Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 juin 2007 4 21 /06 /juin /2007 16:46
PLEURE Ô PALESTINE

[Le 1er Ministre israëlien se déclare prêt à "négocier" avec Abou Mazen la création d'un "Etat" palestinien. Il faut apprécier ces offres de Gascon à la mesure des évènements actuels qui se précipitent : pendant qu'Ehoud Olmert propose ses bon offices, son armée étrangle consciencieusement la bande de Gaza. Comme s'il était question de créer un embryon avorté d'Etat palestinien dans la seule Cisjordanie, ou d'avoir les mains libres pour "nettoyer" Gaza... La marge de manoeuvre de Abou Mazen/Mahmoud Abbas ressemble à l'itinéraire d'une souris dans un labyrinthe... et celle du peuple palestinien à un éternel chemin de croix.]


AU COMMENCEMENT, LE VER ETAIT DANS LE FRUIT

III

      Au moment où intervient la Déclaration de Balfour (1917), les sionistes prônent un "foyer juif" non pas en Palestine, mais en un lieu qui reste à déterminer. On parla de l'Ouganda, du Guatemala et d'autres places, notamment de la Palestine. Dans la "real politik", c'est surtout l'Empire britannique qui s'intéresse à celle-ci.

        La 1ère partie de la Déclaration de Balfour comporte 2 paragraphes :

        1. "Le gouvernement de Sa Majesté accepte le principe que la Palestine soit reconstituée comme le foyer national du peuple juif" ;

         2. "Le gouvernement de Sa Majesté fera le maximum d'efforts pour assurer la réalisation de ces objectifs et on discutera les méthodes et
les moyens nécessaires avec les organisations sionistes".


        Arrêtons-nous un instant à la lettre de la Déclaration. Il ne s'agit nullement de reconnaître une propriété ancienne à un peuple, à partir d'une référence "biblique". La Déclaration de Balfour n'annonce pas la reconstitution "juive" de la Palestine antique, mais l'établissement d'un foyer national pour le peuple Juif. L'Angleterre sait pertinemment qu'existent en Palestine diverses communautés non-juives auxquelles il s'agit de ne pas porter préjudice.

        Dans le projet sioniste proprement dit, c'est un autre son de cloche. Ces communautés non-juives ne sont même pas évoquées. Un mot d'ordre va parapher cette occultation :
 
  "une terre sans peuple pour un peuple sans terre".

        Les sionistes estiment que, les Palestiniens étant des Arabes, il doivent s'en aller vers des pays "Arabes" et laisser la Palestine aux seuls Juifs.

        A la Déclaration de Balfour succède la Conférence de San Remo (1920). On s'y partage les entrailles de l'Empire ottoman, que la 1ère boucherie mondiale a notamment charcuté. On s'y intéresse aussi aux "frontières" de la Palestine : où les mettre, ici ? là ? Jusqu'aux velléités conquérantes du sionisme (soutenues par les Anglais), il n'existait pas de frontières "modernes". La Palestine n'était que la partie Sud de la province de Syrie. Arabes, Palestiniens, Chrétiens, Musulmans, Juifs avaient la simplicité de cohabiter et de se considérer comme faisant partie du monde Arabe environnant.

0069fa00017p.jpg(une Palestinienne vers 1920)


        Mais les temps ne sont plus à la co-existence paisible. Les Empires occidentaux tracent au cordeau des frontières sur les cartes du Sahara et du Moyen-Orient, frontières ignorant sèchement les peuples nomades, qui ne sont ni Algériens, ni Lybiens, ni Maliens ou Tchadiens. C'est l'Europe coloniale qui va leur apporter ce "progrès" de la Civilisation que de se sentir appartenir à une "nation".
          En ce qui concerne le Moyen-Orient, un Traité confirme les tractations de San Remo, le Traité de Sèvres (1920). La Société Des Nations, 1ère mouture de la future ONU (tout autant "efficace") ratifie le Traité en 1922. Le mandat sur la Syrie démembrée est confié à la France, et celui sur l'Irak et la Palestine au rival Anglais. Les frontières palestiniennes sont ainsi fixées arbitrairement par l'impérialisme européen.

         La protection du Canal de Suez devient par là-même l'affaire des Britanniques (en bons mandataires, ils feront une guerre en 1956, guerre aux conséquences désastreuses pour eux !).

         Tous ces évènements se déroulent 30 ans avant la création ex nihilo de l'Etat d'Israël, et plusieurs "tendances" continuent de se manifester dans le mouvement sioniste.

(à suivre)
                   

 
      
Partager cet article
Repost0

commentaires