Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

24 juillet 2008 4 24 /07 /juillet /2008 18:45

 


(CHRONIQUE ESTIVALE)

EXCLU : S'IL EST ELU PRESIDENT DES USA, OBAMA NE SERA PAS ASSASSINE

     Durant sa tournée estivale au Moyen-Orient, l'impérialiste déguisé en métis africain Barack Obama a tout fait pour dessiller les paupières soudées que ceux qui croient niaisement que la politique est une question de couleur de peau ou de race.

       Pour commencer, Obama a promis, s'il était élu, de "renforcer les liens entre Israël et les Etats-Unis". C'est vrai ça, ils sont tellement ténus, ces liens.
"L'Etat d'Israël fait face à des ennemis déterminés qui cherchent sa destruction, mais il a aussi un ami et un allié, les Etats-Unis, qui sera toujours à ses côtés". Rien de nouveau sous le soleil de Palestine. Et la litanie se poursuit :  "J'apporte ici un soutien indéfectible à la sécurité d'Israël", la création de l'Etat sioniste étant qualifiée de "miracle". Une petite couche supplémentaire en présentant Jerusalem comme l'indivisible capitale du royaume israëlien, ce qui a ravi les Palestiniens. Les ceusses qui bassinent avec un Obama "pro-Arabe" devront réviser leurs cours de géo-politique. 

      Cependant, devant Abou Mazen le candidat n'a pas omis de promettre un engagement immédiat dans le processus de paix en cas d'élection. C'est facile, ça ne mange pas de pain, tous les candidats le font parce que CELA NE LES ENGAGE EN RIEN, qu'ils soient élus ou pas.

      Barack a donc réitéré son "soutien indéfectible" à l'Etat israëlien et en a remis dans la bétonnière à propos du nouvel ennemi que s'est trouvé l'Empire yankee : l'Iran.  Et d'agiter la menace d'un Iran doté de la bombe atomique après s'être couché aux pieds des dirigeants d'un pays qui la possède depuis plus de 30 ans. "Le monde doit empêcher l'Iran d'obtenir une arme nucléaire. L'Iran nucléaire changerait la donne pas seulement au Proche-Orient, mais dans le monde entier". Le candidat métis parle ici de poursuivre la préparation de la 3ème guerre du Golfe Persique entamée sous son prédécesseur. Tout d'abord, trouver un épouvantail moustachu ou barbu qui effraie l'énorme ménagère états-unienne moyenne. Ca c'est fait. Puis demander à l'ONU un chèque en blanc pour la forme. De toute manière, si le "machin" onusien rechigne à signer un blanc-seing, il sera toujours temps de s'essuyer les rangers dessus, comme d'hab'.  

    
      Le candidat des démocrates impérialistes a exhorté la communauté internationale à adopter envers l'Iran la fameuse politique de la "carotte et du bâton" qui a tué plus de 2 millions d'Irakiens en moins de 15 années. Tout est en place pour le prochain débarquement états-unien : ce coup-ci c'est "l'arme atomique" iranienne qui fera office de prétexte. Naturellement, comme cette arme-là existe autant que les fameuses massive destruction weapons de l'Irak, les services secret états-unien savent qu'avec le Noir, ils auront aussi du boulot dans le style scénario hollywoodien (la suite de la série télévisée "Guerres du Golfe" et "Al Qaida attacks").

       Le sinistre Ehoud Olmert a donné le calendrier des évènements futurs : selon cet escroc professionnel d'Etat, l'Iran se dotera vers 2010 de la bombe que lui possède déjà. Autant dire maintenant.

    Pour justifier toute cette chorégraphie guerrière, Obama s'est fendu d'une touchante déclaration :


     "Si quelqu'un tirait des roquettes sur ma maison où mes deux filles dorment chaque soir, je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour faire cesser cela". Du Bush Jr dans le texte.

 

       Le Sous-lieutenant Karpov suggère humblement au très progressiste candidat démocrate un petit geste qui achèverait de prouver sa bonne volonté, tout en rassurant définitivement - si besoin était - le lobby militaro-industriel yankee : se convertir au judaïsme. Comme il doit passer par Paris, il pourra toujours demander des tuyaux au fils du nain élyséen.

 

       In fine, pour paufiner son image de futur exterminateur sympathique parce que noir, B.O. a indiqué qu'il retirerait l'armée U.S. d'Irak en moins de 18 mois. Pour la mettre en...Afghanistan !


      Alors n'ayez pas peur : s'il devient président des Etats-Unis, Obama n'a aucune chance de finir comme les frères Kennedy.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans Sous le soleil du profit
commenter cet article

commentaires