Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

31 octobre 2007 3 31 /10 /octobre /2007 14:58

L'EXPLOITATION DE L'HOMME EST CACHEE



     3. Qu'est-ce que la valeur de la force de travail ?

      On l'a dit précédemment : le travail est une marchandise, donc la force de travail s'achète et se vend elle aussi. On a aussi montré que la valeur de toute marchandise était donnée par la quantité de travail nécessaire à sa production.
      La valeur de la force de travail d'une personne est conséquemment liée à sa vie individuelle, son état de santé, son âge, ses capacités, etc. Celui qui vend sa force de travail est tenu de consommer un certain nombre de marchandises (nourriture, habits, ...). Quand il est usé, on fait comme pour les bagnoles, on l'envoie à la casse et on le remplace par un autre en meilleure condition.
        Mais sa survie en bon "état de marche" est insuffisante. Il faut aussi qu'il se reproduise, afin d'alimenter la classe salariée en petits exploités en herbe. Ces futurs salariés devront eux-mêmes être nourris, logés, vêtus et formés. Marx fait cette remarque: "les frais de formation et de perfectionnement sont des grandeurs infimes". Mais il ajoute ces quelques considérations  notables :

     "les frais de production des forces de travail de qualités diverses diffèrent exactement de la même façon que les valeurs des forces de travail employées dans les diverses industries. La revendication de l'égalité des salaires repose par conséquent sur une erreur, sur un désir insensé qui ne sera jamais satisfait. Elle a sa source dans ce radicalisme faux et superficiel qui accepte les prémisses et cherche à se dérober aux conclusions. Sous le régime du salariat, la valeur de la force de travail se détermine comme celle de toute autre marchandise. Et comme les différentes sortes de travail ont des valeurs différentes, c'est-à-dire nécessitent pour leur production des quantités de travail différentes, elles doivent nécessairement avoir des prix différents sur le marché du travail. Réclamer une rémunération égale ou même équitable sous le régime du salariat équivaut à réclamer la liberté sous le régime de l'esclavage. Ce que vous considérez comme juste et équitable n'entre donc pas en ligne de compte. La question qui se pose est la suivante: Qu'est-ce qui est nécessaire et inévitable au sein d'un système de production donné ?" (Salaire, prix et profit)

     Résumons : la valeur de la force de travail est fixée par la valeur des marchandises nécessaires à la naissance, la croissance, la bonne santé et la survie de celui ou celle qui la vend.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sous-lieutenant Piotr Marat KARPOV - dans Politik
commenter cet article

commentaires