Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 juin 2007 4 28 /06 /juin /2007 15:59
LA LOUTRE HUMAINE EXISTE, LE SOUS-LIEUTENANT KARPOV L'A RENCONTRE

                         
    
     "L’être humain n'existe pas", affirmes-tu petit homme agnostique. Ecoute, animalcule tourmenté et confus, viens te poser sur les genoux du Sous-Lieutenant Karpov. C'est un humaniste celui-là, il essaie de venir en aide, même à des spécimens d'hurluberlu tels que toi.

     Petit bonhomme bégayant, il existe sur notre planète (et c'est même la tienne) une humanité qui se déchire, qui est encor dans sa "pré-histoire". Et cette humanité qui est "une" mais divisée en classes sociales, provient d'origines non écrites dans un livre Saint mais inscrite dans des vestiges fossiles. "Comprends-tu ça, comprends-tu ça ?" chantait l'humain Robert Charlebois.

     Dans des sites archéologiques (en-as tu déjà visité ?), des gens comme toi (mais beaucoup moins confus dans leur raisonnement) ont trouvé des ossements, des outils, des sépultures, des foyers, des nécropoles, enfin tout ça, vois-tu. Ils en ont émis l'hypothèse peu audacieuse (sauf pour un agnostique de la pensée ou un évangéliste états-unien ou un raëlien ou un bègue transcendantal) qu'il avait bel et bien existé en ces lieux des "gens" proches de nous, des ancêtres. ("Ê ouais ê ouais !" comme fait la marionnette d'un sarkozyste.
     Nos ancêtres étaient humains (comme toi), ils avaient conscience de la mort (comme toi) et avaient peur du noir (comme toi).

     Ils évoluaient cependant sans s'en rendre compte, comme l'humanité actuelle. Et rien ne s'oppose à ce que l'humanité continue d'évoluer dans le futur, si ce n'est qu'aujourd'hui, elle a produit une société d'une telle puissance tentaculaire que cette société remet en cause le devenir même de l'espèce qui l'a produite. Mais ceci est une autre "histoire" et le Sous-Lieutenant ne veut pas embrouiller davantage ta pensée qui l'est déjà passablement, petit homme agnostique.

     Ecoute donc ce qui distingue l'être humain des autres espèces vivantes : au cours de son évolution, ce bougre-là acquiert  la capacité de transformer de manière systématique le milieu dont il est issu. Tout ça, le Sous-Lieutenant sait que pour toi, c'est foutrement angoissant à admettre. Essaie de faire un petit effort d'intelligence : quand un chimpanzé se saisit d'une fine branche pour extirper des termites dont il est friand, cette branche constitue-t-elle un "outil" ? (T'as 30 secondes pour creuser ta cervelle d'être inachevé - vu qu'il te manque apparemment un bon quart d'heure à la naissance) Alors, c't'un outil oui ou flute ? "Oui" ? Êêê non c'en est pas un, dépendeur d'andouilles. Il n'y a pas transformation. Le chimpanzé se contente d'utiliser, certes "habilement", un élément qui existe tel quel. Il lui arrive d'ailleurs aussi de balancer de gros gadins sur ses congénères ou une espèce rivale, le babouin par exemple. Sais-tu que la loutre californienne (pas forcément blonde) se pose sur la table basse de son ventre des oursins qu'elle brise avec des galets avant de se régaler de cette oursinade sauvage ? T'as aussi un pinson des Galapagos qui - pour t'égarer davantage - possédant un bec un peu court, se sert d'une épine comme d'un harpon pour attraper des larves logées dans le bois. Alors, "loutre sapiens", "pinson érectus" ou "homo couillonus" ?
    

imagesCAHBQZRP.jpggorille-copie-1.jpg












(regard "humain, trop humain", et pourtant... le gorille est moins dans la brume que nombre de ses cousins humains)



     L'homme lui, apprend à se saisir d'un élément naturel et à le modifier pour en faire autre chose : un caillou devient marteau, éclat tranchant, poinçon, pointe de flèche, bijou... Il en fait INDUSTRIE, reproduisant le même outil à nombre d'exemplaires. Y es-tu, fils de l'homme ? Le chimpanzé, une fois qu'il est rassasié de bestioles, jette sa branche et l'oublie jusqu'à ce que se présente l'occasion suivante. L'homme recommence aussitôt, duplique, systématise, perfectionne l'outil qu'il a conçu. L'objet modifié n'est plus le simple prolongement de sa main. il témoigne de quelque chose qui te fait sangloter désespérément : une pensée conceptuelle, spécifique à l'être humain (que tu le veuilles ou pas, fils). La loutre de Californie pense en tant que loutre : elle ne sait pas qu'elle est une loutre (étonnant, non ?), elle n'abstrait pas le réel. Toi, même à supposer que tu saches récolter des oursins et te préparer une oursinade,
t'es pas une loutre - Karpov est désolé.

    

 
loutre.jpg(la loutre est irréfutable)


      En 1960, 2 "homo sapiens" contemporains découvrent au Nord de la Tanzanie (Olduvaï) des fragments du crâne de ton ancêtre, "Homo Habilis" et toi, tout ce que tu trouves en guise de remerciements, c'est de nier l'existence de l'être humain, de nier ta PROPRE existence. Est-il pire ingratitude ?
     Nos homos sapiens reconnaissants, eux, décident d'appeler ce lointain aïeul (1 million 750 000 annnées) "homo habilis" et ils ne tardent pas à constater qu'à la même époque vit un autre "hominidé", plus robuste que l'autre et qui mange essentiellement des graines. Voilà donc 2 cousins contemporains, dont un seul a perduré.
  

australopithecus.jpg(Australopithèques)


      Evidemment, autour d'"Homo Habilis", ça discute ferme entre historiens de l'espèce humaine. De toutes ces controverses vitales et nécessaires, il ressort qu'"Homo Habilis" vient du père des pères, non pas dieu le père mais l'Australopithèque (qui d'ailleurs existe encore et vit en Australie sous le sobriquet d'"aborigène", que l'espèce Anglo-Saxonne n'a pas réussi complètement à "anglo-saxonner").
     Alors, ouvre tes feuilles de salade : Homo Habilis marche sur ses 2 pieds (lui au moins, il ne pense pas avec), ne grimpe aux arbres que pour échapper à un prédateur ou à un congénère ; son cerveau est plus volumineux que celui de Tonton Australopithèque et son visage plus avenant (front moins fuyant, crâne plus en arrière, etc.).
     Surtout, SURTOUT, ton arrière-arrière-arrière etc. grand-père présente déjà dans sa boîte cranienne les "aires" du langage (nettement avant ce que toi tu "pensais" dans ta boite crânienne d'homo sapiens). Son palais est suffisamment en profondeur pour permettre à la langue les positionnements produisant des sons précis et nuancés. L'oesophage s'est élargi et le larynx est descendu. Il ne lui manque plus qu'à te dire : "Tu quoque fili mii !" et en avant les anti-dépresseurs !

homohabilis.jpg  (Homo Habilis, que certains de ses descendants refusent à l'entrée du Club de l'être humain)


     

     Homo Habilis possédait le langage, petit homme. Sous une forme primitive mais quand même. Toi qui date le langage d'il y a 50 000 ans, t'as juste fait une petite erreur de tir d'environ 1,5 millions d'années. Pas irrémédiable : "errare humanum est".

chimpanze-0.gif
(le chimpanzé surpasse l'agnostique : il perçoit la réalité de l'arbre en grimpant dessus)
Partager cet article
Repost0

commentaires