Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

8 avril 2008 2 08 /04 /avril /2008 17:26

TINTOUIN AU TIBET

          Le CIO (Cénacle International d'Orfraies) ne devrait pas tarder à prendre la seule mesure qui s'impose à l'approche des JO pékinois : souffler sur la flamme et arrêter sagement son parcours international.




       Car s'il existe une cérémonie qui a porté aux yeux et aux oreilles du monde entier la question du Tibet, c'est bien cette course de la flamme olympique de pays en pays, flamme qui est en train de devenir incendie. "La maison brûle" disait Chirac à propos du capitalisme mondial ; aujourd'hui, concernant ce cercle des vieux aristocrates oisifs qui ne veulent pas disparaître que constitue la maison olympique, il recyclerait sa formule.
       


         En toute logique, les huiles frileuses de l'olympisme et de ses "valeurs" vont arrêter les frais : leur cirque s'est transformé en tribune médiatique de protestation internationale. Et puis, il s'agit d'apaiser l'inquiétude des dirigeants chinois. Les Tibétains, le Dalaï-Lama, ils s'en aviseront plus tard, après les Jeux, une fois évalué le retour sur investissements. Ou ils ne s'en aviseront plus du tout, ayant "d'autres chats à fouetter", comme on dit dans le grand monde.




          Le Sous-Lieutenant Karpov n'oublie pas de rendre un vibrant hommage à 2 ministres républicains, dont le courage et l'intégrité n'ont d'égal que la fidélité aux idéaux, ce que l'affaire tibétaine a souligné de manière spectaculaire. On peut affirmer sans hésitation qu'avec ces 2-là dans le gouvernement de la France, l'emprisonné tibétain, le torturé irakien ou l'explosé afghan se sentira soutenu. Quant aux bourreaux de toutes nationalités (sauf états-unienne), rien que d'apercevoir les 2 vaillants défenseurs des "droits de l'homme", ils en tremblent sur leurs fondations.


(opprimés de tous les pays, "n'ayez pas peur" comme disait le Pape polak ; ces 2-là veillent sur vous 24h sur 24, et même les jours fériés)

     
   Reste le Dalaï-Lama, qui doit mesurer avec amertume et lucidité les limites de la pipolisation occidentale. Quel acteur états-unien, quelle starlette franchouillarde d'un jour (ou d'un quart d'heure dans une piscine), quel raté professionnel n'est pas venu lui soupeser les gonades, histoire d'être touché en retour par la grâce puis pondre un bouquin sur cet orgasme mystique ? La marge de manoeuvre du dirigeant tibétain en exil est de l'épaisseur d'une feuille de cigarette. Le malheureux est condamné à arborer un éternel sourire de contentement - breveté pure buddhism - tout en sachant que, lentement mais sûrement son pays et son peuple sont digérés par le futur Empire dominant.



       Un autre monde n'est pas possible dans ce monde, ni pour le Tibet, ni pour le Kurdistan, ni pour la Palestine, ni pour la classe salariée mondiale. La seule mesure décente à l'égard des Tibétains que l'Etat chinois oppresse est la suppression pure et simple des JO. Or, le Dalaï-Lama en personne n'y est pas favorable. Il n'y a donc rien qui puisse soulager en quoi que ce soit le destin malheureux du Tibet. Surtout pas le troupeau des athlètes sur-anabolisés et re-formatés arborant leur hostie grotesque en faveur d'"un monde meilleur".



         C'est l'éternelle promesse divine : un monde meilleur, les pieds devant.

          

Partager cet article

Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans LA TRONCONNEUSE
commenter cet article

commentaires