détails" attirent néanmoins l'attention. La Georgie n'aurait jamais décidé de taquiner seule son redoutable voisin. Derrière la provocation se dresse un commanditaire aussi discret qu'un éléphant dans un magasin de cristal d'Arques, l'Empire états-unien, vous l'aviez compris. Depuis la désintégration de l'URSS, les Etats-Unis n'ont de cesse de "ceinturer" leurs rivaux potentiels les plus dangereux, à savoir la Chine et la Russie. Double problématique dans le cas de la Georgie : sécuriser l'acheminement du pétrole du Caucase et inciter les Etats de la région à intégrer l'OTAN.

     Le Caucase, ce sont les Balkans de cette partie de l'Asie. On y trouve tous les ingrédients volcaniques d'une future déflagration : du gaz, du pétrole, des Etats mafieux et 2 Empires qui se toisent par "diplomatie internationale" interposée. Pour épicer le tout, des enclaves autonomes agitées et manipulées en sous-main, comme l'Ossétie, l'Abkhazie, etc. Il n'y a plus qu'à pousser les pions sur l'échiquier. Les USA ont ouvert la partie, les Russes ont contré. Sur le terrain, cela signifie des civils massacrés et des centaines de milliers de réfugiés.

      Il existe un autre enjeu : la Pologne, allergique à la Russie pour de sérieuses raisons historiques, vient d'accepter sur son territoire l'installation de missiles anti-missiles états-uniens. Le "coup de Cuba" se refait à l'envers.
Si l'on se remémore la réaction des USA à l'époque, on saisit mieux l'énervement de l'Etat russe.

     Voilà ce que valent les leçons de morale de Mme Rice à l'encontre de ses rivaux. La loi du profit règne sur la planète, l'ONU ne sert à rien, l'Europe est une vieille prostituée et les populations un facteur qui n'entre pas en ligne de compte. Mais cette dernière constatation, cela fait longtemps qu'on l'a faite.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans Sous le soleil du profit
commenter cet article

commentaires

Yacedjaz 29/08/2008 21:34

« Dans toutes sortes d’affaires de cette société, où la distribution des biens s’est centralisée de telle manière qu’elle est devenue maîtresse, à la fois d’une façon notoire et d’une façon secrète, de la définition même de ce que pourra être le bien, il arrive que l’on attribue à certaines personnes des qualités, ou des connaissances, ou quelquefois même des vices, parfaitement imaginaires, pour expliquer par de telles causes le développement satisfaisant de certaines entreprises ; et cela à seule fin de cacher, ou du moins de dissimuler autant que possible, la fonction de diverses ententes qui décident de tout. Cependant, malgré ses fréquentes intentions, et ses lourds moyens, de mettre en lumière la pleine dimension de nombreuses personnalités supposées remarquables, la société actuelle, et pas seulement par tout ce qui a remplacé aujourd’hui les arts, ou par les discours à ce propos, montre beaucoup plus souvent le contraire : l’incapacité complète se heurte à une autre incapacité comparable ; elles s’affolent, et c’est à qui se mettra en déroute avant l’autre. » (Debord, commentaires)

(Vieux) Thierry 27/08/2008 00:07

Ne mésestimons pas, au nombre des explications circonstancielles - par opposition à structurelles - l'incompétence profonde du chef d'état géorgien, qui n'est après tout qu'un ancien avocat new-yorkais. Ah, ce n'est pas Chevernadze, authentique faux-communiste et par conséquent vieux filou patenté, qui aurait donné dans un tel panneau.

Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV 27/08/2008 10:34


Certes, (Vieux) Thierry, certes. Cependant, comme "tout est dans tout", on peut considérer que cette "incompétence" de Saakachvili en fait le produit adéquat pour servir les intérêts US dans le
Caucase.
     L'incompétence... une qualité fort recherchée en diplomatie internationale, une des filles adultérines de l'idéologie bourgeoise. Il n'est que d'observer
l'agitation régnant actuellement dans le gouvernement Sarkozy suite aux 10 soldats tués en Afghanistan.


Yacedjaz 23/08/2008 18:29

Salut Karpov.
Je suis évidemment d'accord avec le fond de l'article, il s'agit de la continuation de la guerre économique entre les deux impérialistes russes et us, et même de faire croître les capitaux des industries d'armement par la guerre. La question était juste d'ordre logique : on ne peut savoir que nous est défavorable le rapport de force avec l'adversaire, et engager le combat, sans s'attendre à perdre.
Bonne continuation.

