Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

13 février 2008 3 13 /02 /février /2008 16:39

VICTOIRE DE LA SCIENCE SUR LA RELIGION,

VICTOIRE DES ESCLAVES SALARIES SUR LEURS MAÎTRES !
     
     evolution.jpg
    
    
     Malgré "L'origine des espèces" de Charles Darwin, parue pour la 1ère fois il y a 150 ans et l'immense fleuve de progrès scientifiques qui en a découlé, la majeure partie de l'humanité demeure soumise "spirituellement" aux religions et à leurs dogmes créationnistes. Cela souligne d'autant  plus l'incapacité de la science à défendre ses avancées prodigieuses contre la religion.
     Il revient au matérialisme dialectique d'expliciter ce phénomène sociologique. La religion perdure, protéiforme et inquisitrice ; son ombre continue de s'étendre sur les générations d'esclaves salariés, de chômeurs, de paysans chassés vers des gigantesques mégalopoles.
     En 1909, Lénine se pencha sur la question :

     « Pourquoi la religion se maintient-elle dans les couches arriérées du prolétariat des villes, dans les vastes couches du semi-prolétariat, ainsi que dans la masse des paysans? Par suite de l'ignorance du peuple, répond le progressiste bourgeois, le radical ou le matérialiste bourgeois. Et donc, à bas la religion, vive l'athéisme, la diffusion des idées athées est notre tâche principale. Les marxistes disent : c'est faux. Ce point de vue traduit l'idée superficielle, étroitement bourgeoise, d'une action de la culture par elle-même. Un tel point de vue n'explique pas assez complètement, n'explique pas dans un sens matérialiste, mais dans un sens idéaliste, les racines de la religion. Dans les pays capitalistes actuels, ces racines sont surtout sociales ».
    
    Ce passage souligne l'impuissance de l'idéologie bourgeoise, empreinte de culturalisme, à expliquer le phénomène social religieux autrement que par des "batailles d'idées", un exercice spécieux et répétitif très en vogue dans les médias.
    
     Lenine.jpg

    
    Le savant bourgeois, constatant l'écrasante défaite de la religion sur le terrain scientifique, est surpris de constater que, sur le terrain social, c'est sa science qui est battue à plate coûture dans la lutte pour "éclairer" les esprits.
     Schizophrène dans sa méthode, il étudie la nature de façon matérialiste mais dans le même temps il considère les faits sociaux d'un point de vue idéaliste, c'est-à-dire comme si ces faits-là n'étaient que la mise en œuvre d'idées flottant en l'air. A contrario le matérialisme dialectique considère « ce que pensent les gens comme une conséquence de ce qu'ils sont socialement », comme le définit Lénine, qui ajoute :

      « La situation sociale défavorisée des masses travailleuses, leur apparente impuissance totale devant les forces aveugles du capitalisme, qui causent, chaque jour et à toute heure, mille fois plus de souffrances horribles, de plus sauvages tourments aux humbles travailleurs, que les événements exceptionnels tels que guerres, tremblements de terre, etc., c'est là qu'il faut rechercher aujourd'hui les racines les plus profondes de la religion. « La peur a créé les dieux ». La peur devant la force aveugle du capital, aveugle parce que ne pouvant être prévue par les masses populaires, qui, à chaque instant de la vie du prolétaire et du petit patron, menace de lui porter, et lui apporte, la ruine « subite », « inattendue », « accidentelle », qui cause sa perte, qui en fait un mendiant, un déclassé, une prostituée, le réduit à mourir de faim, voilà les racines de la religion moderne que le matérialiste doit avoir en vue, avant tout et par-dessus tout, s'il ne veut pas demeurer un matérialiste primaire. Aucun livre de vulgarisation n'expurgera la religion des masses abruties par le bagne capitaliste, assujetties aux forces destructrices aveugles du capitalisme, aussi longtemps que ces masses n'auront pas appris à lutter de façon cohérente, organisée, systématique et consciente contre ces racines de la religion, contre le règne du capital sous toutes ses formes ».
    