Yacedjaz 22/08/2008 20:48

Salut Karpov.D’accord, d’accord. Quand on agit en ‘‘sachant pertinemment’’ que notre acte va réveille un ours, ou bien l’on ignore totalement que l’ours réveillé va nous arraché la tête ou bien on croit disposer d’une armure suffisante pour vaincre l’ours réveillé ou bien on est fou. Dans les deux premiers cas, on ignore totalement le rapport réel des forces entre soi et l’ours. Pour que quelqu’un nous ‘‘incite’’ à nous engouffrer dans la caverne où dort l’ours, il faut nécessairement nous faire croire qu’on ne risque rien s’il se réveille ou bien qu’il ne se réveillera pas.En tout cas, on ne peut dire que l’on connaît le rapport de force réel entre soi et l’adversaire, comme très défavorable en notre faveur, et ignorer qu’on va se prendre une rouste si on engage le combat. Si on sait pertinemment que l’adversaire va riposter et qu’il est bien plus fort que nous, cela implique qu’on sait qu’on va perdre beaucoup dans la bataille. Je pense plutôt que les Géorgiens ne croyaient pas que les Russes interviendraient, et que leur croyance était lue et approuvée par la CIA, évidemment. Est-ce que la CIA y croyait, elle-même au sommeil de l’ours russe ? Je pense que oui, vu la débâcle, et la propagande générale des médias bourgeois qui vise à masquer le fait ainsi révélé : ça ne sert à rien d’entrée dans l’OTAN.Voir http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=9872« Un ministre géorgien : « Israël nous a vendus »[…] Cet ancien leader sioniste, parlant couramment l’hébreu, avait chargé des entreprises israéliennes liées à la défense de « nous rendre capables d’entraîner notre armée et de nous donner la possibilité de contenir les Russes », mais il a qualifié la décision de l’arrêt des exportations d’armes par le gouvernement israélien de « très regrettable ». Il a déclaré que l’Occident aurait dû répliquer en « déployant des forces de l’Otan afin de défendre l’infrastructure vitale de la Géorgie », et qu’ « Israël est en train de nous trahir, avec les pays européens et les Etats-Unis ». »

Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV 23/08/2008 16:20


Salut fraternel Yacedjaz.

Pour le dire autrement, au stade impérialiste, aucun Etat n'est "autonome" ou "indépendant" du point de vue stratégique et militaire, ni la France, ni la Georgie, ni la Russie, ni les Etats-Unis.
Tous sont mûs par des "intérêts" qui, en dernier recours, relèvent de la loi du profit.

Alors d'un 1er regard, on peut estimer que la Russie ne veut plus perdre de territoire mais en réalité, c'est surtout une lutte pour les matières premières stratégiques qui justifie leur
intervention dans le Caucase.

Quand à la Georgie, c'est un Etat pauvre, mafieux, gangrené par la corruption, otage d'un enjeu qui lui échappe entre 2 super-puissances. Autant dire que pour un tel pays, l'avenir est sombre.

P.S. Entendu à la radio cette citation d'un discours de Lord Balfour (1er ministre britannique entre 1902 et 1914) à propos du Caucase : en gros "peu importe qu'il y ait la guerre là-bas
pourvu que l'acheminement du gaz et du pétrole soit assuré". 


Yacedjaz 20/08/2008 19:12

Salut Karpov.
Une petite suggestion d'ordre pratique. Tu pourrais mettre l'adresse de l'article en question, pour qu'on y accède directement, sous ton pseudo cliquable à la place de l'adresse d'entrée du blog.Cette adresse web (url), se trouve dans la barre d'adresse de ton navigateur. Tu te rends sur la page de ton article, avec les commentaires ou sans, puis tu copies son adresse. Il ne te reste plus qu'à coller celle-ci dans la case appropriée sur le site où tu commentes.Par exemple pour : Combat de requins dans un bassin géantc'est ici : http://karpov.over-blog.net/article-22042877.html
Plouf, on clique sur ton pseudo, et on arrive sur l'article en question. Tu peux aussi dans le commentaire laisser voir un bout de l'article... pour créer du suspense !
Question politique : tu affirmes que l'armée de Géorgie savait pertinemment qu'elle allait prendre une branlée. Je ne suis pas vraiment d'accord. Je ne pense pas que les marchands de mort, disent à leur clientèle, nos experts sont des tocards, payez-les très cher car de toute façon vous êtes assuré de vous retrouver très rapidement au tapis vu les forces adverses. Alors pourquoi ne pas vous délester de vos encombrants capitaux.
Enfin, voir ici : « Israël doit être fier de ses militaires, qui ont entraîné les soldats géorgiens » a déclaré le ministre géorgien de la réintégration (… ! NdT), Temur Yakobshvikli, à la radio de l’armée israélienne. En rapportant cette déclaration, le quotidien israélien Haaretz (11 août) spécifie que l’entraînement a été fourni par « un groupe privé israélien embauché par la Géorgie ».
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=9871

Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV 21/08/2008 08:09


Salut fraternel Yacedjaz.

Karpov va essayer de suivre ton conseil technique.

Il n'affirme nullement que l'armée georgienne "savait" qu'elle allait se faire ratatiner, mais simplement que, connaissant le rapport réel des forces, elle n'a pu commettre une telle provocation
sans y être incitée par l'administration états-unienne.

En ce qui concerne l'appui d'Israël à l'armée georgienne, cela est à rapprocher d'un discours récent de Hassan Nasrallah, le leader du Hezbollah libanais. Celui-ci ironise sur le fait que les
Georgiens aient fait appel à des conseillers israëliens, en rappelant que l'an dernier, les forces du Hezbollah ont repoussé l'élite de l'armée d'Israël, provocant même la destitution du chef
d'Etat-Major. En conclusion, Nasrallah a conseillé aux Georgiens la prochaine fois, de s'entourer plutôt de "Hezbollistes" !