     Les victoires remportées au fil des siècles par la pensée matérialiste contre l'idéalisme religieux ne sont que partielles. Sous l'impulsion de Marx et Engels appliquant le matérialisme à l'étude des formes sociales et des lois déterminant leur succession, la lutte séculaire entre science et religion déboula soudain sur le terrain théorique pour livrer la bataille finale. Expulsé du ciel et de la Terre, il s'agit encor de déloger dieu de la société humaine.
    
     Engels, devant son compagnon de lutte couché dans la tombe, eut ces mots :
    
     « De même que Darwin a découvert la loi du développement de la nature organique, Marx a découvert la loi du développement de l'histoire humaine, c'est-à-dire le fait élémentaire, caché jusqu'ici sous les voiles de l'idéologie, selon lequel les hommes doivent avant tout manger, boire, avoir un lit et se vêtir, avant de s'occuper de politique, de science, d'art, de religion, etc., et donc qu'en conséquence, la production des moyens de production, et avec celle-ci, le degré de développement économique d'un peuple et d'une époque constituent à chaque instant la base sur laquelle se développent les institutions étatiques, les conceptions juridiques, l'art et aussi les idées religieuses des hommes ; et que c'est elle qui doit expliquer ces dernières, et non l'inverse, comme cela avait été le cas jusqu'alors ».
    
   undefined


   


undefined






     La théorie marxiste, armée d'un matérialisme devenu dialectique, sut conclure victorieusement la longue lutte contre l'idéologie religieuse.
     Mais ce n'est qu'une victoire incomplète, dont l'issue sur le terrain social reste ouverte. Dans les pays les plus développés, le mode de production capitaliste est devenu le socle nouveau de la religion ; la suppression de l'esprit religieux dans la conscience des masses est lié à l'hypothèse d'une révolution sociale. Cela ne signifie pas que les communistes renoncent à la propagande contre l'idéalisme religieux. Éviter les attaques contre la religion
par peur de perdre quelques voix ou réduire la propagande contre les croyances au niveau d'un anti-cléricalisme banal, est typique des renégats du stalinisme ou des athées anarchisants. Mais la lutte contre l'absolutisme religieux est partie prenante de la lutte contre le mode de production capitaliste en général.
    
     En dépit de tous les progrès possibles et inimaginables qu'elle a accomplis sous le régime capitaliste, la science est condamnée ici-bas à être terrassée par la religion. Rares sont les scientifiques médiatisés qui osent revendiquer la réponse de Laplace - un des pères de l'astro-physique - à Napoléon (qui l'avait interrogé : "Et Dieu dans tout ça?") : "Sire, je n'ai pas retenu cette hypothèse".
    
     Laplace.gif


     Le caractère oppressif de l'esclavage salarié engendre la religion et ses vapeurs mysticisantes, pour échapper au désespoir, à la peur et la misère, ainsi qu'à cette pseudo-conviction défendue par la classe dirigeante et ses affidés : contre la toute-puissance du Capital, on ne peut rien faire.
   L'enfer terrestre du salariat suscite irrésistiblement l'aspiration à un paradis post-mortem. Si les masses n'étaient pas sujettes à de telles poussées de pessimisme et de désespoir, les menaces ronflantes et les promesses grotesques des prêtres, imams, rabbins et autres fonctionnaires de dieu ne rencontreraient aucun écho autre que celui de synagogues, mosquées et églises désertées.
   
    Il n'y a que le salarié qui, s'éduquant politiquement contre l'idéologie capitaliste caméléonesque et acquerrant ainsi une pensée scientifique, comprend parfaitement que nul "dieu" ne peut lui venir en aide, encor moins le soutenir dans sa lutte contre l'enfer du Marché mondial.
    
      Entamé il y a 4 siècles et demi, le combat entre science et religion ne donnera la victoire à la 1ère qu'après la révolution communiste. Victoire sur les superstitions, les croyances, l'obscurantisme religieux parce que victoire définitive sur le système dont ils sont les fumerolles mortifères.
    
     Il appartient à la classe salariée, productrice des moyens matériels d'existence, d'assurer la victoire de la science sur la religion.
     Celui qui n'est pas un matérialiste dialectique ne pourra jamais comprendre cela.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans karpov
commenter cet article

commentaires